CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2006  >  Autres communiqués  >  Apeis : C’est nos vies qui sont en état d’urgence

Apeis : C’est nos vies qui sont en état d’urgence

Publié, le vendredi 6 janvier 2006 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mercredi 15 mars 2006


Début novembre Jacques Chirac et Dominique de Villepin avaient réactivé la loi sur l’état d’urgence pour tenter de faire face aux violences qui secouaient nos quartiers populaires avant que le Premier ministre n’annonce, devant les députés, des mesures bidons pour les banlieues. Présidé par le chef de l’Etat, le Conseil des ministres avait adopté un décret d’application de la loi du 3 avril 1955, qui institue l’état d’urgence en France, autorisant notamment des couvre-feux et des perquisitions sans le contrôle d’un juge. Pour rappel, des décrets d’applications de cette loi n’ont été établis depuis l’Algérie qu’afin de briser la lutte du peuple Kanak en 1985. Demain cet état d’urgence prend fin... tout est réglé, l’année commence trop bien !

La fin de l’Etat d’urgence mais pour qui ?

Pour les enfants de la classe ouvrière qui ont crié leur mal vie à une société et à des dirigeants qui semblent sourds aux revendications des plus pauvres de la société. Qui parle aujourd’hui du fait qu’il y a 21% de chômage chez les jeunes des quartiers populaires, chiffre qui atteint 43% quand ces mêmes jeunes sont issus de l’immigration, qui se soucie de connaître la vérité et donc de rendre justice aux familles de Ziad et Bouna, qui se soucie des milliers de jeunes incarcérés souvent sans preuve suite à ce mouvement social fait de colère et avec les outils que la société leur a légué ?

La fin de l’Etat d’urgence mais pour qui ?

Pour ceux qui survivent avec des revenus toujours minimum ? Alors qu’on renforce la veille de Noël la suspicion sur les chômeurs fraudeurs, les partenaires « sociaux » dont des syndicats qui aujourd’hui même offrent ou échangent ( ? ) à un patronat très réjouit leurs signatures au bas d’un accord Unédic qui réduit encore une fois les droits des chômeurs et va conduire à une augmentation des chômeurs non indemnisés. Ils construisent pour demain la précarité et la misère pour bon nombre d’entre nous.

La fin de l’Etat d’urgence mais pour qui ?

Pour ceux qui sont à la rue ? Alors qu’on nous annonce aux infos de 7h00 avec le sanglot traditionnel dans la voix qu’un énième « SDF » vient de mourir de froid cette nuit malgré le plan grand froid, et le fait que les sans abris qui travaillent aient un hébergement d’urgence d’un mois... Assez, on le sait ce n’est pas le froid qui tue mais bien la misère, on le sait ce ne sont pas les déclarations d’intention et leur politique spectacle qui s’attaquent aux causes de la misère. Ils ne font que la gérer, laissant aux yeux et à la vue mais aussi à l’oubli de tous, des enfants, des femmes, et des hommes à la rue.

Etat d’urgence... ça peut nous paraître curieux à nous autres que pour ces gens-là gouverner ce soit faire la guerre à l’immense majorité de ceux que l’on gouverne.

Apeis, 3 janvier 2006
http://www.apeis.org//article.php3?id_article=254





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0