CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Actions !  >  Archives  >  Cannes 2004  >  Agression de journalistes : le SNJ-CGT de France 3 ajoute sa plainte í celle de France 3

Agression de journalistes : le SNJ-CGT de France 3 ajoute sa plainte í celle de France 3

Publié, le dimanche 16 mai 2004 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 17 mai 2004


Agression de journalistes : le SNJ-CGT de France 3 porte plainte

AFP | 17.05.04 | 13h52 Le SNJ-CGT de France 3 a porté plainte dimanche pour « violences préméditées et atteinte í la liberté de la presse », avec constitution de partie civile, aprí¨s l’agression d’un journaliste de France 3 par des policiers samedi í Cannes, a annoncé le syndicat lundi.

Cette plainte s’ajoute í celle déposée dimanche par la direction de France 3 au commissariat central de Cannes. La chaí®ne a porté plainte pour « l’agression dont a été l’objet » son journaliste reporter d’imagesGwenaí« l Rihet samedi, alors qu’il couvrait une manifestation d’intermittents du spectacle.

Le SNJ-CGT de France 3, qui a aussi déposé sa plainte au commissariat de Cannes, a en outre « interpellé (lundi) matin par courrier le ministre de l’Intérieur » Dominique de Villepin, a ajouté le syndicat dans un communiqué.

« L’enquíªte menée (dimanche) í Cannes par le SNJ-CGT, les nombreux témoignages recueillis auprí¨s de confrí¨res et consoeurs présents lors de cette agression, laissent penser que les forces de l’ordre avaient reí§u des consignes pour s’en prendre de manií¨re évidente aux porteurs de caméras, afin qu’aucune image des brutalités exercées contre les manifestants ne soit diffusée », affirme le syndicat.

Réclamant des « sanctions exemplaires », le SNJ-CGT de France 3 juge « impossible de croire que les comportements » des forces de l’ordre « n’aient été dus qu’í l’initiative des policiers de terrain » et souhaite que toute la lumií¨re soit faite sur les responsabilités « í quelque niveau que ce soit ».

Evoquant des « preuves filmées et témoignages », le syndicat estime qu’« au-delí de l’agression, c’est bien d’une atteinte délibérée í la liberté de la presse dont se sont rendus coupables ces fonctionnaires » de police.Plusieurs journalistes, dont Gwenaí« l Rihet, qui a passé une nuit í l’hí´pital, et une journaliste de l’AFP, ont été molestés par des policiers, samedi soir í Cannes, lors d’une manifestation d’intermittents.


Caméraman agressé í Cannes : France 3 porte plainte

16/05 15:06 France3 France 3 a porté plainte au Commissariat central de Cannes aprí¨s l’agression d’un de ses journalistes.

Gwenaí« l Rihet « a été mis í terre et blessé par un représentant des forces de l’ordre alors qu’il filmait la manifestation des intermittents devant le commissariat de Cannes », a indiqué la chaí®ne.

France 3 demande « que toute la lumií¨re soit faite sur de tels agissements afin qu’elle puisse remplir sa mission dans des conditions normales ».

Le préfet des Alpes-Maritimes, Pierre Breuil, a annoncé des mesures disciplinaires contre deux policiers auteurs de violences contre le journaliste de France 3.

Source : France 3


France 3 porte plainte pour l’agression de son JRI í Cannes

16/05 12:15 AFP La chaí®ne publique de télévision France 3 a porté plainte au Commissariat central de Cannes pour « l’agression dont a été l’objet » son journaliste Gwenaí« l Rihet samedi alors qu’il couvrait une manifestation d’intermittents du spectacle, a indiqué dimanche í l’AFP la direction de la communication de la chaí®ne.

M. Rihet « a été mis í terre et blessé par un représentant des forces de l’ordre alors qu’il filmait la manifestation des intermittents devant le commissariat de Cannes », a indiqué la chaí®ne.

« Il a été blessé (quatre points de suture) et sa caméra détériorée », proteste la direction de France 3, dénoní§ant « un manquement grave (qui) remet en cause la sécurité du travail des collaborateurs de la chaí®ne ». France 3 demande « que toute la lumií¨re soit faite sur de tels agissements afin qu’elle puisse remplir sa mission dans des conditions normales ».

Gwenaí« l Rihet, qui a passé la nuit í l’hí´pital, filmait un rassemblement de quelques dizaines de personnes devant le commissariat pour demander la libération de six personnes interpellées en fin d’aprí¨s-midi lors d’incidents dans un cinéma cannois occupé par les intermittents du spectacle et précaires.

Lorsque les forces de l’ordre - CRS et policiers en civil - sont intervenues pour disperser les protestataires plusieurs journalistes, dont une journaliste de l’AFP, ont été molestés.

Gwenaí« l Rihet, qui tenait sa caméra í l’épaule, a été jeté í terre et menotté avant d’íªtre emmené au commissariat, tandis que son appareil était jeté í terre, a constaté la journaliste de l’AFP.

Le sous-préfet de Grasse Claude Serra a affirmé dans la nuit qu’« une enquíªte la plus transparente possible serait diligentée » sur les événements.

Source





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0