CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Comptes-rendus 2003-2006  >  CR Assemblée Générale  >  Mardi 9 septembre 2003 à la Villette

Mardi 9 septembre 2003 à la Villette


CR d’AG

Publié, le mardi 9 septembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 23 septembre 2003

La tribune était composée de :
-  Volant :…………………….Jean-Francis.
-  Présidence :………………..Jérôme et Antoine.
-  Tour de parole :……………Peter.
-  Secrétaires :………………..Cécile et Vanessa.


L’ordre du jour était : 1- Rapport des commissions. 2- Bilan des actions. 3- Perspectives et prévisions. 4- Forum : 1- Calendrier d’Aillagon pour les préparations en région des assises prévues pour janvier 2004. Sur la « labellisation » des artistes et la dite scission entre les artistes et les ouvriers techniciens. Qu’a-t-on à faire aux préparations des assises ? Doit-on y aller ? Pourquoi ? Débats et perspectives.

. 2- « Etats Généraux » à l’appel des compagnies, de la CGT, du SYNDEAC… Quel Contenu ? (Notamment sur la question de la circulation des connaissances) Quelle appellation ? Quelle base de dialogue ? Quelles modalités de discussion ? Quel calendrier ? Réfléchir sur les rapports avec la coordination nationale.

1- Rapport des commissions :

1- La Marche depuis le Larzac :
-  Catherine, marcheuse est partie du Larzac le 12 Août 2003, a parcouru 700 Km, en passant par Aurillac, Montluçon, Bourges, Orléans.

-  Les marcheurs sont arrivés à Paris samedi et ont participé à une manifestation interprofessionnelle. Au champs de mars, luttant contre le sommet de l’OMC, les marcheurs ont été reconduits aux portes de Paris, par arrêté préfectoral, (police nombreuse).

-  Pendant la marche, les voyageurs ont été aidés par des collectifs divers qui les ont accueillis, etc. Pendant leur périple, ils ont informé, ont diffusé les film Bien Commun, l’assaut final de Carole Poliquin (Canada) dans les grandes villes, film contre les attaques de l’OMC, ont proposé des forums.

-  « C’était une expérience extraordinaire, on a expérimenté cet autre monde possible. Nous marchions entre 10 et 12 heures par jours, pendant lesquelles nous discutions plus posément que pendant les AG car il fallait garder son souffle. Nous venions de tout horizon et de tout milieu social, des sans logis aux infirmières en passant par les intermittents dont je fais partie. Nous avons réussi à aller au-delà des contradictions. Et la vie ensemble nous a énormément soudés car il fallait apprendre à écouter. De nombreux marcheurs ont dû quitter Paris quand nous nous sommes fait expulser, il en reste une dizaine. »

-  RDV ce soir Squat au Génie, 11-13 passage du génie, métro Nation, pour un pique-nique et un dialogue.

2- Commission inter-régions :

Marche Angers-Paris :

-  Une autre marche est partie d’Angers pour rejoindre Paris. Les marcheurs recueillent des témoignages autour du problème de la culture pour les apporter au ministère de la culture.

-  Ils seront le 15 septembre à Malakoff au Théâtre 71. RDV pour un pique-nique citoyen, un débat et la projection de virus 31, ainsi qu’une explication du protocole. La Mairie et d’autres institutions sont avec nous.

-  Pour cette occasion, demande d’hébergement pour les marcheurs, veuillez laisser vos coordonnées à la commission.

-  Après avoir « rendus » les témoignages à Aillagon, marche jusqu’au Palais Royal.

-  Le 14 septembre, les marcheurs collecteurs seront à Orsay. Il y a des problèmes de logistique concernant l’hébergement. Demande de contact de théâtre ou compagnies solidaires à Orsay.

-  Possibilité de rejoindre la marche dimanche 14, à Orsay où deux cars d’Angers rejoignent le groupe pour marcher jusqu’à Malakoff.

Information en région :

-  Mouvement relativement fort d’annulation des saisons.

-  Nantes et Montpellier, ouverture des théâtres aux intermittents en lutte. Projections, débats citoyens, etc.

-  Au sein de « Culture en danger », réunion avec les programmateurs de la région pour une position commune. On doit y réfléchir en Ile-de-France, pour inscrire le mouvement dans la durée. « Et maintenant ? ».

-  Limousin, samedi dernier, Aillagon était en Corrèze.

Occupation du CDN, des scènes nationales de Tulle et d’Aubusson.

Les intermittents y sont encore. Ce soir se déroule une grosse AG avec les directeurs des deux scènes nationales et le directeur de « Francophonies », festival qui va soit être annulé, soit être radicalement transformé.

-  Demande d’effectif à la commission Inter régions.

-  Nouveau slogan (d’avenir) dans l’action d’hier : « Intermittents et enseignants en colère ! »

3- Les comptes :

-  Les comptes du fonds de soutien de la coordination sont affichés 5, rue Pérée.

4- Logistique :

-  Appel à réunion le 10 septembre à 9h30, rue Pérée : réunion logistique où seront également débattues les questions de structuration et fonctionnement interne.

-  Besoin de plans pour faire des photocopies, des copies de bonnes qualité des films (béta sur DV, VHS ou CD) ainsi que pour acheter des K7 VHS en gros.

-  Demande d’effectif Rue Pérée.

5- Commission Intervention :

-  Pour la Fête de l’Huma, demander Raphaëlle.

-  Débat, vendredi 12 à 19h avec Jacques Ralite. Adresse non communiquée.

-  Le 10 septembre à 16h30, RDV Chez les Métallos, 94, rue Jean-Pierre Timbaud, réunion coordination et entrepreneurs du spectacle. Commission, point sur les contacts pris, les actions, les choix…À partir de 18h seront discuté les propositions.

6- Action du 8 septembre :

Francis : - RDV ou Convocation ou invitation au ministère de la culture pour rencontrer Jean-Jacques Aillagon. Echantillon à peu près représentatif de la coordination : six coordinations régionales : Lille, Lyon, St Etienne, Montpellier, Nantes , Limousin et nous.

-  Mot d’ordre : Ne pas y aller. La coordination de St Etienne a décidé de s’y rendre, selon leur AG. Ce qui était prévu : Les cinq coordinations aux portes, la coordination de St Etienne devait rester cinq minutes, le temps de poser une question : « Etes-vous pour ou contre l’abrogation du protocole ? » et de lire un communiqué de presse qu’ils auraient diffusé à la presse en sortant, le contenu était entre autre que M. Aillagon n’est pas un interlocuteur valable car il fait du chantage.

-  Ce qu’il s’est effectivement passé : La coordination de St Etienne est restée discuter pendant 1h30. Pas de contrôle possible sur ce qu’il s’est passé. Ils ont dit qu’ils n’ont pas laissé placer un mot à Aillagon. Scepticisme.

-  Cela nous amène à une réflexion en terme de coordination nationale pour communiquer en quel cas. Je ne suis pas pour la politique de la chaise vide. Dans ce cas les conditions n’étaient pas réunies pour que l’on puisse y aller. Le problème dans ce cas est que d’autres prennent la place et parlent en notre nom, moins bien que nous n’aurions pu le faire peut-être.

7- Interprofessionnel :
-  Lundi, il y a 8 jours, à la Bourse du travail avec des profs et autres professions, nous avons pris la décision de se réunir pour structurer la réunion. Mais hier à la bourse du travail nous étions 7. A cause d’un dysfonctionnement, problème d’information.

-  Appel à la réunion interprofessionnelle lundi à 19h, Rue Pérée :

Ordre du jour :

1- Point sur les luttes des différents secteurs représentés.

2- Points techniques : Sécu, Lois…

3- Est-ce que l’on se sent de répondre à la demande des sans papiers ?

4- Collecte d’idées pour un tract interprofessionnel.

2- Bilan des actions :

1 - Actions dites permanentes :

ANPE Spectacle, ASSEDIC, Tracts et explications. Demande d’effectif tous les matins à l’ANPE Spectacle, l’après-midi aux Assedic.

2 - Action d’hier avec les profs et emplois jeunes à la Sorbonne pendant l’émission de France 2 avec Luc Ferry et Jack Lang. C’était un peu un test, un appel à l’interprofessionnel pour se réunir dans des situations d’action.

L’idée était d’accéder sur le plateau de France 2 à la Sorbonne avec Luc Ferry et Jack Lang, de perturber l’émission.

Résultat : 3 minutes d’écran noir et diffusion d’un vieux commissaire Maigret, puis reprise de l’émission.

D’après France 2 « commando d’intermittents armés de barre de fer ». A priori rien n’a été démoli ou cassé. Tout s’est passé dans la douceur. Arrestation de trois personnes. Trois heures au poste. L’action a été revendiquée à 13h sur France Inter, nous avons dit (après un trop court débat) : « La coordination a participé à la manifestation interprofessionnelle, etc »

- « Un mac do qui s’est fait pourrir. Chéreau qui pue. »

3-Les Appels :

-  demain 10 septembre RDV à 14h devant le Théâtre de l’Odéon (en travaux). Manif avec les professeurs.
-  Jeudi 11 septembre RDV à 14h Rue Pérée.
-  A diffuser.

4-Au poste :

Virginie : « Relire le petit fascicule du parfait manifestant, on s’est fait avoir au poste car on a signé une déposition sans avocat, comme des bleus. »

Jeanne : Les forces de police peuvent te demander ton identité et t’emmener au commissariat. Tes droits : - Donner ton identité, nom, adresse, pas de numéro de téléphone.
-  Ne pas faire de déclaration. Déclarer que l’on a rien à déclarer.
-  Au bout de 4h, ce n’est plus un contrôle d’identité c’est une garde à vue. A ce moment là tu as droit à un coup de fil, un médecin et un avocat. Sur ce thème, proposition d’une séance spécifique et information avant chaque action.

5-Réunion Musique à l’Olympia :
-  On nous a prêté l’Olympia. Information des musiciens. Nous étions 380.
-  Séance de rattrapage Information Musique, jeudi 11 à 14h30 au Café de la danse.
-  A confirmer.

3- Forum.

1- Question du calendrier d’Aillagon, quelles modalités d’action ? Enjeux des préparations et des assises.

-  Si on y va pour écouter, qu’est-ce qu’on y fait ? Comment faire pour qu’il en sorte nos états généraux à nous ?

-  Arnaud metteur en scène : « La rentrée est ce week-end. Posons la question de la mobilisation. Les contre propositions crédibilisent le mouvement. Mais il faut relancer le débat sur la grève. Nous sommes de moins en moins nombreux, car on a mis entre parenthèses la possibilité d’une grève. Il faut se méfier d’une dissolution du mouvement. Pour moi, le débat sur les assises est un écran de fumée. Attention à ne pas changer de route, notre objectif est l’abrogation du protocole. Il y a une proposition de semaine morte à partir du 6 octobre. Proposons plutôt un préavis de grève valable et reconductible. Abandonner la grève est une injure au mouvement vis-à-vis des sacrifices de l’été. Qu’on nous dise ce qu’on peut faire de mieux. Il ne faut pas se contenter d’actions aussi symboliques soient elles. Soyons à la hauteur de l’exigence de notre but, si nous nous éparpillons, nous n’y arriverons pas. ».

-  Jérôme : « A part la grève, il faut poser la question de l’appropriation des lieux public, de l’espace public et des outils de travail. »

-  « Les RDV préparatoires en vue des futures assises ont pour but de nous diviser. Les directeurs de structures qui avaient appelé à ne pas se rendre aux réunions ou à y aller dans l’idée d’un « boycott actif » (sabotage…) ont reçu des menaces du gouvernement telles que suppression des subventions, licenciement. »

-  « Il y a un problème lié à la baisse de la mobilisation liée à la rentrée. Chacun veut être présent aux assises pour tirer son épingle du jeu. Il ne peut rien en sortir. Cela va nous diviser. Il faut y aller pour empêcher le débat. Il n’y a pas d’autres réflexions possibles que l’abrogation du protocole. »

-  Mignature : « Le RDV avec Aillagon a été annulé à Marseille. La ville de Marseille a dit qu’elle ne pouvait pas assurer sa sécurité. »

-  Rébecca : « Je ne comprends pas ce qui nous pousserai à participer aux préparations des assises. On part sur un truc de longue haleine, c’est peut-être bien. Cet été on a fait grève et on n’a pas été entendu. Comment continuer le mouvement ? La grève ? Il faut être clair sur l’objectif du mouvement : l’abrogation du protocole. Nous devons concentrer nos forces. »

-  Jérôme : « RDV à la maison des Métallos mercredi 10 à 16h30. Constitution d’un groupe de travail pour les propositions. La grève n’est pas le seul moyen d’action. Il y a un travail très concret à faire au cas par cas dans les structures : L’appropriation des lieux publics comme autre modalité d’action que la grève. »

-  Antoine : « Il faut avant tout être une force de proposition. La grève pour le retrait du protocole est un premier objectif. Ensuite nous nous devons d’agir positivement en proposant. La réflexion sur la culture est une réflexion sur le droit collectif et les droits sociaux, et des moyens pour tous de s’approprier la culture. »

-  Comédien : « Les assises en janvier ressemblent à un mauvais western : on nous tire dessus, on discute après. Je crois qu’il faut être aux préparations pour faire passer une parole, une prise de conscience. Quand la coordination de St Etienne a discuté avec Aillagon pendant 1h30, je dis pourquoi pas ? Ce n’est pas sûr qu’ils aient parlé moins bien que vous n’auriez pu le faire.

-  Dans le public : « ils n’avait pas à s’engager à ne rester que cinq minutes ! »

-  Comédien : « C’est vrai, là n’est pas la question. Pour autant il me semble important d’éviter la pensée unique, il faut que la parole circule. Il ne faut pas qu’un lobby prenne en charge la lutte. Pas de pensée unique relayée par une idéologie anti-mondialiste. J’ai lu le texte sur l’empire dans lequel il y a des choses très nébuleuses. Il ne faut pas se perdre et rester centré sur notre lutte qui est la défense de nos droits et de notre travail. »

-  Non intermittent - non permanent, professionnel du spectacle : « Il y a un problème à se définir avec un statut de chômeur. Il y a des états généraux de la culture depuis dix ans, on les appelait « Etats Généreux ». Hier à l’Olympia, il y a eu une belle AG, avec une très bonne explication du protocole. La grève ne peut être perpétuelle. La grève est une arme de travailleurs, donc à notre disposition. C’est une arme efficace et dangereuse que l’on se doit d’utiliser avec parcimonie. Ne nous attaquons pas seulement aux théâtres publics, attaquons nous aux théâtres privés. L’interprofessionnelle ne doit pas être une lutte corporatiste. Il faut que se soit un débat de société. Il faut se recentrer sur notre combat. Notre combat n’est pas à mon sens, l’abrogation du protocole, mais la place de la culture dans notre société. Quand je sors des AG, je suis un peu plus démoralisé qu’avant. »

-  Cécile, monteuse, danseuse : « Je ne suis pas du tout démoralisée. Pour revenir à la question de la théorie plus ou moins idéologique, je crois qu’il est très important de continuer à se positionner philosophiquement. Pour une communication « de masse », il est important de ne pas sombrer dans l’idéologie et l’endoctrinement mais nous avons quand même besoin de fondements solides pour savoir ce qu’on dit et pourquoi on le dit. Donc je propose un module de philo politique. Demander Cécile F. au poste. »

2- Etats Généraux : Coordination, Syndicats, Compagnies. Quelle appellation ? Réponses et modalités d’action. Etablir le mouvement comme une force de proposition. Quelle réponse aux communiqués gouvernementaux ? Question de l’appropriation de l’espace public, ici à la Villette. Portons plus notre intérêt vers les directeurs de structures, le personnel permanent…

- Jérôme : Je propose deux axes : 1- La question des droits sociaux et des droits collectifs. 2- Point sur nos activités et question de l’accès à la culture. Question de la défense d’un statut de chômeur. Le 26 juin, l’attaque portait sur l’assurance chômage et pas la politique culturelle. Mais la lutte a eu des conséquences sur la politique culturelle.

- « Pendant les préparations des assises, il faut dire aux directeurs de structures, si vous ne bouger pas, vous n’aurez plus l’occasion de nous employer. Il faut retirer l’agrément. Faut-il revenir aux 507 heures ? ou 455 ? Personnellement, je suis comédien, je joue beaucoup au théâtre mais j’interviens également dans les prisons et les écoles. L’attaque du Medef concerne aussi ces liens avec le milieu pénitentiaire, hospitalier, éducatif, que les intermittents savent tisser. Indépendance de la culture. »

-  Antoine : « Personne ne veut plus parler ? On va en profiter pour arrêter tôt et reprendre des forces pour demain :
-  10 septembre :
-  9h30, Rue Pérée, réunion structuration.
-  14h, Théâtre de l’Odéon, action interpro.
-  16h30, Maison des Métallos 94 rue JP Timbaud, propositions.
-  11 septembre :
-  14h, Rue Pérée, action.
-  14h30, Café de la danse, info aux musiciens.
-  12 septembre :
-  AG, lieu à confirmer.
-  Besoin de monde 5 rue Pérée.

-  Francis : « Il faut être nombreux aux Métallos car nous allons aborder des problèmes techniques difficilement abordables en AG. Vous devez être informés pour pouvoir voter en AG. A partir de 18h, nous discuterons des propositions. »

-  Cécile qui a tapé ce texte : « Toute retranscription est une interprétation. »





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0