CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Archives Travaux des commissions  >  Inter-Professionnelle  >  Compte-rendu « Larzac 2003 »

Compte-rendu « Larzac 2003 »

Publié, le samedi 16 août 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 16 août 2003


1/ TRAVAIL REALISE PAR LES PROFESSIONNELS DU SPECTACLE EN LUTTE La logistique du stand des Intermittents a été assurée par le collectif de Montpellier CULTURE EN DANGER : montage, accueil des 11 collectifs de : Montpellier, Auvergne, Ile de France, Poitiers, Alençon, La Rochelle, Avignon, Tours, Lyon, Le Mans et Basse Normandie. Culture en Danger s’est également chargé de : l’accueil du public, vente des tee-shirts et badges, pétitions, informations, forums spontanés, préparations des AG...

Le stand « CULTURE EN DANGER : COLLECTIFS D’INTERMITTENTS », était idéalement situé, emplacement central face aux stands d’Attac et de la Confédération Paysanne.

Nous tenons à remercier Montpellier ainsi que la CNT qui a convié l’ensemble des professionnels du spectacle en luttes, à un repas de clôture dimanche soir, après un démontage collectif de notre stand.

Nos chaleureuses pensées aux cies (Brat...), organisateurs et collectifs (Co-errances, No-Vox, Seattle...)qui nous ont prété leurs chapiteaux pour la tenue des AG, nous évitant ainsi les insolations.

A noter que tout le matériel du stand et les moyens de transport ont été fournis par le CDN de Montpellier « Les 4 Vents » ( minibus, pont lumière, tables chaises..).

A -ASSEMBLEES GENERALES

Dans l’ensemble, la préparation des AG et les comptes rendus ont été pris en charge par CIP IDF. Il y a eu 1 AG par jour entre jeudi soir et samedi, une dernière réunion de bilan et d’ information clôturait notre travail dimanche avec l’établissement d’un calendrier prévisionnel. Dès la première AG de Jeudi, José Bové s’ est expliqué sur la question du CD produit et diffusé par la FNAC qui comporte les groupes ayant participé à Larzac 2003.

la Confédération Paysanne n’a pas controlé la publicité qu’en a fait la FNAC dans les journaux(Politis, Libération, le Monde...). Il déplore que cette médiatisation ambigue donne l’impression que la FNAC est le sponsort de cette manifestation altermondialiste, et il s’en excuse..

LES PRINCIPAUX THEMES ABORDES

Interpro et AGCS Casse des acqtuis sociaux , précarisation générale Débat sur les festivals et modes d’actions Le planning Aurillac Aurillac Problème de l’eau Communiqué de Presse Grande Scène du Larzac. Intervention des Intermittents et Interpros.

INTERPRO/ AGCS Depuis la première AG, décidée par les intermittents déja arrivés sur le site le jeudi soir (7/8, jour de l’ agrément du protocoles par le gouvenement !) la lutte interpro est apparue comme une évidence à tout le monde.

En effet ce jour là, beaucoup de gens de beaucoup de métiers différents ont pris la parole, dépassant largement la question des annexes 8 et 10...La necessité de la lutte interprofessionnelle s’est confirmée au cours des trois jours pour aboutir à la proposition d’actions informant sur les dangers de l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services) qui menacent l’ensemble de la population .

Il s’agit de mobiliser largement pour préparer le contre sommet de l’Organisation Mondiale du Commerce ( OMC) qui se tiendra à CANCUNdu 9/9 au 14/9.

Concrètement nous remarquons que les professionnels les plus présents depuis le début de la lutte dans les coordinations d’ intermittents, et cela s’ est reflété au Larzac, sont les enseignants et les archéologues.

A l’opposé, nous remarquons que les ouvriers et les étudiants (mis à part quelques étudiants en architecture) sont rares parmi nous et que les artistes plasticiens ne se sont pas encore « manifestés ». Un travail reste peut-etre à faire pour les mobiliser et les sortir de leur isolement ?

Voici en vrac ce qui a été exprimé au cours des différentes AG :

Il a été dit (par un archéo.) que le terme « inter-pro » est réducteur, car il ne s’ agit plus de professions mais d’ individus atteints dans leurs droits sociaux...Un facteur dit « qu’ il faut aussi se rassembler avec les sans-papiers, les marginaux, les précaires.Proposition d’ aller interpeller les élus et de leur poser la question « que font-ils dans leur ville ? »

Un exemple positif de lutte interpro a été donné : la coordination de Corrèze a appelé au bloquage du concert de Johnny.Ils étaient 60 au début, après l’ appel à l’ interpro, plusieurs centaines... Autre exemple : les cheminots vont fermer une ligne de chemin de fer un soir à Aurillac...

Proposition d’ avoir des AG communes interpros à la Rentrée dans le but d’ écrire un texte de convergence des luttes (cela a déjà commencé à se faire au CIP IDF par groupes de travail) IL y a eu des discussions sur le fait que l’ on a « perdu » car le protocole a été agréé, mais qu’ il faut rester mobilisé auprès des autres professions...

Penser a internationaliser la lutte ! ! ! Actions proposées :

- Réalisation d’un outil pédagogique sur l’AGCS, disponible pour toutes les coordinations, voir le travail réalisé par la Commission Europe de la Coordination CIP IDF : contacteurope no-log.org / Site:wwwno-log.org.

- Mobilisation générale du 9/9 au 14/9 pour le contre sommet de Cancun,avec :

- Le CRI suivi de tractages sur l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services) à la population (19h30 devant les mairies).

- Occupation des lieux de travail et information sur l’AGCS.

- Prendre contact avec le monde ouvrier , les artistes plasticiens, les poêtes et écrivains, les sculpteurs, qui, pour certains,se sentent encore exclus du mouvement...

- Information de proximité, pourquoi ne pas tenir un stand dans son quartier tous les week-end d’ici l’ouverture de Cancun, et informer ses voisins.

- Affichage sauvage.

- Caisse de soutien aux grévistes en cas de Grève Générale, dans chaque quartier.

- Blocage des grandes surfaces dès le premier samedi de septembre.

- Etablir son compte banquaire dans les banques alternatives : consulter internet pour trouver des infos sur ces banques. En gros changer ses habitudes de consommation.

- Mobilisation des enfants : que chaque enseignant sorte du « formatage des programmes » scolaire officiel et sensibilise les élèves aux problèmes qu’ils vont rencontrer dans la société de demain.

- Marche sur Paris pour demander la démission du gouvernement ( contacter Aurélien via Culture en danger. Montpellier) : elle aurait déja commencé et se déplacerait du Larzac vers Aurillac pour finir à Paris.

- Journée d’action interprofessionnelle nationale le samedi 6/9/2003 impulsée par la Confédération Paysanne.

CASSE DES ACQUIS SOCIAUX, PRECARISATION GENERALE En décembre réforme de l’ Unedic : 800 000 personnes exclues de l’ assurance chomage. Alerte sur la modification du droit de grève : réforme qui va être votée prochainement. Pour le moment elle ne s’ applique qu’au service publique, mais bientôt elle atteindra le privé.

Alerte également sur la réforme concernant les inspecteurs du travail : ils n’ auraient plus le droit de s’ occuper que des problèmes qui « ne portent pas atteinte à la bonne marche de l’ entreprise »...

Débat sur les festivals et modes d’actions

La Chaise Dieu/ Le Puy du 16 au 31 août :

« Nous serons plus que jamais présents et déterminés pour bloquer le festival de la Chaise Dieu/ Le Puy, vitrine politique de MM. Barrot, Giscard et Aillagon » Assemblée générale des travailleurs du spectacle en Auvergne.

Se rendre d’abord au festival de la Chaise Dieu (musique sacrée), et poursuivre sur Aurillac. Blocage et mise en grève à la Chaise Dieu. Les organisateurs de ce festival ont fait venir les artistes roumains qui n’ont pas le droit de se mettre en grève.

Aurillac :

Le festival d’Aurillac est la vitrine du spectacle de rue, l’un des premiers amenés à disparaitre avec cet accord. C’est aussi un RDV important qui sera un relais pour la rentrée. Soyons ensemble interpros, grévistes et non grévistes.

Le directeur du festival d’Aurillac, Jean-marie Songy, a été mandaté au Larzac pour prendre la parole car il se déclare solidaire du mouvement. Il présente une série de propositions issues de négociations avec les coordinations et cies programmées en lutte.

Il explique que son équipe prépare l’accueil de tous : public, artistes, coordinations et interpros. Il propose une « pré-occupation de la ville ».

Dans son communiqué, il propose à titre personnel la constitution d’une « cellule de gestion de la lutte ». Il lance un appel général pour se retrouver au sein de cette cellule, afin de construire les modalités de mise en oeuvre des actions.

Le planning de travail proposé

12/8 à 19h REUNION AU CENTRE DES CARMES.(organisateurs)

14, 15/8 AURILLAC au CENTRE DES CARMES TOUTES LES COORDINATIONS (coordinations)

16/8 MODALITES DE FONCTIONEMENT (coordinations)

16/8 AU 19/8 LA CHAISE DIEU AU PUY EN VELLAY (coordinations)

LE 18/8 AG DES SALARIES DU FESTIVAL (organisateurs)

19/8 MANIF INTERPROS. JOURNEE DE RASSEMBLEMENT (CGT )

20/8 AU 22/8 FORUMS DE DISCUSSIONS ET DE DEBATS

23/8 MANIF DE LA RESISTANCE ARTISTIQUE (organisateurs, le groupe Restons Vivants de Chalon, la Fédération des Arts de la Rue).

Aurillac Problème de l’eau

Un ouvrier agricole (Momo) du Cantal explique le problème de la sècheresse : les pouvoirs publics imposent aux agriculteurs une restriction d’eau, alors qu’on en utilise pour arroser les stades et les terrains de golf et à cela vient se rajouter l’évènement du festival : la préfecture fait des économies d’eau sur les agriculteurs pour pouvoir satisfaire les besoins des festivaliers.

Jean-Marie Songy dit qu’il n’a pas la possibilité de répondre à ce sujet, il dit que l’eau est prète pour nous et pour l’ensemble des communes qui sont ravitaillées par Aurillac.

Serge lui fait remarquer qu’en tant que directeur de ce festival, il doit prendre ses responsabilités indépendemment des décisions du préfet.

Un syndiqué de la Confédération Paysanne apporte son point de vue : le Cantal n’est pas plus touché que le Larzac par la sècheresse. Pour lui le festival peut quand même se dérouler, il faut faire passer le message d’une attitude citoyenne et autonome comme 250 000 personnes s’en sont montrées capables sur Larzac 2003 : attention à la préservation des lieux et à la consommation d’eau.

La préfecture du Cantal se doit de porter secours aux agriculteurs. Demander à l’armée de l’aide logistique : citernes, camions...

Communiqué de Presse rédigé par l’ensemble des collectifs présents VOTE LE 8/8 2003

Le collectif des professionnels du spectacle vivant, de l’audiovisuel et du cinéma en lutte, présent au Larzac 2003, prend acte de la ratification par le gouvernement du protocole d’accord sur le régime spécifique des intermittents et fera tout pour s’opposer à son application.

Cette décision est celle d’un gouvernement méprisant les revendications légitimes de nombreux mouvements sociaux.

Un gouvernement détruisant les droits sociaux, fondamentaux sous prétexte de réforme, n’a pas sa place.

Présents au Larzac 2003, lieu de convergence des luttes, nous affirmons notre fraternité et notre volonté de combatre avec tous ceux qui s’opposent partout à une logique de marcbandisation du monde.

La culture non plus n’est pas une marchandise.

Globalison les luttes, pour globaliser l’espoir.

Intervention des Intermittents et Interpros. Grande Scène du Larzac. Samedi 8/8/2003. (250 000 personnes). Extrait. Nous professionnels du spectacle et de l’audiovisuel, unis à tous les secteurs en lutte et tous ceux qui se battent pour changer la vie, sommes venus vous exprimer ici notre espoir en un autre monde.

Nous sommes fiers de rejoindre la Confédération paysanne et les associations qui nous accueillent et nous fédèrent ici, fiers de rejoindre tous ceux qui ont lutté, qui luttent et qui lutteront pour que nos utopies d’aujourd’hui deviennent les réalités de demain !

Nous sommes tous des chômeurs, des RMISTES, des intérimaires et saisonniers, des intermittents, des PRECAIRES ! ! Ils nous ont rangés dans leurs cases et certains parmi nous, de plus en plus nombreux, en ont été carrément sortis, sans droits, sans logements, sans papiers...

Et vous, où en êtes-vous ! Dans quelle case vous ont-ils rangé ?

Ou de quelle case veulent_ils vous faire sortir ?

Qui est chômeur parmi vous ? Qui est RMISTE parmi vous ? Qui est interimaire parmi vous ? Qui est sans droits parmi vous ? Nous somes tous des « sans papiers » !

Y a t-il des ouvriers parmi nous ? Précaires, futurs précaires !

Y a t-il des apprentis parmi nous ? Précaires, futurs précaires !

Y a t-il des étudiants parmi nous ? Précaires, futurs précaires !

Y a t-il des enseignants parmi nous ? Précaires, futurs précaires !

Y a t-il des professionnels de la santé parmi nous ? Précaires, futurs précaires !

Y A T-IL DES GENS QUI AIMENT SIMPLEMENT VIVRE ET RESPIRER LIBREMENT ?

PRECAIRES FUTURS PRECAIRES ! ! (...)

(.... )Je vous propose de pousser le CRI symbole de notre lutte, un cri de combat et de libération...

Ah Ah Ah !!!! (cri de la foule)

Nous vous donnons rendez-vous dans chacune de vos régions pour rejoindre les collectifs en lutte, rendez-vous à AURILLAC et en septembre pour une rentrée qui va tout mettre par terre !!! A bientôt !!!

B -CALENDRIER PREVISIONNEL DES « PROFESSIONNELS DU SPECTACLE EN LUTTE ».

- LE CRI :Tous les jours à 19h30 devant les mairies, suivi d’un tractage sur les dangers de l’AGCS

- AURILLAC Voir plus haut le planning de travail proposé en accord avec les coordinations présentes au Larzac.

- 17/8 au 23/8 : Lussas (Ardèche) festival du film documentaire. Participation de la commission Audiovisuelle de CIP IDF.

- 19/8 au 24/8 : FESTIVAL AURILLAC

- 20/8 au 24/8 : RASSEMBLEMENT POÏELITIQUE : festival annulé par Bernard Lubat et remplacé par des rencontres poético-musico-politiques. Tous les collectifs sont invités.

- 25/8 : UNIVERSITE D’ETE DE LA COMMUNICATION. OURTIN. La commission presse de cip-idf est invitée.

-26/8 27/8 UNIVERSITE DU MEDEF/ ACTION D’ENSEMBLE INTERLUTTE : région parisienne (dates et lieu à préciser).

- 28/8 29/8 REUNION DE LA COORDINATION NATIONALE. PARIS.

- jusqu’au 14 /9 MOBILISATION GENERALE CONTRE L’OMC Monter des actions citoyennes qui informent sur l’OMC et l’AGCS, avec visite des sièges des multinationales. Préparation du contre sommet de l’OMC à CANCUN.

- 4/9 Etats Généraux de la Culture à l’initiative du Gouvernement.

- 6 /9 1 ERE JOURNEE NATIONALE DE MOBILISATION CONTRE L’OMC. Résistance à la marchandisation du monde et du vivant.

9/9 au 14/9 : CANCUN, sommet de l’OMC.

12/9 au 14/9/ : FETE DE L’HUMANITE

- Octobre (dates à préciser) : « POUR LA PENSEE ET POUR L’IMAGINAIRE ». Sur une proposition de Jack Ralite.

12/11 au 14/11 : FSE (Forum Social Européen), Saint-Denis (93).

- ATTENTION : ou se situerait la Grève Génerale dans ce calendrier ? Personne ne le sait mais tout le monde en parle…

C - LES FORUMS LARZAC 2003 (aux quels nous avons assisté et ou participé) : Culture et mondialisation :

Organisé par la CGT SPECTACLE et ATTAC.

avec : Jean Ferrat (industrie du disque), Pascal Thomas (cinéma), Jack Ralite (théâtre), Marion Mazorik ( littérature).

Ces 4 intervenants ont exposé les risques encourus par la Culture et l’Art, face aux projets de l’Organisation Mondiale du Commerce. Cette instance vise à nous faire ingurgiter, sous prétexte de, lever « les obstacles techniques au commerce », l’acceptation d’un renoncement aux droits humains les plus élémentaires.

Par delà l’opposition des intermittents du spectacle à la réforme de leur statut, c’est la place de la Culture et de l’Art dans la société qui est menacée.

Jean Ferrat dénonce les « majors » qui imposent le passage en boucle de quelques artistes français sur les ondes des radios, maintenant dans l’ombre, un nombre considérable d’artistes interprètes doués et créatifs, et privant ainsi le public de la découverte de la diversité culturelle exceptionnellement créative et originale de notre pays.

Marion Mazorik , directrice d’une petite maison d’édition dans le Gard, reproche aux médias de travailler en circuit fermé avec les grands éditeurs du livre (Gallimard, Hachette…).

Ces éditeurs ont le monopole du marché, avec le battage médiatique qui précède la sortie d’un livre et le relais des concours littéraires (Goncourt…) tout est alors joué d’avance. De même que le phénomène de l’audimat en audiovisuel, si une œuvre littéraire ne décolle pas sur les 15 premiers jours, elle est retirée des rayons et pilonnée.

Marion Mazorik, qui a observé le système de ces « majors de l’édition » en y travaillant, a fait le choix de les quitter et de monter sa propre maison d’édition. Elle y pratique une « politique alternative » qui donne le temps aux œuvres d’être découvertes et appréciées par des lecteurs amoureux de la littérature.

Elle rappelle qu’il ne faut pas fustiger les Américains dans cette mise en place progressive de la marchandisation de la culture, mais plutôt les multinationales Américaines et Européennes. Elle souligne au contraire son attachement à la littérature anglo-saxonne et son caractère subversif et précurseur. Elle n’oublie pas que nombre d’artistes et citoyens américains sont aujourd’hui inquiétés par le pouvoir en place dans leurs pays, pour avoir exprimé leurs opinions antilibérales et alter mondialistes.

Pascal thomas

Même problème d’audimat que pour la littérature. Un film, et donc, son réalisateur, a une semaine pour faire ses preuves.

Il rappelle les avancées sociales et culturelles mises en place après guerre afin de soutenir les jeunes cinéastes et favoriser la création avec la mise en place du Fond de soutien géré par le CNC (Centre national du Cinéma) : sur chaque ticket vendu, un pourcentage du prix de vente est reversé à cette caisse.

A présent les Majors détournent à leur profit ce système équitable de soutien citoyen.

Il donne comme exemple l’émission POP STAR qui vient d’être reconnue par le Conseil d’Etat comme une Oeuvre Audiovisuelle : ce qui donne accès à ce type de production au système des Quotas et à une partie de leur financement par le Fond de Soutien.

Dans la logique ultra libérale telle qu’on cherche à nous l’imposer, on juge d’une œuvre culturelle par l’audimat, et plus elle a de public plus elle sera déclarée comme une oeuvre culturelle, une grande œuvre....

Jack Ralite

A propos de l’audiovisuel :

Ce type de détournement des acquis du service public agit comme une « mine anti-création », et dans cette stratégie économique « on n’attaque pas de front, mais on mine la culture. » « On quitte le sens, le règne de la liberté, pour être enfermé dans le règne de la nécessité ».

Dans le domaine de l’Audiovisuel et de la littérature, la logique économique est plus lourde qu’ailleurs.

Il s’agit de « mettre en cause la logique économique » par une « dissidence économique », puisque « tout se vend même l’homme ». « Le statut de l’esprit doit se définir, tout comme le statut du vivant. »

Pourtant comme le dit Jean Vilar « il faut avoir l’audace et l’opiniâtreté d’imposer au public ce qu’il ne sait pas qu’il désire. »

A propos du mouvement des intermittents et de la grève :

« A travers la lutte des intermittents, les gens ont été amenés à voir que la Culture ça rapporte contrairement à ceux qui déclaraient jusqu’à présent que la Culture ça coûte cher. »

Ils se sont aussi rendus compte qu’en matière de logique d’investissement, dans le domaine de la Culture, la seule dimension essentielle et première c’est l’investissement humain, c’est à dire être citoyen.

« Le Protocole puis son agrément par le gouvernement, sont à l’origine de la création d’un mouvement qui a cristallisé la colère et l’espérance de l’ensemble du milieu de la culture. »

Il rappelle que ce sont les « soutiers de la culture : les techniciens » qui ont, en grande majorité, voté la grève. Il a partagé ces douloureux moments en Avignon où « ceux qui étaient pour la grève, pleuraient et ceux qui étaient contre la grève pleuraient. »

Il souligne la pertinence d’analyse des collectifs d’Intermittents, leur capacité d’organisation et de réaction et cite avec admiration la « leçon du protocole » donnée par l’équipe de la Coordination CIP-IDF aux Etats Généraux de la Culture le 26 juillet dernier au théâtre de la Commune d’Aubervilliers.

La Grève c’est le « déchirement du voile ». A présent on réfléchit à une autre façon de voir et de faire car « Les politiques n’ont plus de courage », ils ratifient et proposent ensuite une réflexion en annonçant, après-coup, la préparation et la tenue d’Etats Généraux de la Culture.

Pour Jack Ralite il s’agit d’une « Médefisation » de la politique culturelle Française.

Proposition de Jack Ralite :

Tenue d’Etats Généraux en octobre au Zénit intitulé « POUR LA PENSEE ET POUR L’IMAGINAIRE ».

En invitant différents acteurs interprofessionnels à y participer (Georges Balandier auteur de « Civilisé dit-on », artistes, collectifs d’intermittents, syndicats du spectacle et du monde ouvrier, chercheurs, éducateurs, la Confédération Paysanne, etc.…),il souhaite travailler sur l’idée de « Pensées Passerelles », piste pour sortir la Culture de la situation actuelle.

« Cela permettrait la remise à jour et en œuvre, d’une Responsabilité Publique en matière de Culture, car l’autoritarisme du Pouvoir à l’heure actuelle c’est : la Gestion ».

Pour Jack Ralite, « nous sommes en trajet », puisque « la Pensée, avant d’être œuvre est en trajet »(Henri Michaux.)

Politique culturelle et service public, place de la culture dans la société :

Organisé par Culture en danger (Montpellier), C I P IDF, CGT spectacle.

Avec : Juta Vielhaber, Jack Ralite, Daniel Mermet, Stanislas Nordey, Jean-Marc Bourg.

Etant donné que personne parmi nous n’a pris de notes de ce forum, Laura propose de faire ce CR avec toute la subjectivité et les limites de sa mémoire.

Il faut dire que l’ assemblée a longtemps « tourné autour du pot », en débattant sur le mouvement des intermittents...Puis Daniel Mermet prend la parole : il fait une intervention claire, synthétique, et politique. Il alerte sur le fait que la culture se transforme de plus en plus en un bien de consommation ( allusion voilée à France Culture).

Puis Jack Ralite intervient longuement d’un point de vue plus large et plus philosophique sur la culture.Je ne répéterai pas ici les thèmes qu’ il a développés au cours d’ autres forums (Etats géneraux de la Culture et phénomène « Pop stars »), déjà rapportés sur ce CR. En revanche il s’étend sur la question de la grève des intermittents, et compare la situation actuelle à celle de la grève de la faim au Théatre du Soleil en soutien des sans-papiers il y a quelques années : pour lui la grève actuelle était juste (et il en souligne le courage a cause de l’ extreme violence que cela représentait pour les compagnies) dans un premier temps mais ne l’ est plus forcément maintenant, car « pour pouvoir continuer à lutter il faut rester vivants ».

Personnellement j’ ai éte choquée par l’ attitude consommériste d’une grande partie de l’ assemblée, qui s’ est levée et a quitté le forum juste après l’ intervention de Jack Ralite, ovationné, alors que le modérateur s’ égosillait à rappeler à tout le monde qu’ il restait encore trois qurarts d’ heure de débat selon le planning prévu !...

Stanislas Nordey intervient en dernier, après avoir écouté silencieusement tout le monde, de façon brève et précise : il est « là » pour réfléchir, collectivement, sur la suite du mouvement...

Il rappelle, très justement à mon sens, que , meme si nous avons tous critiqué pendant longtemps « la gauche molle » nous subissons maintenant « la droite dure », (je me permets de rajouter « que beaucoup parmi nous ont votée ! ») , ce qui est sans doute bien pire...

Lutte Festive, lutte combative. Forum spontané

Proposée par la COORDINATION DE LYON

thème : tribune improvisée, réflexions sur l’éthique de la lutte en matière de communication. Polémique autour du danger de « la labélisation » par la FNAC du CD réalisé par les organisateurs de Larzac 2003.

Ce forum a finalement débouché beaucoup plus sur des questions liées à la grève des intermittents que sur les thèmes prévus. Suite à cette réflexion une banderole à circulée sur le site rappelant que « Larzac 2003, n’est pas un festival, non à la marchandisation du sommet du Larzac »

Libéralisation des services, une menace pour tous, des gains pour quelques-uns uns Avec : Annie Clairière (Droits Devant ! !), Marc , Raoul-Marc Jennar (Oxfarm solidarité), Fabienne Binot (Sud Santé), D. Rallet, J.P Moreux (CGT Spectacle). Libéralisation des services, une menace pour tous, des gains pour quelques-uns uns.

Compte rendu du Forum sur l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services) du 9. Août 2003 au Larzac

« Libéralisation des services, une menace pour tous, des gains pour quelques-uns »

Marc Raoul Jennar (Chercheur auprès d’Oxfam Solidarité-Belgique) : « le double jeu de la Commission Européenne »

-  Les social-démocraties européennes aujourd’hui suivent toutes une politique de droite.

-  Le mandat de Pascal Lamy (socialiste français / commissaire européen au commerce ; seul négociateur pour l’U.E. à l’OMC) n’a pas été révisé, les négociations n’ont pas été changées.

Ce mandat date de 1999 ; il a été négociateur au round de l’OMC à Doha en 2001.

Ce round a eu lieu peu après le 11. Septembre et les négociations à Doha ont été présentés comme une « lutte contre le terrorisme », d’où une énorme pression exercée particulièrement sur les représentants de pays en development.

Les négociations ont été précédées par des réunions informelles entre représentants .U.E. /U.S. et des « groupes d’experts » (lobbyistes des transnationales), et, concrètement, les représentants des pays en development se sont retrouvés seuls (interdiction totalement anti-démocratique d’être accompagné par des experts de leurs côté) et enfermés à clef pendant plusieurs jours dans une pièce face à ces groupes de pression, jusqu’à signature des demandes d’ouverture de marchés.
-  Le 30. juin 2002 une liste des services à libéraliser pour le 1. Janvier 2005 est dressée.

Elle a été élaboré dans le plus grand secret, sans consultation démocratique, dans toute illégalité.

L’objectif des négociations de l’AGCS étant d’éliminer tout obstacle / toute réglementation gouvernementale à l’ouverture de ces marchés ; prochain round à Cancun, du 9. au 14. Septembre 2003. Cette liste comprend des services environnementaux (eau, déchets, parcs naturels…).

-  Lamy prétend que les offres et demandes de libéralisation sont « très flexibles » ; en réalité, il impose des négociations entre partenaires dramatiquement inégaux.

Après Doha, il a préparé cette liste sans questionner les gouvernements européens et l’a envoyé au FSE (Forum Européen des Services = le plus important regroupement du patronat ; équivalent européen du MEDEF français) pour savoir ou étaient les barrières gênantes pour la libéralisation (donc des lois à faire sauter ; par exemple dans des pays avec des « services universels » : protection du prix de l’eau …etc.).

En juin 2002, il demande à 109 pays l’ouverture des marchés, dont les services publics (eau…).

-  94 des ces 109 pays concernés sont des pays en dévelopment
-  dont 30 PMA (= les pays les plus pauvres)
-  Suite à de fortes protestations des citoyens, Lamy « informe » les parlementaires :

Un seul parlementaire par groupe politique a le droit de regarder ces textes dans une salle gardée, avec la stricte interdiction de faire des copies ou de prendre des notes et de diffuser l’information.
-  Il y a eu une première manif anti-AGCS (15 000 personnes) à Bruxelles en février 2003.

Grace à la pression des associations, le « comité 133 » qui- sous impulsion de Lamy - rédige concrètement les listes à négocier, a dû faire marche arrière et a renoncé à libéraliser dans l’espace U.E.(Il est impossible d’avoir les noms des « experts » et représentants gouvernementaux qui composent ce comité 133).

Lamy prétend qu’on « n’a pas touché à l’éducation, la santé, la culture ».

Or, l’AGCS est irréversible (un marché une fois ouvert ne peu plus être re-protégé ensuite par des subventions ou réglementations) et les « exemptions » (marchés qui restent fermés) de 1994 - selon les directives de l’AGCS « ne devraient pas durer plus de dix ans ».

Ils expirent donc en 2004.

-  Le 21. juillet (2003 ?) : en réponse à un moratoire, le gouvernement français soutien Lamy et l’AGCS ; aucun secteur ne sera donc exclus.

-  Le 12. Mars 2003, en réponse aux protestations concernant le procédé anti-démocratique et secret de formuler les offres et demandes, le Parlement européen envoie une lettre de félicitation à Lamy pour ses « démarches d’information » ; cette lettre est soutenue aussi par les socialistes.

-  Dans 10 mois, il y a les élections parlementaires européennes : il faut donc dès maintenant interpeller les parlementaires et les mettre devant leurs responsabilités ! ! ! Selon Bourdieu, la construction européenne est, pour l’instant, une destruction du social. Annie Clairière (Droit devant/AC) :

« Le mode 3 et le mode 4 de l’AGCS ou la précarisation de la planète »
-  Nous sommes arrivé au stade de la marchandisation de l’Humain :

1. Marchandisation de l’humain par le déclassement des métiers : plus de 200 professions déclassées, donc libéralisés (les architectes, le bâtiment…)

2. Déplacement de l’humain quand il y a manque de main-d’œuvre : les ressortissants des pays pauvres travaillent dans des pays riches avec un contrat et salaire local de leurs pays d’origine ; ces contrats ne dépassent pas deux ans, ensuite l’humain en question est renvoyé chez lui (Donc, temps trop court pour organiser une résistance). C’est une entreprise de colonialisation.

Par ex : chez OPODO, des salariés étrangers travaillent dans des avions d’Air France avec des « contrats délocalisés » à Dublin ou à Londres ; ils gagnent l’équivalent de 3000 Frs par mois.

Marc ( ?) de AC :

« Le mode 4 de l’AGCS - comment s’y opposer ? »

Le 1. Janvier 2004 on devra passer à l’application du RMA (Revenu Minimum d’Activité), si l’Assemblée confirme le vote du Sénat (de mai 2003)

-  Le RMA (contrat de travail de 20 h par semaine à la place du RMI) correspond à un demi-SMIC (les 360 euros du RMA sont directement versés aux patrons, qui n’ont plus qu’à compléter avec 140 euros pour arriver au RMA de 500 euros ; cela fait peu de frais d’embauche ! )

-> nous arrivons dans le calendrier de l’AGCS :

Baisse des retraites, de l’allocation chômage avec 30 % des intermittents du spectacle qui perdront leurs droits...

Le problème, c’est que le RMI / RMA n’est pas « géré » par les syndicats, il n’y a donc pas de mobilisation de leur côté ; la mobilisation des associations est très importante pour qu’il y ait un front d’opposition. Fabienne Binot (Sud Santé) :

Le gouvernement prétend que la santé à été épargné ; en réalité, le secteur est déjà partiellement libéralisé :

-  Les gouvernements ont organisés une pénurie de personnel soignant, qui a été remplacé par des ressortissants étrangers.

1. Des ressortissants de l’U.E., qui ont des contrats de travail selon la législation française.

2. Des ressortissants de pays non-U.E., qui ont un « contrat de formation » + hébergement.

Les lits d’hôpitaux sont maintenant dans la catégorie « tourisme » et gérés par des entreprises privées.

Il y a 350 milliards d’euros d’argent public dans les hôpitaux, issu des cotisations sociales ; cela représente une fois et demi le budget de l’état (c’est donc un marché convoité).

Citation de Claude Bébear : « Il n’y a aucune différence entre la santé et le marché automobile. »

La préparation de l’opinion pour la réforme de la sécurité sociale a commencé avec l’argument du déficit…

Le rapport Chalat ( ? ) - ancien haut responsable chez AXA - prévoit la prise en charge de la santé en trois vitesses :

1. l’assurance de base (correspondant à la secu normale) 2. une couverture complément par des mutuelles et assurances 3. des bons de santé pour les pauvres avec une possibilité de demande de prêt (en Allemagne, les soins dentaires sont d déjà exclus des soins de base)

La préparation des structures hospitalières :modification de la tarification

-  gestion de l’hôpital-entreprise avec intéressement (en capitaux) des salariés
-  référence à l’AGCS, art. 15 :dans tout secteur subventionné, les subventions doivent disparaître, sinon, cela nécessite des « compensations pour les entreprises » (dommages et intérêts pour entrave à la libre concurrence) !
-  Le secteur social est déjà très touché par la régionalisation ; il y a déjà un service social privé ouvert à Lyon Nous sommes face à des choix de sociétéc’est une lutte globale ! D. Rallet : « La libéralisation de l’éducation »

« L’éducation - une marchandise comme une autre ? » - il y a 30 ans, cette question aurait été absurde !

- Lamy prétend en mars 2003 qu’il n’y aura pas de négociations pour les services publics dans le cadre de l’AGCS.Le problème, c’est que beaucoup de mesures sont possibles en dehors de l’AGCS pour libéraliser ce secteur.

- L’AGCS est une menace directe pour l’éducation ; en vérité, l’éducation est déjà dans les négociations de l’AGCS.

En 1994, l’U.E. a déjà pris des engagements pour libéraliser l’éducation ; aujourd’hui, il n’y a seulement pas « de nouvelles offres et demandes formulées »

- Tout ce qui est restauration, nettoyage…ne fait déjà plus partie du service public.

- Dans l’article 133 du traité de Nice, le mandat de Lamy était voté à l’unanimité. Il se bat aujourd’hui pour qu’il soit voté à la majorité qualifiée (= majorité de 2/3 des voix, plus facile à « marchander » - surtout dans une Europe élargie à 25 pays, car il n’y a pas de possibilité de veto comme dans le vote à l’unanimité.)

Citation de Darcos : « Le marché international de l’éducation ne doit pas être vécu comme une menace, mais comme étant quelque chose de bénéfique. »

- Le problème se pose actuellement pour les « pays émergeants » (pays en development rapide) pour l’enseignement supérieur et la formation pour adultes :pour l’OCDE ce sont des marchés émergeants avec des possibilités de grosses recettes d’exportation.

Mobilisation : il faut interpeller le gouvernement, l’U.E., créer une mobilisation internationale ! Jean-Pierre Moreux (CGT-spectacle) : « La libéralisation de la culture » Dans la culture, il y a aussi le patrimoine, donc les musées, l’archéologie préventive et traditionnelle, qui sont déjà des secteurs partiellement libéralisés.

- On va vers une uniformisation et une concurrence acharnée pour obtenir des parts de marchés culturels.

-  L’exception culturelle : c’est un concept de défense contre la libéralisation des marchés culturels (qui date de 1993). Le problème, c’est que ce concept n’a aucune valeur législative de non-engagement de négociations ; c’est seulement une exemption temporaire.

En 1994 « l’exception culturelle » à permis des coproductions cinématographiques...

Le spectacle vivant, la musique sont déjà des secteurs ouverts à la libéralisation.

Le concept d’exception culturelle à été remplacé par la « diversité culturelle », qui est un concept tellement floue, que tout le monde s’en empare (même Messier fait sa pub avec).

La culture n’est pas engagée officiellement dans les AGCS, mais la négociation va arriver, car la culture et les services publics sont des lieux de résistance.

« Loft story » (ou était- ce « Pop- star » ?) à été classé « œuvre artistique audiovisuelle » et pourra donc toucher des subventions.

La culture bascule vers le tourisme, le loisir, le divertissement…

Les droits d’auteurs risquent de basculer dans le copyright (ou la production gère les droits).

Il y a eu dse demandes à Bruxelles pour terminer avec le salariat des artistes (car c’est une entrave à la libre concurrence).

-  Lieux de résistances : p.ex. les régions d’Europe Appel à une « insurrection des consciences ».

La diversité naturelle est en corrélation (et à protéger au même titre que) avec la diversité culturelle.

Dans le monde Maya « , » chaque peuple est le reflet de la nature qui l’entoure ".

(J’ai raté la fin parce que j’ai commencé à distribuer des tracts ; peut-être y avait-il une intervention de plus, sinon des prises de parole du publique).

12. 08. 2003 commission europe/ cip-idf

Bilan des luttes, perspectives de la rentrée, connexion des luttes des enseignants avec les intermittents, les archéologues...(sera fait par Olivier à son retour de vacance)

Organisé par Sud Education

Avec : tribune improvisée

D’autre forums Interpros ont été improvisés (a l’appel de l’interpro de Bézier par exemple) : d’après Christian de la commission Interpro de Paris , il s’en dégage un échange riche d’expériences locales orientées vers une convergence des luttes au niveau national.

On a constaté que dans ces forums les ouvriers étaient pratiquement absents : tous les participants étant issus de professions libérales. Comme le dit Christian « une petite bourgeoisie ». D’ailleurs la seule intervention ouvrière, au cours de ces journées a été celle de MOMO, ouvrier agricole présent à l’AG des Intermittents le samedi 9, pour alerter sur la pénurie d’eau qui menace le monde agricole. Au contraire d’un militant de la Confédération Paysanne qui est intervenu après lui, il était favorable à l’annulation du Festival d’Aurillac.

2/ CALENDRIER ALTERMONDIALISTE SUITE A LARZAC 2003 :

Pour avoir le compte rendu complet consulter le site www.larzac2003.org ou www.monde-solidaire.org

LE CRI : sur le modèle des intermittents tous les jours à 19h30 devant les mairies avec tractage sur les dangers de l’AGCS.

UNIVERSITE DU MEDEF : aux alentours du 26/8, 27/8, région parisienne (dates et lieu à préciser).

BREVETAGE SUR LES LOGICIELS, DANGER DE MAIN MISE PAR MICROSOFT : 1/9

1ERE JOURNEE CONTRE L’OMC : 6/9 Toute la France.

MOBILISATION GENERALE CONTRE L’OMC : jusqu’au 14 septembre. Monter des actions citoyennes qui informent sur l’OMC et l’AGCS, avec visite des sièges des multinationales.

CANCUN, sommet de l’OMC : du 9/9 au 14/9

LES PROCES (comité national des inculpés) : 1er RDV 17 septembre, Agen (l’incinérateur de Fumel : 14 chômeurs sont inculpés pour avoir mis hors service un incinérateur hors norme) Idée que chaque procès intenté pour « délit de solidarité » ou arrachage d’OMG, devienne une tribune pour les « droits à la résistance ».

FSE (Forum Social Européen) : du 12 au 14 octobre.

COMPTE RENDU REALISE PAR HELENE , JUTA, et LAURA (CIP-IDF, com public, Europe, et inter-pro)





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0