CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Intermittence et autres luttes...  >  Freeparty au Monoprix
source : http://www.d-i-r-t-y.com

Freeparty au Monoprix


le 11 septembre

Publié, le dimanche 14 septembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : vendredi 3 octobre 2003


La semaine dernière, une centaine de personnes se sont donné rendez-vous pour saturer l’espace commercial du Monoprix de la rue du faubourg du temple à Paris. Explications.

Qui êtes-vous ?
Paul Tourtelle & Natalia Imbroglio du comité pour la free party au supermarché

Qui sont vos maîtres à penser ?
PT : A défaut de maîtres à penser, les personnes et organisations suivantes peuvent être considérées comme des références pour ce type d’oeuvre : l’internationale situationniste, Machiavel, Edouard Leclerc, Arthur Cravan, Dada, T.Mariani.
NI : Guy Debord, Michel de Certeau, Hakim Bey.

Pourriez-vous nous raconter ce qui s’est passé au monoprix de la rue du faubourg du temple vendredi dernier ?
PT : A 20 h un signal sonore à retenti et les participant se sont saisis d’un article dans les rayons l’ont brandi et la FREEPARTY AU SUPERMARCHE a commencé. Des performeurs, des artistes et autres acteurs ont joué, occupé le supermarché. Le lieu est devenu une sorte de bordel euphorique… Nombre de participants ont regardé, parlé, rencontré, joué à être au supermarché pour ne pas faire leurs courses. A 20h 10 la police est arrivée, a enfermé dans le bâtiment ceux qui y étaient et empêché d’entrer les autres. Les dernières actions se sont achevées vers 20h 30 et une bonne partie des participants sont passés à la caisse (une rumeur a couru : " ils ne te laissent pas sortir si tu n’achète pas un article !) Une fois tout le monde dehors, une discussion cordiale s’est tenu avec la police à propos de l’événement.

Extrait de cette entrevue entre le chef des forces de l’ordre et le chef des forces de vente qui m’a été rapportée par une des participantes :
le flic : il y a des dégradations ?
la caissière : non.
le flic : il y a des vols ?
la caissière : non.
le flic : alors pourquoi vous avez fait venir 30 policiers ?

NI :Le happening artistico-spectaculaire pluridisciplinaire a eu lieu dans les rayons, les artistes-performers ont été très inventifs et très brillants, tout le monde était hystérique. Nos mots d’ordre ont été suivis : Aucun vol, aucune détérioration, c’était très important, nous devions être légalement irréprochables pour être efficaces.

Pourquoi éprouvez-vous le besoin de « saturer l’espace commercial » ?
NI : Comme ça
PT : Ce n’est pas un besoin mais la volonté saturer l’espace commercial par des non-clients est une réponse à la saturation de notre espace de vie par la publicité et le commerce. C’est aussi l’exploration d’espaces de liberté et des marges législatives.

Pourquoi employez-vous le terme de freeparty ?
Nous employons le terme de freeparty pour son sens littéral, à savoir : fête libre.

Faut-il envisager ce terme dans sa connotation « techno » ?
Si la freeparty au supermarché dépasse à mon sens le cadre de la techno, la situation dans laquelle se trouve les « teuffeurs » est assez exemplaire. Organiser des fêtes en dehors du circuit commercial est à ce point scandaleux que les pouvoirs publics ont tenu à interdire ces pratiques. En effet, l’enjeu des free parties dépasse la musique techno et sa consommation : ce sont pratiques et des choix de vie bien « encombrants » qui gênent : nomadisme, drogue, internationalisme,utopie, etc.

NI : Pour jouer sur les mots, c’est à la fois significatif de liberté d’action et d’éclectisme, et une référence aux free parties tekno.

Quelle est la finalité de ce type d’intervention ?
PT : C’est une oeuvre d’art.
NI : Donner le pouvoir à chacun de changer le décor, parce que l’union fait la force. Montrer qu’on peut être un créatif festif anarchique grâce au nombre lui aussi créatif festif anarchique. On recherche un phénomène de contagion à court et long terme.

Quelles types de réaction espérez-vous provoquer ?
NI : Un mouvement.
PT : De l’enthousiasme !

Quelles structures / organisations auraient selon vous bien besoin d’une petite intervention de ce type selon vous ?
PT : celles qui ont un gros logo !
NI : Les musées !

L’art trouve-t-il une réelle pertinence hors des galeries ?
PT : Evidemment, au musée par exemple ou dans un ascenseur ou dans ta salle de bain, dans des livres et même dans les télévisions... "Ce sont les regardeurs qui font les tableaux."
NI : Pourquoi non ?





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0