CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Commissions  >  Groupe Ecoles  >  Université en lutte : Appel interprofessionnel de l’assemblée générale de Rennes II en 10 points

Université en lutte : Appel interprofessionnel de l’assemblée générale de Rennes II en 10 points

Publié, le mercredi 11 février 2009 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 12 février 2009


íˆlaboré et voté par l’assemblée générale de Rennes 2 í destination des interventions de liaison


Appel interprofessionnel de l’assemblée générale de Rennes II en 10 points

Depuis plusieurs semaines en Guadeloupe et maintenant en Martinique, une grí¨ve générale s’est construite sur le refus de « l’exploitation outrancií¨re ». Il s’agit d’une réponse populaire í l’offensive capitaliste menée sous le prétexte commode de la nouvelle crise. Crise qui vient indí »ment justifier les centaines de milliards versées aux banques et aux plus riches (par le « bouclier fiscal » notamment) au détriment des pauvres et du plus grand nombre.

En métropole, une journée d’action interprofessionnelle a réuni le 29 janvier 2 í 3 millions de personnes démontrant qu’il existait dans la population un refus réel et diffus de payer les effets de la logique meurtrií¨re du capitalisme.

Néanmoins, cette journée a aussi fait état du manque de combativité des grandes structures syndicales, lesquelles s’interdisent d’aller au-delí du principe d’une journée d’action tous les trois ou six mois ou encore s’engagent dans des luttes sectorielles sans réelle volonté de les étendre í d’autres secteurs. Chacun sait pourtant que cette stratégie n’a aucune chance de réussir . Si nous nous ne donnons pas les moyens d’ouvrir des espaces de luttes autonomes des directions syndicales, l’attente considérable traversant tous les « secteurs », les composantes de la société risque d’íªtre déí§ue, et de conduire au découragement et í une résignation durable. A notre sens, face í la barbarie capitaliste dont le gouvernement Sarkozy est le nom et dans la situation de passivité des confédérations syndicales, il ne suffira pas de s’en tenir aux réflexes d’organisation en corps de métier mais il est nécessaire de construire dí¨s í présent des formes de liaison, de décloisonnement des identités socio-professionnelles (qui sont autant de fausses divisions) entre tous ceux qui veulent se donner les moyens de lutter contre cette politique.

Pour ce faire, nous proposons d’aller í la rencontre des salariés, des chí´meurs, des paysans, des jeunes scolarisés, en lutte ou potentiellement en lutte, et avec eux d’organiser des assemblées générales, des actions communes (par exemple des actions de blocage économique) et d’élaborer des revendications qui puissent íªtre portées en commun. Nous insistons sur le fait que ces démarches doivent, selon nous, íªtre ouvertes í tous (syndiqués ou non) et égalitaires. Faisant exister par lí une autre idée de la démocratie que celle qui voudrait l’assimiler au maintien de l’ordre public et í la pérennité du pouvoir des riches et des propriétaires : celle de la compétence égale de tous et de chacun í décider du cours des choses.

Nous avons commencé í concevoir des revendications sur 10 thí¨mes, nous soulignons qu’elles n’ont de valeur qu’indicatives. A chaque rencontre elles peuvent et doivent faire l’objet d’une refonte. L’ordre d’apparition des thí¨mes ne définissant aucune hiérarchie d’importance.

Point 0. « Casse-toi, pauvre-con ! » Démission de Sarkozy

1. Salaires et emplois

Interdiction des licenciements Réaffirmation et baisse de la durée légale et maximale du travail í 32h hebdomadaire Augmentation de 500 euros du smic et indexation sur les prix. Pas de salaire au dessus de 3 x le smic 37,5 années de cotisations pour tous Egalité des salaires et des conditions de travail entre hommes et femmes Fin du travail précaire et du temps partiel subi

2. Sans-papiers

Régularisation de tous les sans-papiers vivant en France et qui en font la demande Arríªt des rafles. Fermeture des Centres de Rétention Administrative Liberté de circulation et d’installation

3. Chí´meurs

Arríªt de la mise au travail forcé des chí´meurs (fin des radiations, des sanctions, du suivi mensuel obligatoire) Abandon du Revenu de Solidarité Active Un revenu inconditionnel pour toute personne sans emploi í partir de 18 ans

4. Ecologie

Plan de démantí¨lement des centrales nucléaires et des lignes THT Interdiction du brevetage du vivant (OGM, cellules souches...) Réorganisation de l’industrie selon des impératifs environnmentaux sous le contrí´le des travailleurs et de la population locale. Autonomie alimentaire locale í partir du développement de l’agriculture paysanne.

5. Logement

Réquisition des logements vides pour les sans-logis Baisse unilatérale des loyers Construction de logements sociaux

6. Education

Enseignement gratuit, laic et ouvert í tous Refus de l’évaluation et de la professionnalisation Soutien matériel et financier aux écoles des langues minoritaires (Diwan, etc)

7. Transports

Gratuité des transports en commun Abandon des grands projets (aéroports, ligne í grande vitesse, etc) Développement des réseaux de transports locaux (Ter, bus, etc)

8. Justice et police

Abolitions des lois sécuritaires et anti-terroristes Dissolution des Brigades Anti-Criminalité et des ERIS Interdiction de l’usage des flashs-ball et tasers pour toutes les polices. Libération de tous les prisonniers politiques

9. Anti-impérialisme

Retrait des troupes franí§aises du Liban, d’Afrique, d’Irak et d’Afghanistan Droit í l’autodétermination des peuples sous domination franí§aise Réduction drastique des dépenses militaires Maintien de la France hors de l’OTAN

10. Santé

Gratuité totale des soins médicaux Dissolution des Agences Régionales Hospitalií¨res Extension du service public í l’ensemble des acteurs de la santé Indépendance des hopitaux, de la recherche médicale vis í vis des laboratoires pharmaceutiques

Voté par l’Assemblée générale de Rennes II-Villejean, en grí¨ve avec blocage de l’université, lundi 9 février 2009


í€ propos du rí´le productif de l’école, de la fonction de l’université en tant qu’institution de production du capital humain et de la signification des luttes de scolarisés, deux textes d’analyse (téléchargeables en version pdf pour impression), que les AG, les groupes de travail, les débats peuvent utiliser en vue d’approfondir la mise en question í laquelle prétendent í raison ceux qui luttent :

L’école, atelier de la société-usine

Dix Thí¨ses sur l’Université Productive





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0