CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Commissions  >  Droits des intermittents (CAP)  >  Un sucre ne calme pas une rage de dents

Un sucre ne calme pas une rage de dents

Publié, le dimanche 20 janvier 2008 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 28 janvier 2008


L’AT (Allocation Transitoire) est prorogée en 2008,

La ministre de la Culture (ce qu’il en reste) Christine Albanel l’a annoncée. Trop habitués aux effets de communication, nous avons vérifié auprès de Michel Lagrave, président du Fonds Transitoire : il nous l’a confirmée par courrier.

Cette annonce n’est pas loin d’une fausse bonne nouvelle. En effet, il n’est précisé nulle part jusqu’à quand en 2008. Ce qu’ils ne disent pas non plus, et que l’on découvre lorsque l’on a le nez dedans, c’est que :

  • 1. seules les heures qui ont servi à une précédente ouverture de droits en ARE peuvent servir une deuxième fois. Ce qui va restreindre sérieusement le nombre d’ayant droits à ces miettes.
  • 2. même si l’allocation est calculée de la même façon que celle de l’ARE, les heures de formation donnée et celles de congé maladie ne comptent pas dans son calcul, ni les rémunérations ou indemnisations sécu correspondantes. Ces heures ne sont prises en compte que pour arriver jusqu’au chiffre fatidique de 507. Si bien que cette nouvelle AT est souvent très réduite : elle est dans tous les cas limitée à 45 euros / jour pendant 92 jours, et on ne peut y avoir droit qu’une seule fois.
  • 3. l’AT qui est attribuée automatiquement, peut l’être pour 1 seul jour et empêcher ainsi l’intermittent d’en bénéficier à sa prochaine ouverture de droits alors qu’il en aurait vraiment besoin....

Alors, oui, on peut toujours se dire que c’est mieux que rien. On peut continuer à baisser la tête, fermer les yeux et courir après des cachets qui ne font plus les fins de mois.

Arrêtons de les laisser faire croire que tout va bien, tout est réglé et que les intermittents sont contents.

A l’heure où les contrôles en tout genre s’intensifient et les réductions de subventions nous étouffent,
A l’heure où les nouvelles normes administratives nous écrasent et l’usine à gaz du numéro d’objet va se mettre en place,
A l’heure où les effets du protocole 2006 se font sentir :

Organisons-nous, regroupons-nous, retrouvons-nous ensemble. Pour parler, échanger, ne plus culpabiliser, refuser l’idée que nous sommes fautifs et coupables.

Nous l’avons dit, il ne peut pas y avoir de culture sans droits sociaux.
Fin 2008, la convention UNEDIC sera rediscutée, préparons-nous dès aujourd’hui afin qu’ils n’envoient pas encore des milliers d’entre-nous aux oubliettes
.

-  Comment obtenir l’AT (NB on n’a pas à la demander, cela se fait tout seul)  :

Il faut justifier de 507 heures en 365 jours en revenant en arrière à partir de la fin du dernier contrat de travail avant la fin de droits uniquement, y compris en comptant les heures ayant déjà servi à la précédente ouverture de droits en ARE (Allocation de retour à l’emploi).

Sont aussi prises en compte :

  • les périodes de maladie d’au moins trois mois (91 jours), à raison de 5 heures par jour,
  • les périodes de maladie, quelle qu’en soit la durée, dont le traitement est remboursé à 100 % par l’assurance maladie à raison de 5 heures par jour
  • les heures de formation dispensées par les artistes et techniciens dans la limite de 120 heures, à condition qu’elles aient été effectuées dans certaines catégories d’établissements :
    • les écoles, collèges, lycées, publics et privés sous contrat, les universités, les établissements de formation professionnelle publics placés sous la tutelle de l’Etat ou des collectivités territoriales ;
    • les structures de droit privé bénéficiant d’un financement public (Etat ou collectivité territoriale), ou sous tutelle des chambres de métiers et d’artisanat ou des chambres de commerce et d’industrie, ou habilitées par l’Etat à dispenser la formation conduisant à un diplôme national ou à un diplôme d’Etat d’enseignant, dans le domaine du spectacle vivant, du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia ;
    • les établissements d’enseignement public de la musique, de la danse, de l’art dramatique (conservatoires à rayonnement régional, départemental,communal ou intercommunal) ;
    • les structures dispensant un enseignement artistique dans le domaine du spectacle vivant, répertoriées par les codes NAF 80.4 D et 92.3 K ;
    • l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Permanences CAP : les lundis de 17h à 19h à la coordination
Par e-mail : cap cip-idf.org





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0