CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Intermittence et autres luttes...  >  Les Gaulois lèvent le camp. ce n’est qu’un début !
Valence, le 14 septembre 2003

Les Gaulois lèvent le camp. ce n’est qu’un début !

Publié, le lundi 15 septembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 15 septembre 2003


Nous avons attendu pendant neuf jours. Silence, mépris et langue de bois semblent être les seules réponses du conseil général à l’interpellation de la rue. A la veille de la réunion plénière des élus, nous quittons donc sa façade. La colère reste intacte, nos élus savent où nous contacter.

Les Gaulois ont su mettre leur vie en jeu pour leurs amis drômois. Monsieur le Président du Conseil Général Jean Mouton ne peut pas en dire autant. Depuis 30 ans qu’il y ouvre il n’a pu que regarder des écoles et des bureaux de poste fermer, des usines se restructurer ou s’expatrier. Nos élus considéreraient-ils que l’essentiel de leur mission se résume à goudronner les routes ou inaugurer ces ronds-points qui font tant pour notre joie de vivre ?

Nous nous sommes trompés de cible nous a-t-il dit. A force de renoncements et d’abandons successifs, Monsieur le Président du Conseil Général Jean Mouton et ses comparses, ont laissé filer nombre de leurs pouvoirs.

Il n’est que l’une de ces marionnettes dérisoires que l’on nous fait mal élire pour nous faire encore croire que nous sommes en démocratie alors que le véritable pouvoir est ailleurs. A Cancun cette semaine, à la Commission Européenne et à l’OMC toute l’année. Il ne tient cependant qu’à eux de le reconquérir ! Tel était le sens de l’action des Gaulois :
- Poser dans la rue les questions qui dérangent au moyen de l’humour, de la dérision, de la création collective ;
- Interpeller d’être humain à être humain la population, les militants, les journalistes, la police, les élus pour que jamais plus nous ne puissions nous reposer sur nos certitudes, notre petit confort.

Preuve est faite que le débat politique est d’autant plus dense et pertinent qu’il est posé dans la rue, en bousculant les conventions qui trop souvent l ’anesthésie. Samedi, la rue a commencé à mettre en ouvre les demandes des Gaulois. Preuve est faite qu’elles sont du ressort de nos élus locaux.

Seuls trois élus ont fini par comprendre que dialoguer n’est pas cautionner. Ce n’est qu’un pas, mais quel pas ! Des graines ont germé, des gaulois reviendront pour les aider à pousser. « Lorsque je sens que l’espoir nécessaire pour continuer à vivre dans ce monde décevant me manque ce sont les personnes comme vous qui me redonnent le courage de continuer. Merci à vous, sincèrement et tenez bon. » Teddy de Grenoble.

Des Gaulois en colère. Pas contents du tout, du tout, mais alors pas du tout ! Cessez de jouez avec nous !



P.S. : spéciale dédicace aux forces de l’ordre : Ave légions romaines ! qui avez compris et respecté le pacte de non violence proposé par les Gaulois. Vous avez été les seuls interlocuteurs officiels avec lesquels le dialogue a d’emblée pu s’instaurer. Vous avez ainsi renoué avec votre tradition de gardiens de la paix.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0