CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Interluttants  >  Interluttants n° 25 à télécharger

Interluttants n° 25 à télécharger

Publié, le vendredi 4 novembre 2005 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 6 mars 2006


« De ces lois formulées par d’autres et qui nous fabriquent, le refus. Je préfèrerais ne pas. Si on me touche je hurle. »
Herman Melville

Interluttants 25 est disponible à la coordination des intermittents et précaires d’île-de-france, à prix libre (de 0 à l’infini)

Sommaire :

- Nous avons lu le rapport Guillot

- Négociations de l’assurance-chômage : c’est maintenant (édito)

- La sale gueule du travail (AC ! Limoges)

Edito :

Négociations de l’assurance-chômage :
C’est maintenant.

La « négociation » de la convention d’assurance-chômage a débuté.
Les précédentes conventions Unédic avaient utilisé l’argument du déficit pour réduire les droits de l’ensemble des chômeurs. Désormais ce déficit sert à pointer plus spécifiquement les « chômeurs employés », estimés à plus de 720 000, dont le revenu dépend à la fois de salaires et d’allocation-chômage, comme celui des intermittents.
Et c’est bien comme alternative à la précarité que l’intermittence reste dans le collimateur des gestionnaires.
Le gouvernement et ses partenaires veulent faire oublier le passage, en 2003, d’un système mutualiste (avec continuité de droits sur 12 mois) à un système de « droit » individuel (capitalisation de 243 jours).
Son expert en consensus, Jean-Paul Guillot, promet donc une politique d’emploi culturel supposée améliorer conditions de travail et rémunérations. Mais pour combien d’élus ? D’autant moins qu’il préconise par ailleurs un nouveau durcissement des conditions d’accès à l’allocation, par un relèvement du seuil d’affiliation (600h ? davantage ?).

« La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail n’obéirait-il pas à cette loi ? », affirme la présidente du Médef, Laurence Parisot.
Mais le plein emploi précaire n’a rien d’une loi naturelle.
La disparition des droits collectifs n’est pas une catastrophe inéluctable.
Cela ne va pas de soi.
Ce sont des choix politiques catastrophiques pour nos vies.

Le 29 septembre dernier, le ministre de la culture et celui de l’emploi réunissaient les partenaires « sociaux » pour préparer la suite du protocole Unédic 2003. Plus d’un millier de manifestants, l’occupation joyeuse par des centaines d’entre eux de la Comédie Française, et l’irruption intempestive dans la salle de réunion ministérielle par plus de soixante personnes le disaient à nouveau : c’est de nos vies dont il s’agit.
Nous pouvons agir. Être présents partout où se décide notre sort. Imposer de nouveaux droits sociaux.
Maintenant.



Document(s) à télécharger :

La sale gueule du travail

Taille : 23.5 ko
Mise en ligne le : 5 novembre 2005

édito

Taille : 20.5 ko
Mise en ligne le : 5 novembre 2005

interluttants 25 en A3

Taille : 358.1 ko
Mise en ligne le : 18 novembre 2005

Nous avons lu le rapport Guillot

Taille : 336.7 ko
Mise en ligne le : 6 novembre 2005



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0