CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Comptes-rendus 2003-2006  >  CR Assemblée Générale  >  Compte rendu de l’Assemblée Générale du 17 janvier 2004

Compte rendu de l’Assemblée Générale du 17 janvier 2004

Publié, le jeudi 22 janvier 2004 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 22 janvier 2004


C R AG du17 janvier 2004

Ordre du jour :

1/ actions en justice « Star-Ac »

2/ Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand

3/ Préparation de l’AG (événementielle) du « mouvement intermittent »

4/ Interventions aux Assises de Nantes

1/ Les personnes violentées par les vigiles employés par TF1 sur Star-Ac souhaitent porter plainte (3 plaintes différentes). La coordination est favorable au soutien moral, juridique et financier de ces 3 nouvelles actions en justice, qui consistent une contre-attaque pour tâcher de prouver juridiquement que les violences provenaient véritablement des vigiles, ce qui n’est pas la thèse officielle, aujourd’hui encore. Des agressions ont été commises afin de tenter de voler un appareil photo, une caméra a été cassée et des coûts et blessures ont été portés, un professionnel du spectacle a été contraint à 1 mois d’interruption de travail. Une bande vidéo, préservée par nos avocats, montre de façon évidente la véracité de nos accusations ; d’autres preuves sont à établir.

Les personnes qui souhaitent initier cette procédure (date limite, le 7 février 04) s’engagent à négocier des coûts de procédure les plus bas possibles, sâchant que l’enveloppe demandée sera à prendre en charge dans son entier par la cip-idf, étant considérée comme somme de garantie, de provisions pour les plaignants, afin de les protéger d’éventuels imprévus. Une entente de l’ordre d’une convention avec la comptabilité de la cip-idf est à établir précisément avec chacun des plaignants. En outre, même si la coordination soutient, depuis le début, les actions en justice menées au sujet de cette affaire, une réflexion est à entretenir concernant les enjeux et les conséquences de ce soutien (durée de vie de la coordination vis-à-vis de cette procédure qui pourrait être très longue, un compte à part est à ouvrir). Enfin, il est évoqué l’idée de mettre en place des événements qui pourraient rapporter de l’argent à la cip-idf pour soutenir la poursuite de ces actions en justice.

L’AG vote à l’unanimité (moins 2 abstentions) ce soutien aux nouvelles actions en justice envisagées plus haut.

2/ Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand : 7 groupes de travail ont été établis afin de déterminer les types d’interventions et d’actions à mettre en place là-bas. Quelle image la cip-idf choisit-elle d’offrir sur cet événement international, quels liens avec les partenaires locaux envisageables sur place ?

Des éléments sont à préciser au niveau de la logistique, il manque des informations et certaines réponses de la part de partenaires locaux potentiels (AC !, la CGT, la coord. Régionale, le Secours Populaire, tissus des associations alternatives locales, etc.). Par contre, une coordination nationale devrait se tenir à l’Opéra. Pierre suggère de faire en sorte que le festival se déroule de façon « gravement anormale ». Mettre en place des forums, des actions de contestation sociale, inviter d’autres collectifs, et pour cela se doter d’une logistique importante. Un appel au prêt de tout type de matériel (audiovisuel en particulier) est lancé. M.P. : Il est très important qu’il y ait les coordinations de plusieurs autres régions.

Analyser les possibilités de tourner, monter, projeter des films sur place. Profiter de notre présence sur place pour concevoir ou écrire des projets en relation avec la population de Clermont-Ferrand, créer des liens avec des structures locales, des entreprises.Il faut aller filmer les personnes concernées par la question de l’intermittence, sur place. Aller dans des endroits où des personnes travaillent ensemble toute la journée. Leur donner RDV afin de leur présenter un avant-montage des images de leur(s) prestation(s), les pousser à avoir un questionnement sur ces images et la façon dont elles sont montées. Essayer de mettre en place des dispositifs de projection alternatifs, definir des axes de travail. En outre, prendre toutes les mesures techniques nécessaires pour que le matériel soit à l’abri et si possible fonctionnel dans un lieu sur place. Afin que les diffusions de films se déroulent de la meilleure façon ; un dialogue est à établir en amont avec la population locale afin d’expliquer l’intérêt de ces diffusions. Nous avons besoin de leur soutien. Par ailleurs,si le festival offre des possibilités de diffusion, il aura des exigences au niveau de la qualité des supports des films dont il autorise la projection (béta num., DVCam). Sandra (comm audiovisuelle) : Sophie Garnier-Cahen vient de Lyon nous présenter mardi après-midi un film à partir d’un forum organisé avec les personnes ayant participé à « Paroles d’intermittents ». Premiers films analysés pouvant être projetés à Clermont-Ferrand : « Des Avancées considérables », « Cinétracts », « Paroles d’intermittents », « Aïe aïe aill… » Un DVD pourrait être gravé permettant de diffuser les films destinés à soutenir l’action de la cip-idf. L’enjeu est d’avoir des outils efficaces pour expliquer aux autres professionnels qui ne sont plus ou pas encore mobilisés, à quel point il est indispensable de prolonger la lutte, aujourd’hui encore, mais aussi pour faire ressentir au plus grand nombre l’absurdité et le danger des lois adoptées depuis le début de l’année. Cette relation avec le « grand public » est estimée essentielle par Bernard Ménez, entre autres. Il n’est pas le seul. Ces documents vidéo sont la trace d’actions antérieures, et peuvent éventuellement augurer de nouvelles modalités de luttes. Clermont-F. est une occasion pour la coordination nationale et celles régionales, de se reconstiuer. En particulier, penser à une action à l’Opéra pendant le Festival (mise en place d’un événement culturel), le soir du forum avec la population, par exemple.

Sont à préparer 3 tracts : un pour la cérémonie d’ouverture, un autre pour inviter des personnes à participer à nos actions et un troisième offrant des explications détaillées du nouveau protocole. Lundi : rédaction des tracts. Des formes audiovisuelles réalisées sur place sont envisagées (questions aux personnes, filmer les entretiens, les montrer, les diffuser le lendemain).

Chacun doit évidemment confirmer sa présence sur une liste d’inscription (cahier) et si possible s’inscrire dans une logique d’action, au préalable.

3/ AG « mouvement intermittent » Quels vont être l’ordre du jour et la forme de l’AG « mouvement intermittent » d’opposition aux réformes en cours qui restreignent de façon claire l’accès à une autonomie (un statut viable et un confort de vie acceptable) les professionnels des métiers des arts et du spectacle ? Jeanne : « cela fait partie de nos actions pour redynamiser les mouvements de luttes dans leur ensemble et nous aider à déterminer de nouveaux objets de contestation. Nous n’avons pas à nous perdre dans des considérations théoriques approfondies, mais nous devons analyser en détail le dossier « politique européenne de protection sociale des intermittents » ». Parmi les informations mises en réseau par la cip-idf, le fichier « Study social status[1].fr.doc » dans le dossier partage (disque virtuel) contient une étude comparative entre pays européens au sujet des formes de rémunérations et d’aides sociales des professionnels du spectacle. L’ordre du jour est à déterminer de façon très concrète et précise.

Montrer que le travail pour lutter perdure, que des individus continuent à se mobiliser pour entretenir un élan et travailler ensemble, pour donner le désir de nous rejoindre. Cela doit être plus qu’une AG, mais un véritable projet qui mobilise et permette une remobilisation de tout un ensemble de personnes en lutte mais devant parer à des obligations personnelles ou professionnelles plus urgentes. A quand de nouvelles manif, de nouvelles grêves ? Montrer l’utilité et les apports de tout ce que l’on a fait et que « ça n’a pas servi à rien ».

Ariane Mnouchkine commence à se dire que, décidément, cet accord est putassier et Michel suggère d’investir la Cartoucherie de Vincennes, au Théâtre du Soleil ? Il est de toute façon nécessaire de trouver de nouvelles énergies comme de nouveaux lieux et de nouvelles idées d’actions. Les commisions doivent rédiger des bilans brefs et concrets afin de pouvoir dégager des propositions d’interventions à Clermont-F, à Biarritz, lors de tractages à Paris aux niveaux des Assedic ou des ANPE. Des congés maladies et congés maternités commencent à être annulés, cela arrive à des personnes qui ne s’y attendaient pas ; nous sommes assaillis de coups de fil et de courriels. Cela permet d’envisager de mobiliser des personnes sur leurs problèmes. Organiser un système d’aides personnalisées et même de défenses et de protections juridiques des intermittents individuellement, centraliser les informations provenant des différents Assedic et ANPE. Le comité de suivi concernant la relation avec les élus suggère d’aller aux Assedic fêter des dates anniversaires (qui vont disparaître). Michel : « il est clair que nous avons un degré de supportabilité étonnant, nous sommes tous roussis, et pourtant nous continuons… ». Essayer de réaliser des entretiens individuels, de rencontrer les personnes au cas par cas, sur leur lieu de travail. Le cas d’un journal TV est clair : tout d’abord le sécuritaire, ensuite quelques minutes sont consacrées aux lois sur les CDD.

Comment et que faire, maintenant que le protocole est appliqué ? Comment reproduire l’électrochoc du 26 juin qui a fait que du monde s’est mobilisé ? Comment, par ailleurs, motiver ceux qui travaillent concrètement à la coord., en interne ? A peine 1/10 des « interluttants . Je suggère une grosse AG et une manif 10 jours + tard ». TOUJOURS NON AU PROTOCOLE NON A LA PRECARISATION NOUS SOMMES TOUJOURS EN LUTTE « Soit manif, AG, action, soit AG puis manif. Bon, le protocole est passé, mais ce n’est pas pour autant que plus rien ne se passe ; il est donc très important de donner aux gens des idées de mode(s) d’action(s) contre ». Peut-être attendre que la situation s’envenime encore plus ?… Non, restons-en au 26 jan prochain. Intercom mardi, écriture du tract, demain 14h. NOUS DEMANDONS L’ABROGATION IMMEDIATE DE CE PROTOCOLE Et peut-être la démission de ses instigateurs… Fred : « C’est vrai, lutter, c’est chiant, organiser des actions et/ou des manifestations est un véritable travail. Il faut se donner les moyens d’aller chercher les collaborateurs, il y a des tas de choses à préparer et même à calculer ». Une (demande de) réflexion est lancée sur le terme « vigueur ».

4/ Les Assises de Nantes Pierre : « Danielle Rived et Latarjet à Nantes ? » « D’accord pour aller les châtouiller !! » Cécile : « A Nantes, ils attendent des informations au sujet de nos idées d’interventions, ils sont vaguement inquiets quant à nos agissements lors de leurs assises. 4 tables rondes, nous envisageons d’intervenir sur les 4, nous sommes sûrs de notre intervention sur 1. Nous devons préparer de façon méticuleuse et approfondie notre discours, nos argumentaires. Un groupe de travail s’est mis en place pour déterminer le contenu des messages et des actions ». Dominique : « Ces Assises consistent en une tentative de l’équipe de la revue « La Scène » de prendre le dessus dans le champ décisionnel de la politique culturelle en France. Ceux qui interviennent aux débats laissent tracter les copains, mais il faut vraiment aller les serrer. A un débat où nous sommes officiellement invités, ne pas tracter. » 21/01 : Comment les collectivités territoriales accréditent-elles les projets artistiques ? 22/01 : Nouveaux enjeux : réalités du spectacle vivant et analyse comparative avec différents pays étrangers. Il s’agirait peut-être d’aller y foutre le bordel, car ils vont débattre de toutes ces … d’emplois jeunes, CES, etc. et de leurs saupoudrages de subventions. S’appliquer à tenir tête particulièrement à Latarjet et à Rived (cosignataire CFDT du protocole) ; pour cela, maîtriser le nouveau modèle proposé par la cip-idf. Intercom mardi matin.

Samedi 24/01, 14h, Métro Sèvre Babylone, MANIF ENSEIGNANTS Contre une école à 2 vitesses, contre l’entrée possible de flics dans les écoles. Samedi 24, portes ouvertes à la Coordination.





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0