CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Négos Unédic  >  « Intermittents, Précaires, qu’est-ce qui se passe ? »
Débat à l’initiative de la CIP et du SYNAVI (Avignon 2006)

« Intermittents, Précaires, qu’est-ce qui se passe ? »
Débat à l’initiative de la CIP et du SYNAVI (Avignon 2006)

Publié, le vendredi 8 septembre 2006 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 15 novembre 2008


Débat à l’initiative de la Coordination des Intermittents et Précaires et du Syndicat Nationale des Arts Vivants. Le 12 juillet 2006 à Avignon au Cloître St-Louis de 14h 30 à 18h.

(Fichiers à écouter/télécharger en bas de page)

Intermittents, Précaires, qu’est-ce qui se passe ? « L’atermoiement illimité » ou « La Sainte alliance du libéralisme culturel et de la planification bureaucratique »

“L’acquittement apparent, dit le peintre, n’a pas l’air de vous paraître avantageux ? Peut-être préfèreriez-vous l’atermoiement illimité. Dois-je vous expliquer le sens de l’atermoiement illimité ?” (Franz Kafka - Le procès)

Dans « Le Procès » de Franz Kafka, le personnage principal poursuivi dans un procès dont il ne connaît aucun des chefs d’accusation demande quand sera rendu le verdict. On lui apprend alors que le mieux auquel il peut prétendre est « l’atermoiement illimité » : aucune charge portée contre lui ne sera jamais retirée, mais peut-être le jugement ne sera-t-il jamais rendu, et on continuera à faire peser sur lui une lourde suspicion sans décider définitivement de le condamner.

Voilà bien où nous en sommes aujourd’hui avec le dossier des intermittents. Les négociations sont finies. Après trois ans de crise aucun nouvel accord n’a été trouvé, et le protocole de 2003, loin d’être abrogé est bien celui qui s’applique aujourd’hui à chaque examen de droit.

Pendant ces trois ans , sous couvert de lutte contre les abus tant décriés, les bureaucrates n’ont pas chômé, nous assistons à une chasse aux sorcières sans précédents des intermittents et des structures employeurs ( garde à vue, retrait de licence...) Illégalités ? Inadéquation du système ? Accusations infondées ? opacités ou paradoxes de la législation ?

Entreprise engendrant de forts bénéfices sur l’emploi flexible ou artisanat théâtral, auto-exploitation des artistes et des techniciens ou sous-traitance du salariat au profit des théâtres et des collectivités locales la bureaucratie n’a que faire de ces subtilités.

Face aux contrôles, à la peur qui isole, ne restons pas seuls ! Brisons le silence, ne nous plaignons pas, portons plainte !

Pourquoi et comment se bâtissent des dispositifs à fabriquer de l’illégalité ? Contrôles des compagnies, radiations des chômeurs, expulsion des sans-papiers, bureaucratisation, pénalisation de nos pratiques : qu’est ce qui se passe ?

Des discours qui endorment, des négociations sur notre dos, des protocoles débiles, des définitions indélébiles, des vies sous répressions... Qui décide de quoi ? Qui contrôle qui ?

Intermittence, précarité, quels nouveaux droits ?

Introduction

- Première partie : qu’est ce qui se passe ?

1/ Qu’est ce qui se passe ?

2/ loi CESEDA

3/ Tenir le cap au pays des contrôles

4/ Les politiques culturelles, les controles, les conventions collectives du point de vue des structures indépendantes (SYNAVI)

Débat 1ère partie

- Deuxième partie : Intermittence, précarité : quels nouveaux droits ?

Débat 2ème partie





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0