CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Archives Travaux des commissions  >  Commission OARF !  >  Occupation Artistique à Chalon

Occupation Artistique à Chalon

Publié, le mercredi 13 août 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 31 juillet 2003

Voici ci-dessous différents communiqués de presse et informations des actions d’occupations artistiques organisées à Châlon


COMMUNIQUE DE LA COORDINATION DE

LA PREOCCUPATION ARTISTIQUE

Par le collectif artistique : « Restons Vivants »

Dans le cadre du mouvement national des intermittents du spectacle, les compagnies présentes à Chalon sur Saône et rassemblées sous l’appellation « Restons vivants » ont décidé d’une préoccupation artistique et pacifique de la ville à l’issue du festival Chalon dans la rue.

Celle-ci a débuté le lundi 21 juillet.

Cette proposition, renversant les logiques marchandes et les contraintes imposées à la création et à l’expression artistique, vise à prolonger et approfondir les relations avec le public, à échanger, inventer ensemble, et donner une nouvelle impulsion à l’actuel mouvement.

Elle vise surtout à reprendre un territoire et un temps de parole sociale menacés par la seule logique économique et sécuritaire.

Nous invitons toutes les compagnies, les artistes, techniciens, organisateurs, les personnes motivées et tout particulièrement les mouvements dont les luttes sont voisines de la notre à venir soutenir ce généreux chantier : professionnels de l’éducation nationale, retraités, ouvriers, paysans, journalistes, architectes, archéologues, infirmières...

Nous appelons plus particulièrement les chalonnais, à l’intérieur des associations existantes ou à titre individuel, à nous apporter leur soutien en matière de logement et d’aides en tous genres.

RESTONS VIVANTS ! Contacts presse : Florence au 06 12 21 13 54 ******************

Chalon sur Saône, Dimanche 20 juillet 2003

COMMUNIQUE DE PRESSE
- Acte 1 - OCCUPATION ARTISTIQUE de Châlon sur Saône

par le Collectif artistique : « Restons vivants »

Le festival Chalon dans la rue est terminé. Il n’a pas été annulé et s’est déroulé en absorbant les situations des plus chaotiques : compagnies grévistes et non grévistes, actions militantes, manifestations publiques, confrontations et controverses, perturbations et empêchement de spectacles…

En réponse au crucial dilemme des artistes et des techniciens, de ne « plus jouer » ou de « jouer plus », face au néant culturel et social proposé par le gouvernement, plusieurs compagnies du festival (In et Off) choisissent une troisième voie : l’occupation artistique de leur espace de travail. Avignon a été déclaré ville morte il y a deux semaines, Chalon est déclarée ce jour, ville occupée artistiquement.

Il ne s’agit pas de prolonger le festival mais de faire appel à nos savoir faire spécifiques pour investir des territoires physiques, sociaux, politiques, des espaces collectifs (en voie de confiscation) ; inviter le plus grand nombre à la prise de parole publique à partir d’actions artistiques poétiquement affirmées ; inventer des nouvelles formes d’être ensemble.

« RESTONS VIVANTS ! » Une quarantaine de compagnies dont certaines venues expressément pour l’occupation débutent une série d’actions ce lundi 21 juillet à Chalon sur Saône. Un premier rendez-vous est donné parc Georges Nouelle à 18H pour une mise en pratique, ensemble d’une occupation de la ville. Autour de ce principe de temps forts, les jours qui suivront, et ce pour une durée indéterminée, s’affirment comme un laboratoire politique né des arts publics.

Les artistes, techniciens et autres occupants, envisagent cette opération comme un tremplin vers une forme cohérente et unie du mouvement des intermittents.

Nous invitons toutes les compagnies, les artistes, techniciens, organisateurs, les personnes motivées et tout particulièrement les mouvements dont les luttes sont voisines de la notre à venir soutenir ce généreux chantier.

Nous appelons plus particulièrement les chalonnais, à l’intérieur des associations existantes ou à titre individuel, à nous apporter leur soutien en matière de logement et d’aides en tous genres.

Contacts : Florence 06 12 21 13 54 ou Sandrine 06 86 85 95 49 Email : appelchalon tiscali.fr **********************

Chalon sur Saône, mardi 22 juillet 2003

COMMUNIQUE DE PRESSE
- Acte 2 - PREOCCUPATION ARTISTIQUE de Chalon sur Saône par le Collectif artistique : « Restons vivants »

SILENCE : La journée du lundi 21 juillet 2003 fut marquée par un long silence marquant la transition entre le festival et notre décision d’occupation. 75 compagnies ont été recensées à cette heure.

A partir du mardi 22 juillet, l’accent est mis sur les préoccupations politiques, artistiques et éthiques du mouvement. Les journées et soirées d’occupation, ponctuées de moments forts, feront l’objet de différentes formes d’interventions. Expérimentations et laboratoire artistique, Répétitions publiques, Interventions et improvisations dans les rues et différents lieux de Chalon, Temps de paroles et de réflexion.

Mardi 22 juillet 17 heures : autour d’une Charte éthique de 14 sentences de base selon lesquelles l’occupation artistique a été mise en plac,e est organisé le baptême symbolique des nouveaux arrivants

18h00 : manifestation Jeune France Rue. Départ Parc Georges Nouelle, en direction de la Place de l’Hôtel de Ville

19h20 : prise de parole d’un élu Place de l’Hôtel de Ville

19h30 : le Grand Cri

jusqu’à 21h00 : spectacles - forum place de l’Hôtel de Ville

de 22h00 à 24 H00 : cabaret Capharnaüm culturel

mercredi 23 juillet - Premières actions artistiques, à l’aube, en sortie d’usine - en cours de journée, des actions sont prévues en relations avec les acteurs socio - culturels du pré Saint-Jean - 18h00 : rendez-vous collectif et militant

Il est à souligner l’élan de solidarité et générosité dont la population châlonnaise fait preuve depuis la décision d’occupation artistique par le collectif « Restons Vivants ». Aujourd’hui, une centaine de famille ont proposé un hébergement dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, et soixante -huit autres ouvrent leurs portes à l’extérieur de la ville. Des repas, et diverses offres spontanées sont proposés chaque jour. DISCOURS DE MONSIEUR JEAN GEORGES TARTAR(E), discoureur municipal INAUGURATION DE L’OCCUPATION ARTISTIQUE - lundi 21 juillet 2003

" C’est entouré de spectateurs que l’acteur a la sécurité sociale. Une vague de fond, un tsunami a soulevé le mouvement des intermittents, un cyclone a emporté les simples revendications corporatistes, un élan d’abord confus puis puissant, maladroit mais fondamental, aussi spontané qu’historique fait qu’une ville hier festivalière se métamorphose aujourd’hui en une ville qui se dresse avec son boulevard de l’Utopie, sa rue de l’Impossible, son avenue du Rêve, son impasse du Libéralisme, et pas de quartier ! Rien.

Rien qu’un centre tellurique d’où surgit le Cri, la voix du rassemblement quotidien.

C’est grâce à ce cri, qu’ici, tel l’homme qui cherche les lunettes qu’il a sur le nez, les artistes en lutte - pléonasme - ont retrouvé le spectateur-acteur de la vie politique, ces spectateurs qui sont majorité, qu’ils soient de droite ou de gauche, et nous ne voyons pas que ceux qui élisent l’artiste à chaque applaudissement soient ici avares de soutien, malades d’un déficit imaginaire ou victimes d’un mariage forcé. Une ville, donc, d’artistes, fainéants par nature, inconscients, dépensiers, sales, partouzeurs, immoraux et citoyens, citoyens qu’ils en deviennent chatouilleux quand, usant d’arguments spécieux et comptables, on leur cache des choix politiques et quand les choix que l’on attend de la chambre des députés se font dans la cuisine patronale.

Interpellés sur l’annexe, sur l’accessoire, les artistes répondent sur l’essentiel et jettent pêle-mêle le fond des vrais débats : la place de la culture, le statut de l’artiste, la résistance du vivant, la considération de l’art vivant. Ils ne veulent plus de caché, il exigent du visible. Ce qui me rassure, c’est que notre président a dit connaître une intermittente. Il apprendra à nous connaître. Ce qui m’inquiète, c’est qu’il dit connaître le problème mais refuse d’écouter les solutions, préférant aller écouter Johnny mais bon, comme ça, il connaîtra deux intermittents.

J’ai vu des larmes couler sur des joues d’artistes. Et croyez-vous qu’il pleurent à la perspective d’être au rouge chez le banquier ? Ils pleurent de colère, de rage et d’émotion quand devant l’arrogance et la surdité du pouvoir, ils sentent renaître en eux l’essentiel de leur raison d’être, la sève qui monte, irrigue la force qui, contre la gravité, la pesanteur, élève le tronc vers les étoiles, projette mille feuilles couleurs d’espoir dont chaque nervure, chaque « nervurette » est nourrie par les puissantes racines enfouies au plus profond d’une terre où règnent des bûcherons amateurs de musique à la tronçonneuse.

Alors il y a plus que la sève qui compte, il y a la moutarde qui monte au nez, Dijon n’est qu’à un jet de pavé et puisque j’en parle, le feu qui a failli ravager le théâtre, ce soir nous l’emploierons pour cuire les merguez de la fête de l’esprit retrouvé, de la lutte pertinente, impertinente et créatrice.

Chalon doit s’éterniser car s’il est douteux que le pouvoir se laisse impressionner par le silence qui règne dans le cimetière des festivals, il est concevable qu’il fleurisse chaque tombe en blaguant sur les 43 festivals gâchés pour parodier l’intermittent et ses 43 cachets. Rendons donc à l’espace de contestation qu’est la rue ce que le théâtre de rue lui a pris. C’est pourquoi ce soir nous inaugurons ce qui hier personne n’augurait, nous inaugurons Chalon réinventé, recréé, Chalon ville préoccupée de demain. "

Jean Georges Tartar(e), discoureur municipal, pour le collectif « Restons vivants ».

Contacts presse : Florence 06 12 21 13 54 ou Sandrine 06 86 85 95 49 Email : appelchalon tiscali.fr COMPAGNIES OCCUPANTES Au 21 juillet 2003 Chalon sur Saône

26000 couverts Les Piétons Albedo Théâtre de l’Unité Anonima Teatro Dernière Minute Arrache peur Les Toupies Bougrelas Ludique La Durance Change de main Gaëlle Lelarge Chercheurs d’air Kiki Braco Compagnie du Dehors La Passante Délices dada Deuxième Groupe d’Intervention Ex nihilo Projet Révalité Flo Laure, Phil et Man Les Pêcheurs de Rêves Fred Tousch La Joker Family Générik vapeur Légende La Lune Gérald La Lune Rouge Gooby Mr. Barnabé Graal Opus Krizo théâtre Tête Bêche Kumulus Sophia L’Auberge Espagnole Chapiteau Latcho Drom La lisa Kouign Amagn Lackaal duckric Rivalité Le Souffle Le Petit(e) Travers Les enclumés Artonik Métalovoice Babylone Modern d’okaz Nikamô Nadir L’auberge espagnole Opéra Pagaï Agence tartare Paulo Anarkao Jeff Décoiffage Phosphène les ogres de barback Pierre Pilate Cie PIR2 Pneu Pno Tambours dansens Poétiquement correct Tambours du Bronx Portez vous bien Carabosse Poupées barbares Quidams Rasposo Rondes de nuit Sérial théâtre Tapis Franc Têtes de vainqueurs Théâtre de l’Unité Tout samba’l Transe Express Triangle à bascule Tricyclique Dol Vapeurs *************

Chalon sur Saône, mardi 22 juillet 2003

COMMUNIQUE DE PRESSE
- Acte 3 - CHALON S’OCCUPE DE NOUS

par le Collectif artistique : « Restons vivants »

Mercredi 23 juillet - QUARTIER DU PRE ST JEAN

- 7H30 : Premières actions artistiques, à l’aube, en sortie d’usine pour le relais des 3/8. Par la compagnie G.R.A.A.L. Usine Kodak - Grande entrée.

- Toute la matinée : investissement artistique et expérimental du grand marché du Pré St Jean : Cie des chercheurs d’air, Serial Théâtre, Tout Sambal, Ex Nihilo (devant la bibliothèque du pré St Jean), etc.

- De 14H à 18H : interventions diverses dans les rues par les compagnies. Réunions et prises de parole.

- 17H : baptême des compagnies arrivantes. Charte des 12 sentences. Au chapiteau - Parc des expositions.

- 18H : rassemblement Parc Georges Nouelle. Thématique à préciser. Départ vers la place de l’hôtel de ville.

- 19H30 : Grand Cri Place de l’hôtel de ville. Départ pour le quartier St Jean.

- 20H30 : Grandes braises publiques et illumination au Quartier St Jean par la compagnie Carabosse. Pique-nique dînatoire et tiré du sac avec les habitants du quartier.

Jeudi 24 Juillet - QUARTIER DU STADE

Actions et horaires à préciser. DISCOURS DE MONSIEUR JEAN GEORGES TARTAR(E) « Chalon s’occupe de nous »- mardi 22 juillet 2003

Cette nuit, un événement particulièrement grave a marqué Chalon. 200 chambres, appartements, maisons et presbytères ont accueilli près d’un millier d’artistes. Les chalonnais ont, au-delà de l’espoir, ouvert leurs portes aux saltimbanques. C’est autant de petits-déjeuners avalés dans l’intimité de cette ville, autant de témoignages de sympathie autant de raisons qui prouvent que Chalon n’est pas occupée mais que Chalon s’occupe de nous.

Chalon ouverte, ville libérée de tous complexes, Chalon vers laquelle les regards se tournent interloqués de surprise, car les artistes déterminés dans leur action inventent, créent, offrent à la contestation des couleurs nouvelles. Conscients de la gravité de la situation, ils convoquent l’humour et, chaque fois que le doute pointe le nez, le téléphone sonne. C’est une troupe qui annonce son arrivée, c’est un parent, une personnalité qui interrogent sur ce qu’il peuvent faire pour accompagner la résistance, ce sont les médias, qui, lassés de filmer des enterrements et de tenir la rubrique nécrologique des festivals, concerts et représentations, s’invitent à la naissance de « Restons vivants à Chalon ».

Les chalonnais ouvrent leurs portes et nous entrons ! Nous entrons de plein-pieds dans la victoire de chaque journée, de chaque heure, de chaque seconde réussie à dire NON, réussie à dire notre refus de la résignation par le silence.

Alors crions !

Contacts presse : Florence 06 12 21 13 54 ou Sandrine 06 86 85 95 49 Email : appelchalon tiscali.fr *****************

Chalon sur Saône, jeudi 24 juillet 2003

COMMUNIQUE DE PRESSE
- Acte 4 - LA PREOCCUPATION SE PROPAGE

par le Collectif artistique : « Restons vivants »

Mercredi 23 juillet, entre 19h30 et 20H00, le Grand Cri poussé quotidiennement devant l’Hôtel de ville de Chalon - sur - Saône depuis le jeudi 17 juillet a connu un retentissement national. A l’appel de plusieurs compagnies, ce cri a trouvé un écho dans une dizaine de villes françaises (Manosque, Caen, Paris, Brest, Montpellier…). Une « commission pour l’occupation artistique nationale » a été créée en fin de soirée par le collectif Intermittents et Précaires d’Ile de France. Pour ce quatrième jour d’occupation, nous insistons sur l’aspect spontané et politique de nos interventions. Aujourd’hui, des actions sont menées tout au long de la journée dans le quartier du Stade, depuis son marché matinal jusqu’(à son illumination nocturne par la Compagnie Carabosse.

Mercredi 23 juillet - QUARTIER DU PRE ST JEAN

Les compagnies Ex-Nihilo, GRAAL, Chercheurs d’Airt, pour ne citer qu’elles, ainsi que de nombreux artistes solo, ont multiplié les actions au cœur de la cité : improvisations chorégraphiques, répétitions publiques pendant le marché du matin, théâtre d’appartement, concerts, installation de l’illumination nocturne … Après le traditionnel défilé de 18h00, le discours quotidien de Jean- George Tartar(e), discoureur municipal pour le mouvement, et le Grand Cri de 19h30 sur la place de l’hôtel de ville, le public et les artistes présents se sont dirigés vers le quartier du Pré-St-Jean pour un barbecue géant offert à la population par le collectif « Restons Vivants ». Des interventions artistiques improvisées se sont multipliées tout au long de la soirée, embrasées par les feux de la compagnie Carabosse. L’heure était à l’échange. Les discussions se sont prolongées jusqu’à environ 1h00 du matin.

Jeudi 24 Juillet - QUARTIER DU STADE

- Le grand marché : des groupes de musiques et artistes de la compagnie Carabosse ont mené ce matin une action de sensibilisation auprès de la population locale, en vue de la soirée de préoccupation du quartier
- Interventions diverses et spontanées dans le quartier du stade et centre-ville châlonnais tout au long de la journée.
- 15h00 ; : débat public à l’Abattoir sur les modalités de prolongation de la Préoccupation de Chalon-sur-Saône
- 18h00 : rendez-vous parc George Nouelle pour le défilé quotidien. Thématique : mise en marche de l’Armée de l’Art
- 20h30 : quartier du stade. Rencontre à la Fontaine aux Loups, puis marche en musique jusqu’à la Maison de quartier. Un accueil est prévu par les « mamans » du quartier, avec thé à la menthe et gâteaux.
- Soirée échange et discussion, avec interventions artistiques improvisées, à la lumière des feux de Carabosse

La journée de vendredi sera marquée par des actions fortes et symboliques, en écho aux manifestations prévues sur l’ensemble du territoire. Outre le rassemblement collectif de 18h00, d’autres temps forts, menés par des fractions de l’Armée de l’Art, marqueront la journée. Horaire des actions à préciser.

DISCOURS DE MONSIEUR JEAN GEORGES TARTAR(E) mercredi 23 juillet 2003

Châlon, ville du futur, met en branle la machine à remonter le temps. Hier, 26 juin, le protocole d’accord discordant était signé dans une arrière cour du Medef. Aujourd’hui l’accord en décomposition est exhumé, autopsié, exhalant de curieuses puanteurs. Voici que les signataires commencent çà reconnaître qu’il était maladroit d’accuser les pauvres de vouloir l’être moins pour permettre aux riches de l’être plus. Qu’il était maladroit pour Monsieur le Baron d’exiger du personnel qui dort dans les écuries de travailler plus pour refaire à neuf le toit du château. Le président a quant à lui promis de partir à la chasse aux abus de l’intermittence, mais sa meute de contrôleurs : inspecteurs du travail, des douanes, des impôts de l’URSAFF, voire de la gendarmerie et de la magistrature doivent, de l’aveu même de François Fillon, je cite « être informés ». Nous sommes donc condamnés par des incapables. Nous, gibier dont les têtes sont préventivement accrochées en trophés, sommes priés d’assister silencieux à cette promesse de chasse en restant empaillés. Par ailleurs, on nous accuse de répéter quand nous sommes au chômage. C’est vrai : quand nous sommes au chômage nous répétons. Il est vrai que le chômage se répète souvent. C’est vrai, nous écrivons, nous créons quand nous sommes au chômage. Quand nous sommes au chômage nous construisons des décors, nous cousons des costumes, nous administrons des compagnies, nous rêvons quand nous sommes au chômage, nous rêvons qu’un jour les artistes et techniciens soient payés quand ils travaillent. Mais souvenons-nous du proverbe africain : celui qui avale une noix de coco fait confiance à son anus

Jean-George Tartar(e), discoureur municipale pour le collectif « Restons Vivants »

Contacts presse : Florence 06 12 21 13 54 ou Sandrine 06 86 85 95 49 Email : appelchalon tiscali.fr

COMPAGNIES OCCUPANTES Au 21 juillet 2003 Chalon sur Saône

26000 couverts Les Piétons Albedo Théâtre de l’Unité Anonima Teatro Dernière Minute Arrache peur Les Toupies Bougrelas Ludique La Durance Change de main Gaëlle Lelarge Chercheurs d’air Kiki Braco Compagnie du Dehors La Passante Délices dada Deuxième Groupe d’Intervention Ex nihilo Projet Révalité Flo Laure, Phil et Man Les Pêcheurs de Rêves Fred Tousch La Joker Family Générik vapeur Légende La Lune Gérald La Lune Rouge Gooby Mr. Barnabé Graal Opus Krizo théâtre Tête Bêche Kumulus Sophia L’Auberge Espagnole Chapiteau Latcho Drom La lisa Kouign Amagn Lackaal duckric Rivalité Le Souffle Le Petit(e) Travers Les enclumés Artonik Métalovoice Babylone Modern d’okaz Nikamô Nadir L’auberge espagnole Opéra Pagaï Agence tartare Paulo Anarkao Jeff Décoiffage Phosphène les ogres de barback Pierre Pilate Cie PIR2 Pneu Pno Tambours dansens Poétiquement correct Tambours du Bronx Portez vous bien Carabosse Poupées barbares Tout samba’l Quidams Transe Express Rasposo Triangle à bascule Rondes de nuit Tricyclique Dol Sérial théâtre Vapeurs Tapis Franc Têtes de vainqueurs Théâtre de l’Unité

*****************

COMMUNIQUE DE LA COORDINATION DE

LA PREOCCUPATION ARTISTIQUE

Par le collectif artistique : « Restons Vivants »

Dans le cadre du mouvement national des intermittents du spectacle, les compagnies présentes à Chalon sur Saône et rassemblées sous l’appellation « Restons vivants » ont décidé d’une préoccupation artistique et pacifique de la ville à l’issue du festival Chalon dans la rue.

Celle-ci a débuté le lundi 21 juillet.

Cette proposition, renversant les logiques marchandes et les contraintes imposées à la création et à l’expression artistique, vise à prolonger et approfondir les relations avec le public, à échanger, inventer ensemble, et donner une nouvelle impulsion à l’actuel mouvement.

Elle vise surtout à reprendre un territoire et un temps de parole sociale menacés par la seule logique économique et sécuritaire.

Nous invitons toutes les compagnies, les artistes, techniciens, organisateurs, les personnes motivées et tout particulièrement les mouvements dont les luttes sont voisines de la notre à venir soutenir ce généreux chantier : professionnels de l’éducation nationale, retraités, ouvriers, paysans, journalistes, architectes, archéologues, infirmières...

Nous appelons plus particulièrement les chalonnais, à l’intérieur des associations existantes ou à titre individuel, à nous apporter leur soutien en matière de logement et d’aides en tous genres.

RESTONS VIVANTS !

Contacts presse : Sandrine au 06 86 85 95 49 Chalon sur Saône, vendredi 25 juillet 2003

COMMUNIQUE DE PRESSE
- Acte 5 - PREOCCUPATION EN ACTIONS

par le Collectif artistique : « Restons vivants »

Hier a été créé le premier instrument au service du mouvement : « l’Armée de l’Art ». En défilé silencieux et aux pas dans les rues châlonnaises, et brandissant ses seules armes culturelles (instruments, livres, matériel de construction…), l’armée s’est retrouvée à 19h30 sur la place de l’Hôtel de Ville pour le traditionnel cri de révolte et d’espoir, avant de se séparer en commandos, partant aux pas de courses occuper d’autres régions de France. Le rendez-vous du soir était donné dans le Quartier du Stade, pour un accueil par les « mamans » des cités, armées de leurs thés à la menthe et pâtisseries maison. Sur une scène improvisée au milieu des pots de feu de Carabosse se sont succédés des groupes de musiques locaux, artistes du collectif, et jeunes rappeurs du quartier. Un débat public a pris forme autour du problème spécifique de l’intermittence, pour déboucher sur le problème culturel et social en général. Le forum était organisé de façon tout à fait spontané, avec prises de paroles libres et variées .

A partir d’aujourd’hui vendredi 25 juillet, et après l’illumination successive de quartiers « difficiles » l’armée se préoccupera à nouveau du centre-ville, sous forme de sections armées prêtes à toute forme de terrorisme culturel. L’heure est également, depuis hier, à la réflexion quant aux modalités de poursuite du mouvement . Le premier feu de la guérilla culturelle a été allumé à Chalon, témoins en sont les nombreuses familles très actives au sein du mouvement, de par leurs propositions d’hébergement, leurs parrainages d’artistes, et implications directes dans les diverses actions menées depuis lundi. Erigées en sentinelles, gardes éthiques vigilants d’un vaste mouvement en marche, ces chalonnais se sont proposés pour prendre le relais de la lutte après le départ des troupes préoccupées vers Millau, puis Aurillac. « Restons Vivants » compte essaimer depuis sa première ville occupée, et lancer de façon concrète, avant septembre et pour une durée indéterminée, une vaste préoccupation nationale. Outre le ralliement aux alter - mondialistes à Millau les 8, 9, et 10 août prochains, une préoccupation d’Aurillac pourrait prendre place dans les jours à venir, en amont du festival, sous forme de débat public. Un débat qui permettrait de faire de la manifestation artistique prévue une véritable tribune, engageant le débat sur des propositions concrètes, notamment pour la rentrée.

Vendredi 25 juillet - Armée de l’Art

15h 00 : réunion puis départ de l’armée depuis l’Abattoir en direction de deux points stratégiques, pour des actions fortes et symboliques 19h30 : rendez-vous place de l’hôtel de ville pour le discours de Jean-George Tartar(e), suivi du traditionnel Cri, aujourd’hui aphone pour cause de grève nationale.

Soirée placée sous le signe de la grève

Samedi 26 juillet

- L’armée de l’art s’attaque à la consommation de masse. Diverses actions, tout au long de la journée, sont prévues contre des lieux symboliques de la consommation (supermarchés, centres commerciaux etc)
- 18 h00 : rendez-vous Parc George Nouelle pour le défilé quotidien (thématique à préciser)
- 19h30 : le Grand Cri place de l’Hôtel de Ville

soirée spectaculaire avec les structures de Xavier Julliot (manches à air en centre-ville et bateaux de survie sur la Saône). Pique-nique géant en centre-ville, avec les châlonnais impliqués dans la lutte

***********************





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0