CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Commissions  >  Permanence précarité  >  Allocation exceptionnelle :
Arr€t€z vos salad€s, balanc€z l’os€ill€ !

Allocation exceptionnelle :
Arr€t€z vos salad€s, balanc€z l’os€ill€ !

Publié, le vendredi 23 novembre 2007 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 28 mai 2012


Attention, l’article à jour (mai 2012) est en fait ICI

Nous sommes plus de 300 000 précaires à Paris (dont 62 000 personnes qui émargeaient au luxuriant RMI), une quantité indécidable de sans-domicile et mal logés, d’intérimaires et autres salariés à l’emploi précaire, stagiaires, étudiants, chômeurs, intermittents, employés à temps partiel ou discontinu, d’interdits de RSA en raison de leur titre de séjour ou de leur âge.

Ceux qui dirigent sont tous d’accord pour glorifier le travail, le réhabiliter, comme ils disent. Or, depuis des années, ils amputent les droits sociaux, histoire de nous sortir « de l’assistance » et de nous rendre la dignité. Ça doit pourtant coincer quelque part puisqu’ils parlent tous dans un bel ensemble, de « sécuriser les parcours ».
Hé bien, nous vous proposons de bricoler une recette en utilisant leurs propres ingrédients. D’expérience, il y a, par exemple, de quoi ajouter un 13e voire un 15e mois au RSA annuel d’un « isolé ». C’est pas le Pérou, juste Paris, qui, comme chacun sait, comme institution s’épelle M.E.R.D.E, ou L.V.M.H.

Il existe en effet à Paris, comme dans chaque ville de ce pays où on prend un tel soin à corriger les inégalités, un centre d’action sociale (C.A.S) destiné à répondre aux besoins des habitants. Dans cette ville il y en donc 20, un par arrondissement. Le règlement de ce C.A.S prévoit l’attribution de diverses prestations. Tandis que la Ville, au nom de la priorité à l’emploi, distribue des centaines de millions d’euros aux entreprises et finance toujours plus de « suivi social », elle se garde bien de faire connaître certains dispositifs destinés aux Parisiens. Donc, comme nous, faites savoir svp ces choses autour de vous !

Qui dans cette ville connaît l’« allocation exceptionnelle » ?

Seule prestation « généraliste » potentiellement accessible à tous les Parisiens démunis.
Cette dernière peut atteindre, pour un « isolé » attestant de 3 ans de résidence à Paris un montant de 458€, dans la limite de 2287 € cumulés sur 12 mois.

Nous proposons à ceux qui en ont besoin d’aller réclamer le versement de ces allocations exceptionnelles et de s’organiser pour les obtenir.

Pour commencer, il suffit de se rendre au C.A.S de son arrondissement, ou aux permanences spécialisées dans l’accueil des sans domicile, afin d’effectuer une demande d’alloc et de prendre rdv pour que celle-ci soit instruite.

Lors de ce rdv, on vous demandera des justificatifs concernant vos ressources et vos dépenses, puis une commission d’attribution prendra une décision. Il faut savoir que cette allocation est dite « exceptionnellle » car cela permet de refuser de l’attribuer lorsque vous en avez déjà touché (le plafond réglementaire des attributions ponctuelles ou annuelle est rarement atteint). De ce fait, toute première demande est par nature exceptionnelle et susceptible d’être mieux payée que d’autres.

Outre un document d’identité, un justificatif de domicile (facture dEDF, etc., ou certificat d’hébergement attestant « sur l’honneur » que vous êtes bien parisien (le mieux est d’établir la durée la plus longue possible, les droits variants avec l’ancienneté sur le territoire parisien, celle-ci doit toujours être supérieure à trois mois), les papiers à fournir, lorsque vous en disposez, sont les suivants :

• avis d’imposition et feuilles de paye et/ou justificatif (rejet ou droit) ASSEDIC et/ou attestation RMI de la CAF
• tout devis, facture ou document justifiant de vos dépenses, quittance de loyer et spécialement les factures qui restent à payer et celles qui peuvent être dites « imprévues ».

De toute façon, vous avez du mal à joindre les deux bouts (manger, s’habiller, se déplacer, acheter un livre, ...), à payer un loyer et/ou d’autres factures (assurance locative, EDF, GDF, agios bancaires, etc, etc.), des frais médicaux, une machine à laver ou un réfrigérateur tombé en panne est à remplacer d’urgence, besoin de lunettes, de transports, acheté de la peinture pour rénover votre logement, payé des photocops « pour chercher du taff » (mais on est pas toujours obligé d’en rajouter sur la normalité), pris un billet de train pour telle ou telle raison, une consommation de timbres postaux, fait réparer des vêtements, envoyé des fax, un animal malade et une facture de véto, des dents à réparer avec un devis qui dépasse la prise en charge de votre mutuelle, sécu ou CMU...

Vous recevrez ensuite une réponse par la poste. Si l’allocation vous est refusée, si son montant ne répond pas à vos besoins et est inférieur aux plafonds réglementaires, il est possible et, selon nous nécessaire, d’effectuer un recours contre la décision. Nous pouvons le rédiger ensemble, passez aux permanences !

Agir collectivement pour obtenir le versement de ces allocations exceptionnelles est également de bonne méthode, qu’on se le dise !

La vie chère, l’insécurité sociale, ils en parlent, la misère, ils compatissent, combattons-les !

Liste des centres d’action sociale parisiens :

- € 1er : 4, place du Louvre, M° Louvre
- € 2e : 11, rue Dussoubs, M° Sentier
- € 3e : 2, rue Eugène-Spuller, M° Temple
- € 4e : 2, place Baudoyer, M° Hôtel de Ville
- € 5e : 19 bis-21, place du Panthéon, RER Luxembourg
- € 6e : 78, rue Bonaparte, M° Saint-Sulpice
- € 7e : 116, rue de Grenelle, M° Solférino
- € 8e : 3, rue de Lisbonne, M° Europe
- € 9e : 6, rue Drouot, M° Richelieu-Drouot
- € 10e :23, rue Bichat, M° Goncourt ou République
- € 11e : 130, rue Ledru-Rollin, M° Ledru-Rollin
- € 12 : 108, avenue Daumesnil, M° Gare de Lyon
- € 13e : 146, boulevard de l’Hôpital, M° Place d’Italie
- € 14e : 14, rue Brézin, M° Mouton-Duvernet
- € 15e : 3 bis, place Adolphe-Chérioux, M° Vaugirard
- € 16e :71, avenue Henri-Martin, M° Rue de la Pompe
- € 17e :20, rue des Batignolles, M° Rome
- € 18e :115 bis, rue Ordener, M° Jules-Joffrin
- € 19e : 17, rue Maynadier, M° Laumière -€ 20e : 62-66 rue du Surmelin, M° Saint-Fargeau

Extraits du règlement des aides sociales facultatives de la Ville de Paris concernant l’attribution de l’allocation exceptionnelle :

Le demandeur doit être domicilié à Paris depuis un mois au moins [dire 3 ans c’est mieux, ndr].

L’allocation exceptionnelle est une aide en espèces ponctuelle accordée aux personnes devant faire face à des difficultés financières temporaires.

Pour plus d’infos sur l’allocation exceptionnelle et les autres prestations discrètes de la ville comme par exemple, l’« allocation complémentaire logement » (120 € par mois, au mieux) ou la dernière née de leur empilement de miettes, « Paris logement », qui peuvent s’ajouter à l’allocation versée par la CAF pour le logement, l’aide au financement des dépenses EDF/GDF (122 € par an), l’« allocation en cas de chute brutale de ressources » (celle-ci, familialisme oblige, suppose d’avoir au moins un enfant...), décortiquez le règlement indiqué ci-dessus. Et informez autour de vous amis, voisins, collègues, parents et autres personnes de votre fréquentation.

Par ailleurs, lorsque vous connaissez des difficultés pour vous loger, ou pour payer vos loyers, crédits immobiliers ; si vous êtes menacés par des huissiers, un proprio, regardez le règlement du Fonds de solidarité logement (FSL, départemental) qui peut garantir des candidats locataires et/ou prendre en charge une partie des dettes.

Part ailleurs, vous aurez peut-être l’usage de :
De la légitimité de frauder les minima et de quelques conseils à cette fin
Mini guide : étrangers, sans papiers, vos droits aux allocations familiales
Pôle emploi : déjouer les convocs pour « entretien téléphonique », les radiations, le suivi...

La coordination a dû déménager le 5 mai 2011 pour éviter une expulsion et le paiement de près de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un placard municipal de 68m2, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville de Paris. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut de fait un centre social parisien alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :

• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.

• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’actions pour le relogement ou d’autres échéances importantes.

Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle, lundi de 15h à 17h30. Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité, lundi de 15h à 17h30. Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

À la CIP, 13bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0