CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Agenda  >  Année 2005  >  Mars 2005  >  Samedi 26 mars 2005

Samedi 26 mars 2005

Publié, le mardi 22 mars 2005 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 22 mars 2005


« il ne peut y avoir de film politique respectueux des habitudes de productions actuelles, et encore moins de films prétendus contre le capitalisme qui aient recours à l’esthétique de la publicité et aux méthodes du capitalisme. »

- 14H00 : un après midi avec le groupe Boris Barnet
Projections croisées, essais d’agencement, balbutiements, recettes, regarder ensemble, grogs, et

- 2 épisodes du Le lion, sa cage et ses ailes , série de films d’Armand Gatti réalisés avec les travailleurs migrants du pays de Montbéliard.

A Montbéliard en 1975, Gatti a placardé une simple affiche : « Un film, le vôtre ». Les travailleurs immigrés de différentes origines ont répondu à l’appel. Commence un processus d’écriture collective, qui aboutit à six films, conçus chacun par une communauté étrangère : polonais, marocains, espagnols, géorgiens, yougoslaves, italiens. "(...) ça parle des ouvriers et c’est pas populiste, ça parle des immigrés et c’est pas misérabiliste, ça parle de batailles mais c’est sans bonnes causes, ça dit des souffrances mais c’est pas sermonneur, cauteleux, pleurnichard et, sans unanimisme, ça parle communauté, partage, fraternité, union, bref ça parle des pauvres mais c’est plein de rimes riches, de refrains, d’échos lumineux, de couleurs voyageuses, de tempêtes essuyées avec des arcs-en-ciel."
(Entretien avec Armand Gatti : Le Lion, sa cage et ses ailes, Jean-Paul Fargier, Cahiers du Cinéma, n° 285, février 1979).

-  Ceux du fast-food , film de Christophe d’Hallivillee sur les nouvelles formes d’emploi précaires.

-  La sixième partie du monde de Dziga Vertov
"Dziga Vertov, poète futuriste, a créé les actualités soviétiques avec son groupe d’opérateurs, de monteurs, dessinateurs et graphistes baptisé KINOK. Il veut aller au-delà de l’enregistrement des faits, il vise à un déchiffrement de la réalité, une reconstitution du monde qui guide et entraîne l’oeil du spectateur. Vertov a lancé une condamnation sans appel sur toutes les oeuvres de fiction. De films en films la valeur documentaire des plans fait place chez lui aux associations imagées et verbales, au ciné-poème, où l’intertitre a la même valeur plastique et ryrthmique que les images.« L’affiche de Gatti : » un film, le vôtre"
Celle de Vertov dirait à toutes les communautés filmées : « une terre, la vôtre »
C’est un paysage humain de tous ces pays qui constituent l’union.
Sans parole, juste l’intertitre, des hommes, femmes, enfants, vivant, travaillant, manifestant.

Nous regarderons aussi ensemble des photos des murs et des mots de la coordination prises par le groupe Obscura, ainsi des morceaux choisis dans les films des Straub, de Minelli, de Bresson, de Kurosawa, afin d’essayer de vérifier dans les images et les sons, les idées en cinéma décrites par Deleuze dans sa conférence sur l’acte de création/résistance.

« tout spectateur doué de la moindre expérience morale et politique peut savoir à chaque seconde à qui il a affaire avec chaque personnage. Tant pis pour les autres spectateurs : les films qui prétendent leur mâcher la besogne ne leur servent quand même de rien : ils se trouvent tout aussi désarmés dans la vie à la première occasion »





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0