CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Actions !  >  Communiqués et comptes-rendus  >  Occupation de l’ANPE Vicq d’Azir : nous voulons des emplois fictifs et des logements de fonction, Compte-rendu, 22 mars 2004

Occupation de l’ANPE Vicq d’Azir : nous voulons des emplois fictifs et des logements de fonction, Compte-rendu, 22 mars 2004

Publié, le mardi 23 mars 2004 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 7 mars 2009


Le rendez vous pour l’action était 14h à la CIP, 14/16 quai de charente. L’appel avait été lancé depuis au moins 15 jours, redit en AG le 19/03, et mis en ligne sur le site.

A l’heure dite, (entre 14 et 14h45) une soixantaine de personnes s’étaient mobilisées. A 15h le groupe s’est mis en en route, pour l’objectif C (le A et le B étant des objectifs qui nécessitent plus de monde...).

Arrivés tard devant les ASSEDIC de Vicq d’Azir, les portes étaient closes, et les amis CRS bien rangés devant... C’est sur qu’en arrivant à 15h20 alors que les ASSEDIC ferment tous les jours à 15h, on avait peu de chance ! Alors passons notre chemin. Mais oh !! l’ ANPE est à côté, et la police n’y est pas postée !!! Qu’à cela ne tienne, nous entrons à l’ANPE sous le regard stupéfait de nos copains en bleu.

« Bonjour, c’est pour une occupation !! » donc voilà nous avons investi les bureaux, le hall, pris en charge la standard, et puis nous avons décidé de tenir une « AG » : parlons du projet UMP sur l’utilisation des chômeurs par les communes sous peine de radiation, nous discutons également avec le personnel, de leur travail et de leurs tâches.

Le directeur nous parle de son rôle qui n’est pas de se positionner par rapport aux mesures adoptées par ses employeurs mais de son impossibilité de contrer les ordres de ses supérieurs,et de la différence entre l’homme qu’il est (et de ce qu’il pense) et du poste qu’il occupe. Bref nous organisons notre occupation en essayant de voir quelle issue est possible sans l’intervention des 43 cars de CRS postés devant.

Un communiqué de presse est rédigé et faxé puis nous inventons notre sortie à 17h : en scandant notre nouvel hymne « nous voulons des emplois fictifs et des logements de fonction », employant la formation tortue à la romaine, déployant nos panneaux et nos banderoles, nous sortons groupés, sous l’œil attentif de la caméra de TV5 et l’objectif d’une journaliste indépendante. Cette sortie devient une manifestation spontanée, prenant la rue, faisant plus de bruit que lors de la dernière manif...

De retour à la coordination, du dé-briefing émergera que le moyen de mobiliser pour les actions fortes (comme celles de novembre), n’est évidement pas efficace ! Il faut redonner aux gens l’envie de venir et de se re/mettre en lutte, en acte. Et le moyen de communiquer n’est pas trouvé. Les soldats du GVT nous attendaient sur les lieux de tous nos objectifs : bonne préparation de leur part ou mauvaise de la notre ? Pourquoi ? Sont-ils plus inventifs, ont-ils eu peur d’une action de grande envergure au lendemain des élections ?...

Il faut remettre la machine à actions en route, redonner des rendez-vous aux intermittents de la lutte et rassembler à nouveau pour préparer les prochains rendez-vous.

Dans la presse...





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0