CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Archives Travaux des commissions  >  Revue de presse  >  Abjecte sarkophagie travailliste : « Le travail, c’est la liberté, le plein emploi est possible »

Abjecte sarkophagie travailliste : « Le travail, c’est la liberté, le plein emploi est possible »

Publié, le lundi 19 janvier 2009 | Imprimer Imprimer | |
Dernière modification : samedi 6 juillet 2013


Les chiens déterrent ce qu’ils peuvent. Faisons de même, exhumons donc de la bouche du souverain un cadavre, quand bien même nous n’apprécierions pas les effluves pestilentielles de l’os ici rongé, recyclé et pastiché par ce Vichyssois de Neuilly [1]. Les propos qui suivent, et qui s’inspirent aussi de ce que « la gauche » a pu dire sur ces questions, sur la façon dont « la gauche » a joué des oppositions entre salariés, ont été prononcés par celui qui allait devenir le pédégé de l’entreprise France.

« Le travail c’est la liberté, c’est l’égalité des chances [2], c’est la promotion sociale. Le travail c’est le respect, c’est la dignité, c’est la citoyenneté réelle. Avec la crise de la valeur travail, c’est l’espérance qui disparaît. Comment espérer encore si le travail ne permet plus de se mettre à l’abri de la précarité, de s’en sortir, de progresser ? Le travailleur qui voit l’assisté s’en tirer mieux que lui pour boucler ses fins de mois sans rien faire ou le patron qui a conduit son entreprise au bord de la faillite partir avec un parachute en or finit par se dire qu’il n’a aucune raison de se donner autant de mal. Le travail est dévalorisé, la France qui travaille est démoralisée.

Le problème c’est que la France travaille moins quand les autres travaillent plus. Le plein emploi est possible [3] chez les autres [4]. Il l’est aussi chez nous. Il faut aimer le travail et pas le détester. Le problème c’est qu’il n’y a pas assez de travail en France pour financer les retraites, l’allongement de la durée de la vie, la dépendance, la protection sociale, pour faire fonctionner notre modèle d’intégration.

Longtemps la droite a ignoré le travailleur et la gauche qui jadis s’identifiait à lui a fini par le trahir. Je veux être le Président d’une France qui remettra le travailleur au cœur de la société. Je veux proposer aux Français une politique dont le but sera la revalorisation du travail. »

Discours d’investiture à la candidature à la présidence de la république de Nicolas Sarkozy, le 14 janvier 2007, au siège de l’UMP.

Pour comprendre ce que peut bien vouloir dire une phrase telle que « le travail c’est la liberté », il suffit d’expliciter ce qui est éludé par ce constat : sans le travail des autres, c’est la liberté et la prospérité des nantis qui n’existeraient pas (cette catégorie de nantis perdrait alors toute valeur descriptive autre qu’historique).

On le sait, c’est toujours notre liberté contre la leur [5].

Ce discours ignoble, tout droit sorti d’un IIIe Reich heureusement enterré [6] ne nous est pas tombé dessus un beau jour sans prévenir. Il a en bonne part été rendu possible par les oligarques de gauche qui ont précédé par certains de leurs propos et de leurs actes N.S (ainsi que Wauquiez et tant d’autres) dans cette politique de disqualification, de stigmatisation et de culpabilisation des chômeurs et précaires.

En 1984, Pierre Mauroy, premier ministre, dénonçait les « faux chômeurs » ; en 1992, Martine Aubry [7]ministre de l’emploi, inversait la charge de la preuve contre les chômeurs, sommés sous peine de radiation de démontrer qu’ils ne sont pas des « faux chômeurs en apportant la preuve qu’ils cherchent bien un emploi sans rien pouvoir exiger de tangible en ce sens de l’institution chargée d’y pourvoir, l’ANPE, tout en supprimant le droit à une allocation d’insertion aux jeunes.
En 1998, c’est Lionel Jospin, alors premier ministre, qui répondait à une large mobilisation des chômeurs et précaires dont le mot d’ordre central était  »un revenu c’est un dû«  et qui exigeait par des manifestations, d’innombrables actions, des occupations d’ASSEDIC, d’ANPE [8], de mairies, de CAF [9], de centres d’action sociale communaux et d’autres endroits encore, l’augmentation de 1500F des minima « sociaux » et l’ouverture du RMI aux moins de 25 ans, en déclarant...  »je préfère une société de travail à l’assistance", en un renversement radical de toute valeur de solidarité [10] ; le mitterrandisme [11] avait glorifié les gagnants (remember Tapie) et l’entreprise, les socialistes créée en 1988 un RMI interdit aux moins de 25 ans qui a permis de dresser des générations successives d’entrants dans le salariat à la précarité de l’emploi et, jamais, non jamais, le P.S n’a remis en cause l’idéologie du travail, première arme des exploiteurs [12]. Actuellement, cette gauche gestionnaire gouverne déjà dans de nombreuses villes, conseils généraux et régions. On ne détaillera pas ci l’ensemble de ses torts à l’encontre des précaires, des immigrés, de toutes les catégories populaires, sur les enjeux du logement ou de la protection sociale [13], par exemple. Mais il est certain qu’il n’y a aucune raison de lui accorder une confiance que les premiers concernés par la gouvernementalité néolibérale [14] dans laquelle cette gauche s’est elle aussi engagée depuis les années 80’ ont avant tout à construire par et pour eux-mêmes, pour leur propre compte.

Même quand l’adoption du RSA donne le la [15], Les désirs ne chôment pas. :

Ni dette, ni culpabilité, ni honte, s’organiser !



Notes :

[1] Sarkozy y tient, peu après le vote du 22 avril 2012, il annonçait que son parti allait organiser le Premier mai une manifestation pour fêter le « vrai travail », manière de surenchérir sur le pétainisme qui a instauré l’appellation « fête du travail », encore usuellement reprise par les média chaque année. Depuis N.S a démenti avoir parlé de « vrai travail », mais sur le fond c’est bien une idéologie de la réconciliation nationale qu’il essaie d’utiliser. Déjà, à Bordeaux, au lendemain de sa piteuse visite dans les rues de Bayonne, Sarkozy prétendait que « dans la République, il ne pouvait y avoir de lutte de classe ».
Un bref rappel historique : 1er Mai : l’imposture de Sarkozy.

[2] Voir à propos de cette escroquerie intellectuelle et politique : L’égalité des chances contre l’égalité, Le sabot, outil de liaison locale sur Rennes et ses environs, n°4, mars 2009.

[3] Le plein emploi est mort, vive le plein emploi précaire !

[4] Voir à propos d’un de ces ailleurs que nous devrions envier le bilan désastreux du « modèle allemand » : Dette et austérité, le modèle allemand du plein emploi précaire.

[5] Voir le récit d’une action d’interpellation au siège du journal Libération : « Sarkozy au RMI, Carla au RSA ! »

[6] Un bémol : « Le progrès social et moral est inséparable des pratiques collectives et individuelles qui en assument la promotion. Le nazisme et le fascisme n’ont pas été des maladies transitoires, des »accidents de l’histoire« désormais dépassés. Ils constituent des potentialités toujours présentes ; ils continuent d’habiter nos univers de virtualité... », extrait de « Les trois écologies » de Félix Guattari

[7] Celle qui nous est présentée comme dépositaire d’une « fibre sociale » au PS a aussi été bras droit de Jean Gandois, pédégé du groupe Pechiney et ex patron du CNPF, l’ancêtre du Medef ; puis elle avait soutenu avec l’aplomb des grands capitaines de la guerre économique qu’« ouvrir droit au RMI aux moins de 25 ans aurait signifié faire basculer les jeunes dans l’indignité de l’assistance »...

[8] C’était avant que Pôle emploi ne soit crée, sur cette institution : Outragé, Pôle emploi mord la poussière

[9] Salariés de la caisse d’allocations familiales, chômeurs, précaires résistons à l’entreprise CAF ! .

[10] Voir sur la réponse socialiste aux exigences des chômeurs et précaires un tract de l’époque : À gauche poubelle, précaires rebelles, Collectif d’Agitation pour un Revenu Garanti Optimal (CARGO), mai 1998

[11] Trois critiques des années Mitterrand

[12] Voir un article du journal de chômeurs précaires, CASH, publié en 1986, L’idéologie est la première arme des exploiteurs.

[13] « Absurdité », « torture morale », une enquête sur le RSA à Paris .

[14] Le gouvernement des individus - Université ouverte 2008-2009..

[15] Sur l’instauration du RSA : Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009

POUR CONTINUER : Appel à soutien financier

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle
Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanence précarité
Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

Les lundi de 15h à 17h30
à la CIP, 13 bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74

La coordination a dû déménager pour éviter une expulsion et le paiement de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un local municipal exigu, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut un centre social parisien, alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :
• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.
• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’action pour le relogement ou d’autres échéances importantes et urgentes.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0