CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Archives Travaux des commissions  >  Relations avec les syndicats  >  Communiqué CDFT :« La CFDT demande au plus vite une réunion tripartite » (11/05/04)

Communiqué CDFT :« La CFDT demande au plus vite une réunion tripartite » (11/05/04)

Publié, le mardi 11 mai 2004 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 11 mai 2004


Communiqué CFDT 11 mai 2004

Déclaration de la commission exécutive

Pour développer l’emploi culturel

La CFDT demande au plus vite une réunion tripartite

La CFDT est satisfaite que l’Unedic ait trouvé, dans le cadre de sa réglementation, une solution améliorant la situation particulière des femmes en congé de maternité. Elle exige que cette mesure s’applique à l’identique à toutes les femmes enceintes en CDD ou en contrat d’intérim, et exposées à des conditions de travail difficiles.

La CFDT et sa fédération de la Culture (Ftilac CFDT) demandent au gouvernement d’organiser au plus vite une réunion tripartite entre l’État, les organisations syndicales et patronales de la Culture pour mettre en place le fonds national de la Culture annoncé par le ministre de la Culture, définir les prestations complémentaires que ce fonds doit prendre en charge et traiter la question du financement de ce fonds.

Pour la CFDT, les 20 millions d’euros alloués par l’État à ce fonds sont insuffisants pour développer l’emploi culturel dans le spectacle vivant, le cinéma et l’audiovisuel. La CFDT demande à nouveau que les employeurs de la Culture - collectivités territoriales, sociétés de production, entreprises de l’audiovisuel et du cinéma...- soient mis à contribution. Il est grand temps que les collectivités qui bénéficient des activités culturelles, les grandes entreprises de cinéma et de l’audiovisuel qui réalisent des bénéfices et les employeurs qui abusent de l’intermittence en généralisant la précarité financent, eux aussi, les prestations complémentaires à celles déjà assurées par l’Unedic.

Ce n’est pas à la caisse d’assurance chômage, donc aux seuls salariés du privé, à financer la politique culturelle de la France. La Culture est l’affaire de tous, donc de tous les revenus.

La fédération CFDT de la Culture est prête à travailler activement à la professionnalisation des métiers et au développement de l’emploi culturel, dans l’intérêt des intermittents, de tous les salariés et de la Culture.

La balle est désormais dans le camp des pouvoirs publics et des employeurs de la Culture qui doivent assumer leurs responsabilités, dans le cadre d’une véritable caisse complémentaire spécifique au secteur culturel.n

© CFDT (communiqué de presse du 11 mai 2004)

Source





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0