CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2009  >  Autres communiqués année 2009  >  Rien ne sert de courir, il faut tout remettre à plat ! Chômeur(euses), précaires, entrons en résistance !

Rien ne sert de courir, il faut tout remettre à plat ! Chômeur(euses), précaires, entrons en résistance !

Publié, le lundi 15 juin 2009 | Imprimer Imprimer | |
Dernière modification : mercredi 28 octobre 2009


Comme chacun sait, la France et l’Europe sont maintenant officiellement, et depuis près d’un an, en récession. Voilà que « la Crise » qu’économistes et politiciens arborent depuis vingt cinq ans pour justifier les plans de rigueur, le creusement des inégalités et le développement de la précarité, entre dans une nouvelle phase. Plus de 600 000 nouveaux chômeurs en un an, le « remerciement » de presque tous les intérimaires des grandes entreprises, des centaines de milliers de salariés au chômage technique, une succession ininterrompue de « plans sociaux », la raréfaction des offres d’emploi : ils seront bientôt bien peu ceux qui pourront se croire à l’abri de la précarité.

Avant même cette nouvelle donne, nous étions déjà de plus en plus nombreux à en passer par des périodes de chômage ; dorénavant, un tel passage est destiné à devenir la règle. Il est d’autant plus nécessaire de tordre le cou à tous les discours moralisateurs sur les chômeurs « responsables de leur situation » : c’est un fait, en France, il n’y a plus que des miettes d’emploi, bien souvent de qualité médiocre, et il n’y en a plus, de loin, pour tout le monde. Il faut également faire un sort au sentiment de honte et d’humiliation dans lequel, chômeurs et précaires, nous serions censés baigner, tant qu’un patron compatissant ne nous aura pas fait les yeux doux. Les allocations chômage, le RMI (aujourd’hui RSA), nous les considérons comme la reconnaissance, déjà insuffisante, du plus minimal droit à l’existence : qui s’y oppose manifeste seulement son désir de voir un plus grand nombre de pauvres mendier, crever de faim ou de froid dans la rue.

S’il y a de la honte parfois, c’est à devoir subir la suspicion, les contrôles, les « ateliers » bidon de Pôle Emploi, les tracasseries, les « dysfonctionnements » plus ou moins aberrants, les files d’attentes, les interminables délais de la machine bureaucratique, le mépris des patrons qui ne « retiennent pas votre candidature », quand ils daignent vous répondre ; bref, le sentiment que vous êtes, aux yeux des représentants de la société, un être défini par le manque, un être infirme, un assisté. Se retrouver au chômage, bien souvent, c’est connaître une forme brutale d’isolement. Les seules luttes visibles des derniers mois sur la question du chômage ont d’ailleurs été le fait des salariés qui ont mené des actions de séquestration de leurs dirigeants contre les plans de licenciement, c’est-à-dire de ceux qui étaient encore liés par le travail. Nous maintenir dans l’isolement -faire que la seule pensée de chacun soit : comment m’en sortir individuellement -est le seul et unique but du pouvoir actuel.

La fusion ANPE-Assedic, maintenue coûte que coûte malgré l’explosion du chômage, est un désastre : en moyenne, 150 chômeurs par conseiller, de nombreux salariés indisponibles pour formation, des délais d’attente qui ne cessent de s’allonger, des rendez-vous au lance-pierre, une plate forme téléphonique déshumanisée, très coûteuse pour les usagers, complètement à côté des besoins des chômeurs... Avec la mise en place du RSA, qui pourrait concerner 3 millions de personnes, on voit mal comment la machine pourrait ne pas imploser car toutes ces personnes devront être inscrites au Pôle Emploi. A moins de sous traiter massivement au privé.

Comment la CAF, quant à elle, va-t-elle faire face à cet afflux de nouveaux allocataires ? Des retards massifs de paiement sont à prévoir. Et tout cela, pour mettre en place un RSA qui ne sera favorable financièrement que dans certains cas et défavorable dans d’autres (par exemple, si on trouve un emploi de moins de quatre mois, si l’on a des enfants...), qui fera perdre à la plupart de ses « bénéficiaires » certains droits connexes (CMU, baisse des allocations logement, transports gratuits), et qui sera assorti d’une obligation stricte à accepter n’importe quel travail si l’on estime que vous ne valez pas assez pour vous « permettre » de le refuser.

Aujourd’hui, dans de nombreuses villes, des collectifs de chômeurs et précaires se forment ou se reforment. L’ensemble des organisations ayant participé aux Etats Généraux du Chômage et de la Précarité en mai dernier prévoit des actions de protestation et des marches régionales contre la gestion de ces questions par le gouvernement et pour une politique de l’emploi réellement favorable aux chômeurs et précaires.

A Rennes, depuis mi-novembre 2008, le Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte a occupé de nombreuses fois ANPE, ASSEDIC, nouveaux PÔLE EMPLOI, directions régionale ou départementale de PÔLE EMPLOI, CAF et autres Commissions Locales d’Insertion. Depuis la même période, il n’a eu de cesse de créer des liens avec d’autres mouvements de lutte (estudiantins, électriciens et gaziers, salariés de la restauration rapide...) et de participer à la mise en commun de pratiques d’auto-organisation susceptibles d’inscrire ces liens dans la durée (cantine populaire, jardins collectifs, collectif anti-répression, auto-réductions...).

Si la certitude qu’un mouvement de chômeurs ne tiendra que dans la mesure où il construit cette transversalité des moyens d’organisations comme des revendications, il n’en reste pas moins vrai qu’il n’existera qu’à travers la prise en compte des difficultés liées à la question du chômage et à son traitement. La situation catastrophique qui est réservée aux institutions du chômage (Pôle Emploi, CAF, CLI) et par conséquent à ceux qui en sont les salariés et les « bénéficiaires » implique une réaction à l’endroit même des problèmes et des urgences qui en découlent. En parvenant à s’opposer à une radiation et en obtenant la réintégration des droits d’une chômeuse au mois de mai lors d’une occupation, qui n’a pas duré 2 heures, à la CLI de Ploërmel, nous nous sommes rendu compte de la fragilité de ces institutions devant la moindre des pressions (10 personnes qui menacent de rester manger et dormir tant qu’ils n’auront pas de réponse satisfaisante).

Alors que les retards de versement se multiplient et se prolongent de manière exponentielle, alors que les radiations s’accélèrent, alors que la paupérisation des chômeurs et des salariés précaires galopent, nous refusons de pâtir du bordel monstre que les nouvelles réformes du chômage créent. Autant nous soutiendrons les agents de Pôle Emploi ou de la CAF en lutte, autant nous ne serons pas les victimes de leur impuissance à répondre aux missions qu’on leur impose. La multiplication des réactions collectives à des problèmes de dossier individuel saura imposer nos exigences à leur stratégie impersonnelle bien qu’individualisante de lutte contre le chômage.

Voilà pourquoi nous appelons tous ceux et celles dont les versements tardent, tous ceux et celles qui sont menacés de radiations et autres sanctions, tous ceux qui sont confrontés de quelque manière aux institutions, à s’organiser pour exiger la régularisation de leur situation et à participer au rassemblement suivant :

RDV devant le PÔLE EMPLOI
Rennes-Saint-Louis
le MARDI 23 juin à 9H30
22 Boulevard Saint Conwoïon

Contact mel : Mouvement des chômeurs et précaires en lutte
MCPL, 22, rue de Bellevue, 35000 RENNES

Les textes du MPCL de Rennes publiés sur ce site sont accessibles là :

- Présupposés, revendications et actions. Le sabot, outil de liaison locale sur Rennes et ses environs, n° 4, mars 2009

- Pour un mouvement des chômeurs et précaires à Rennes et ailleurs

- Lettre ouverte de quelques précaires aux conseillers de Pôle Emploi


Radiations, retards de paiements, mise en place du RSA... , il est temps de prendre l’initiative !

L’action collective paye, voir :

Pôle Emploi Pantin : « Gardez-les jusqu’à la mort, vos fiches de paye »

Pôle emploi : Radiation et indû annulés par l’action collective Porte d’Auteuil et autres récits.

Outre divers textes et récits d’actions menées depuis le printemps 2009, vous trouverez deux tracts d’intervention (modifiables), utilisables lors de chaque passage au Pôle emploi, fut-il individuel :

* La prime de 500 euros destinée à une partie des précaires ne s’obtient que sur demande, un mode d’emploi

* Mépris et radiations, bienvenue à Pôle emploi

Ici :
Enrayons la machine à précariser, mettons en crise Pôle emploi !

Faites circuler l’information !

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP
Accueil et informations sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle
Lundi de 15h à 18h
Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité
Lundi de 15h à 17h30.
Adressez témoignages, analyses, questions, récits d’action, infos utiles à permanenceprecarite cip-idf.org

À la coordination des intermittents et précaires
14 quai de charente, Paris 19e
M° Corentin Cariou, ligne 7
Tel 01 40 34 59 74


Digression sur le « suivi individuel » avec Kafka

Une contribution aux débats en cours :

- Dette. Notes de travail ; Fragments de discussions réelles ou virtuelles





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0