CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Actions !  >  Archives  >  Cannes 2004  >  Dans le bunker du festival de Cannes, conférence de presse avec Jean-Luc Godard, 18 mai 2004 (vidéo)

Dans le bunker du festival de Cannes, conférence de presse avec Jean-Luc Godard, 18 mai 2004 (vidéo)


Publié, le mercredi 19 mai 2004 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : dimanche 27 mai 2018


Mardi 18 mai 2004
Bunker du festival de Cannes

A : Intermittence et précarité

B : Précarité et cinéma

C : Modalités de lutte et propositions

A - INTERMITTENCE ET PRí‰CARITí‰

Notre tí¢che ici serait de vous faire voir en parlant. Une des tí¢ches de la politique aujourd’hui serait de rendre visible ce qui est invisible. Ce pour quoi nous sommes í Cannes. Ce pour quoi nous avons besoin du cinéma. Lorsque nous avons rencontré Jean-Luc Godard, nous avons notamment parlé de « Six fois deux », série de films plus jamais montrée. D’autres nous avaient parlé de « Six fois deux », c’est-í -dire nous l’avaient montré ; nous pouvions parler de cette série alors que nous ne l’avions pas vue. Nous pourrions donc partir de lí , afin de vous faire voir notre situation.

Depuis onze mois, nous butons, patients et déterminés, contre des murs. Ces murs s’appellent MEDEF (mouvement des entreprises de France), CFDT (confédération franí§aise du travail), Industrie Culturelle, Emploi, Etat. Depuis juin 2003, nous avons dit intermittents et précaires, nous n’avons pas dit artistes et techniciens. Pourquoi : parce que nos pratiques (nous avons eu le temps d’y penser), ne peuvent pas se nommer selon ces clivages et ces catégories, parfois antagonistes. Nous sommes une coordination. Nous ne disons pas pour autant que l’art, les techniques, l’histoire et les histoires, ne sont pas des éléments nécessaires í la fabrication d’une Å“uvre. Nous sommes des précaires. Alors c’est quoi un précaire, ou plutí´t ce serait quoi íªtre précaire. A partir de quelles modalités de travail et/ou d’assignation se construit cette figure.

Etre précaire, c’est faire du télétravail la journée et répéter le soir un spectacle d’importance.

íŠtre précaire, c’est avoir trente-trois ans, íªtre post-doctorant et travailler cinquante heures par semaine « au noir » pour la Ligue contre le Cancer.

Etre précaire, c’est íªtre journaliste pigiste sans allocations chí´mage, et travailler pour la presse people ou féminine, ou pour des hebdomadaires télé.

Etre précaire, c’est íªtre chí´meur et jouer son propre rí´le dans un documentaire pas payé.

íŠtre précaire, c’est íªtre candidat ouvrier chez Toyota í Valenciennes, et passer un casting de motivation.

C’est íªtre sans papiers, embauché « au noir » chez Bouygues (patron de TF1), ou nettoyer bénévolement les plages polluées par l’Erika.

C’est le cadreur du cinéma porno en attente d’un vrai projet.

C’est íªtre guichetií¨re í la SNCF sept heures par jour avec une coupure de trois heures au milieu (on appelle cela annualisation du temps de travail).

C’est íªtre étudiant chez Mac Do.

C’est íªtre acteur payé six cents euros par mois dans et pour le festival in d’Avignon.

C’est íªtre facteur (porteur de nouvelles) sous contrat í Bellac en Haute-Vienne.

C’est íªtre chí´meur saisonnier et faire un stage pour apprendre í rédiger un CV.

C’est íªtre cinéaste sans avance sur recettes, malgré l’évidence du projet et de ce qui se construit.

C’est íªtre ouvrier palestinien ou chinois et travailler í construire le mur de la séparation en Israí« l.

C’est íªtre en CDD (contrat í durée déterminée) au Carlton ou dans le festival.

íŠtre précaire, c’est íªtre hors compétition et victime de la concurrence (gestapo de l’esprit).

C’est s’appeler Zinelli et construire une Å“uvre pas í pas í l’ombre de l’Italie dans un hí´pital psychiatrique.

La précarité est une politique d’assignation, une volonté de séparer et de contrí´ler.

Ainsi, si le cinéma fut et reste encore un pays supplémentaire, la précarité est un continent. Le temps de travail du précaire c’est la discontinuité. L’intermittence, c’est la discontinuité. Les intermittents ont des emplois précaires, et les précaires des emplois intermittents. Alors la discontinuité c’est quoi. La discontinuité du travail ce serait quoi. La discontinuité du travail, c’est avoir plusieurs patrons. C’est íªtre souvent son propre employeur. C’est alterner périodes de travail et périodes chí´mées. C’est aussi une forme de servitude : íªtre í la merci d’un coup de téléphone ; assujetti í des cooptations ; jeté et remplacé au pied levé ; c’est íªtre mobile et répondre parfois í la demande, fut-elle dégueulasse. C’est devoir se loger dans le désir de l’autre afin de mériter son rí´le. C’est servir et alimenter l’industrie culturelle.

C’est aussi savoir oí¹ on se trouve alors que l’on fait des choix difficiles et exigeants (choix politiques). C’est vouloir se tenir hors du cahier ; c’est tenir d’autres promesses.

L’intermittence c’était aussi une assurance de salaire garanti moyennant un temps de travail déclaré, s’assurer un revenu í partir de cette discontinuité du travail.

B - PRí‰CARITE ET CINí‰MA

CE POUR QUOI NOUS SOMMES AUSSI A CANNES
OU LES MEILLEURS FILMS SONT CEUX QUE L’ON NE VOIT PAS

En lutte(s), présents depuis onze mois, ce que nous défendons, nous le défendons pour tous. Nous sommes une coordination d¹intermittents et de précaires.

Nous n’avons jamais autant entendu parler d¹Exception Culturelle alors que s’organise méthodiquement la casse des droits sociaux. C’est quoi cette symétrie. Un projet í l’échelle de la nouvelle Europe de constitutions de pí´les d¹excellence ? Un nouveau corporatisme construit í partir de l’obtention de cartes professionnelles ? L’anéantissement programmé de pratiques exigeantes et minoritaires ? L’installation de pí´les européens de téléréalités ?

Ici dans cette ville entreprise sont réunis les principaux acteurs de l’industrie culturelle et leurs rampes de lancement (producteurs, ministres, journalistes, télés, stars...) ; Bouygues, Murdoch, Vivendi, Time Warner, Lagardí¨re, ces noms devenus communs, monteront les marches sanctifiées du box office, alors que nous descendons comme tant d¹autres vers la précarité. Poussés vers la sortie. Ces prédateurs et leurs ministres disent diversité culturelle, droits d’auteurs, défense de la création. Nous n’y croyons pas. Il semblerait que sous ces étendards se cache un programme de capture et d’exploitation de nos puissances de coopérations et d’inventions. Programme de remise au travail forcé.

Mais, Il y a encore des cinéastes et des techniciens. Qui travaillent avec ce tout venant. Cinéastes sans emploi ; techniciens au turbin. Nous aimons le cinéma. Nous sommes ici aussi pour le dire. Nous savons que le prolétariat, la misí¨re, la précarité - de Stroheim í Flaherty en passant par Chaplin, Renoir, Barnet, Ford, Grémillon, Vigo, Rossellini, Bresson, Mizoguchi, le vaillant groupe Medvedkine jusqu’í La Promesse des frí¨res Dardenne, irriguent encore l’industrie cinématographique et son histoire. Nous en sommes honorés, mais cela ne suffit pas. Ces oeuvres de l’esprit ont construit pas í pas ce pays supplémentaire, cet archipel logique oh combien producteur de richesses et de désoeuvrements. Or nous sommes en passe d’en íªtre totalement exclus alors que nous en sommes les sujets et la musique. NOTRE MUSIQUE. Il n’en est pas question. Les films, c’est pas entrées et sorties. Ou sinon c’est pas la peine de les faire, de les voir, de les entendre, pas la peine d’y penser.

Saviez-vous qu’un des programmes de remise au travail de la jeunesse belge s’intitule le programme Rosetta, que la veuve Schindler vit dans la précarité en Amérique du Sud, que les protagonistes de íŠtre et Avoir furent récompensés d’un voyage í Disneyland, que les images qui nous restent de la prise du Palais d’Hiver sont celles d’un film, savez-vous combien furent payés les anciens mineurs figurants de Germinal ? Une misí¨re. Misí¨re pour rejouer le pire. Savez-vous combien rapporte le commerce des larmes et de l’indignation ? Des fortunes.

Nous nous rappellerons cela : que Garrel a été le seul, naissance de l¹amour, í filmer les morts irakiens carbonisés de la premií¨re Nouvelle Guerre Mondiale, que Straub et Huillet disent encore ouvriers, paysans, que Godard et Miéville disent encore ici et ailleurs et Hannah Arendt, que Kiarostami a retrouvé il n’y a pas si longtemps la maison de son ami, que Kleifi et Sivan se sont mis en route, que Prin et Habchi font leur film comme les ouvriers algériens du Nord jardinent, avec jamais assez d’eau ; que personne n’a laissé Chaplin réaliser son projet í partir d’un rescapé des camps amnésique qui ne savait que crier. Nous nous rappelons aussi que lorsqu’une chaí®ne de télévision appelle une émission la Ferme Célébrité, ce qu’elle veut dire en fait c’est Tais-toi Paysan, et crí¨ve (l’écran).

Nous sommes sans intentions et pleins (aux as) de propositions. Nous savons que dans la précarité, il y a pré (celui oí¹ Vincent mit l’í¢ne) et lutte pour l’obtention de nouveaux droits sociaux collectifs. Nous savons qu¹en langue Ourdou, il n¹existe pas de mots pour dire hier et demain parce que c’est l’affaire des dieux, et qu’il en existe de nombreux pour dire maintenant parce que c’est l’affaire des hommes. C¹est pas par ici la sortie, non. Nous venons í peine d’entrer, í force. Il y a le sous-sol, nous arrivons au rez-de-chaussée, tiens il y fait mieux jour, bientí´t nous envisageons de gratter le ciel pour le faire rire.

C - MODALITES DE LUTTE ET PROPOSITIONS

Nous disons occupation et résistance.

Nous disons blocage de la société entreprise, réappropriation de l’espace culturel, partage des savoirs et des pratiques (un au-delí de la grí¨ve se construit).

Et Nouveau Modí¨le d’Indemnisation des Salariés Intermittents : mutualisation, solidarité interprofessionnelle, juste répartition des allocations, assouplissement, continuité de droit et discontinuité de l’emploi.

Le chí´mage n’est plus un incident de parcours, les cotisations ne suffisent plus pour faire face í la discontinuité de l’emploi. Il faut revoir le financement global de l’UNEDIC, nous y travaillons. Nous voulons l’ouverture des données de l’UNEDIC et une expertise réelle et indépendante. Nous avons besoin de sortir de cette opacité.

Les annonces du Ministre ne remettent absolument pas en cause le fond de la réforme de l’assurance chí´mage des intermittents, en application depuis le 1er janvier 2004. A savoir le glissement d’un systí¨me mutualiste et interprofessionnel vers des dispositifs d’épuration, de contrí´le et d’individualisation.

Nous persistons : une réforme de l’ensemble du systí¨me d’assurance-chí´mage doit íªtre engagée avec l’ensemble des concernés.

Alors qu’une nouvelle convention Unedic devrait íªtre adoptée avant le premier juillet, des urgences démocratiques sont essentielles :
- l’accí¨s aux données financií¨res et sociales que cette institution détient
- la réalisation d’une expertise indépendante de son fonctionnement et de son rí´le
- l’ouverture d’une négociation avec l’ensemble des concernés.

Nous avons des propositions cohérentes pour un nouveau régime d’indemnisation des salariés intermittents, élaborées selon nos pratiques d’emploi : elles doivent íªtre prises en compte.

ABROGATION DU PROTOCOLE UNEDIC

EXPERTISE,

Ní‰GOCIATION AVEC L’ENSEMBLE DES CONCERNí‰S.

NOS ACTIONS NE CONNAISSENT PAS DE PAUSE.



. Festival de Cannes : Quand on ouvre les yeux...

Des actions, des blessés, des conf’ de presse, une manif, c’était Cannes 2004



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0