CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Commissions  >  Permanence précarité  >  Montreuil : à Pôle Emploi comme ailleurs, ne pas se laisser faire

Montreuil : à Pôle Emploi comme ailleurs, ne pas se laisser faire

Publié, le vendredi 2 octobre 2009 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : dimanche 20 novembre 2011


Jeudi 1er octobre, rdv était donné pour une action Désarmons Policemploi !, voici un récit de cette journée qui s’est faite avec la participation de CAFards et d’autres montreuillois. Malgré l’attaque policière du 8 juillet dernier, une nouvelle maison a été occupée, d’autres actions de résistance au contrôle social se préparent, pas question de renoncer.


Voilà comment marche notre société...

Je vous la fais courte sur le fond (où comment Pôle Emploi avait réussi à m’arnaquer de 2 mois 1/2 d’indemnisation, et plein d’autres choses minimes pour eux mais terribles pour moi), mais c’est la forme qui est grandiose :

- Bien sûr que j’avais téléphoné 10 fois à leur service téléphonique automatique qui ne débouche sur rien.

- Bien sûr que j’avais fait des courriers, des A/R

- Bien sûr que j’ai fini par y aller plusieurs fois

- Bien sûr qu’ils étaient toujours d’accord pour dire qu’il y avait eu une erreur dans leurs services et qu’ils allaient régler le problème très vite

- Bien sûr que cela date maintenant du 19 Juin

- Et bien sûr que 99% des gens auraient fini par laisser tomber

- Et bien sur AÏE !!! J’ai donc appelé la Coordination des Intermittents et Précaires d’Île de France, plus des amis, et on a débarqué à 40 dans l’antenne de Montreuil de Pôle Emploi, rue Kleber.

Re des bien sûr :

- Bien sûr qu’on est d’accord avec votre problème, mais techniquement on ne peut plus rien faire, c’est saisi dans l’informatique, on ne peut plus changer

- Bien sûr que cela vous pose un problème mais on ne peut pas prendre en compte le dernier contrat de travail, bien que cotisé, déclaré, et noté dans le dossier

- Bien sûr qu’on a demandé le directeur d’Île de France

- Bien sûr qu’on a eu le directeur de cabinet en moins d’une heure sur place, tout juste si il n’avait pas le gyrophare pour venir

- Bien sûr qu’on a commencé à taper le pique-nique dans l’agence Pôle-Emploi, une assiette de tiep cherchée au foyer du coin, ça aide à tenir sous les néons

- Et bien sûr que le directeur du cabinet a trouvé le bon mot de passe pour annuler tout un dossier, tout reprendre à zéro, tomber parfaitement d’accord avec le nombre d’heures auxquelles je prétendais et m’ouvrir enfin mes droits, etc., etc.

- Et re bien sûr Aïe !!! Comme on était tous là, on n’allait pas partir, on s’est mis à parler aux gens qui faisaient la queue, et on décoincé comme ça 5 dossiers bloqués.

Parce que sinon, on ne partait pas !

Comme par exemple un jeune homme à qui Pôle Emploi a tout à coup trouvé qu’il avait droit à des allocations depuis... Janvier !!!! Il a eu droit à un beau virement !!

Ou encore deux personnes qui ont appris l’existence de la prime de 500 euros dont Pôle emploi ne parle pas plus que d’aucun droits. Ils ont ainsi pu faire leur demande, pour l’un d’eux c’était la veille de la date limite... Parce que visiblement chez Pôle Emploi, on n’est pas là pour informer. Il faut vraiment venir demander, et encore une fois, à 40, on a les réponses plus vite

Et d’autres.

Et d’autres.

Alors voilà comment ça marche !!

Mais pas que pour les Assedics. Pour tout en fait ! La CAF, la Sécu, la Mairie, la crèche, l’hôpital, la banque, la poste, internet, le téléphone, etc.

Il vaut mieux avoir beaucoup de copains, ou avoir un tonton, une maman, ou un cousin qui connaît bien le directeur !

Même si j’étais très content d’avoir mon dossier traité sous mes yeux comme par magie, j’avais une grande envie de vomir. Vraiment de vomir.

Parce que cette agence était pleine de pauvres gens qui venaient pour des droits bloqués, des radiations sans avertissement, parfois sans motivation, et que l’on ne pourra pas facilement faire ça tous les jours, dans tous les Pôles Emplois de France.

C’est abject et honteux. Et je suis triste.

Mais une chose est sûre pour le coup : ne lâchez jamais le morceau ! Allez voir vos coordinations, des associations de de défense, des groupements. Venez simplement avec 5 ou 10 copains. Enchaînez-vous !! Mais ne leur donnez pas raison d’agir comme ils le font.

À tout bientôt,

Vidéo 5mn
Vidéo 3mn
Vidéo 6mn


Les chômeurs au secours du Pôle emploi

Le Pole Emploi connaît des débuts bien laborieux, seule la machine à radier ou à recalculer à la baisse fait des étincelles. Des précaires compatissants s’unissent pour donner un coup de main à ses employés.

D’usagers, puis clients, les chômeurs sont devenus des « candidats ». Candidats à quoi ? À faire respecter leurs droits à des allocations, ce qui n’est pas une mince affaire en ces temps de fusion chaotique entre les Assedic et l’ANPE. Lassés de se faire trimballer par un Pôle Emploi débordé, au bord de l’implosion, les « candidats » à une vie presque décente s’organisent.

Jeudi 10H30, rencard de la CIP (Coordination des Intermittents et des Précaires), au métro Colonel Fabien, pour une « action ». C’est à l’antenne de Montreuil qu’une trentaine de précaires rend visite. Sur place, prise de parole, tractage dans la file d’attente, exposé des revendications concernant 2 cas de calculs d’indemnités ubuesques, sciemment revus à la baisse, privant 2 intermittents de plusieurs mois d’allocs. S’ajoutent rapidement 2 nouveaux cas soumis par des gens rencontrés dans la queue. Une femme seule avec 3 enfants a été radiée sans aucune explication, un homme en fin de mission d’intérim qui a accumulé les 4 mois de travail qui devaient lui ouvrir des droits se les voit refuser parce qu’on l’accuse d’avoir démissionné. On bouge le mobilier pour procéder à une assemblée générale, les membres de la CIP annoncent qu’ils ne quitteront pas les lieux tant que les 4 cas litigieux n’auront pas été réglés. Le sous directeur régional arrive, le dialogue s’instaure pendant que les chômeurs requérants sont reçus dans un bureau, accompagnés d’un militant. Les questions abondent : pourquoi le Pôle Emploi si prompt à envoyer des courriers de radiation est il incapable de contacter les employeurs qui omettent d’envoyer les Attestations d’Employeur Mensuel. Pourquoi seulement 3000 précaires ont-ils obtenu la prime de 500 Euros prévue pour 250 000 d’entre eux, pourquoi n’y a t il aucune campagne d’information sur les droits ?... le sous directeur prend des notes, répond qu’il « entend bien », qu’une campagne de communication est prévue, que tel ou tel cas est effectivement anormal ...

Au bout de 3 heures d’occupation, les 4 chômeurs lésés ont été rétablis dans leurs droits, mais les membres de la CIP sont toujours à pied d’œuvre, les demandes s’accumulent, les chômeurs présents préférant s’adresser à eux qu’au guichet ; Face à un dysfonctionnement organisé, à un Pôle Emploi qui ne respecte pas ses propres rêgles qui changent sans arrêt et dont les chômeurs ne sont pas informés, la CIP remplit une véritable mission de service public.

Si on vous sucre vos allocs, si on vous menace de radiation, rejoignez les collectifs de chômeurs et de précaires. Ne restez pas seuls et invisibles, l’union fait la force, seule la lutte paye !

Thierry Pelletier, Siné hebdo


On le voit, l’opacité est de règle, Pôle emploi est un racket qui joue du rapport de forces inégal pour limiter les droits.

Et ce n’est pas la création d’un poste de médiateur qui change la donne... (voir : Une rencontre avec M. Genuini, médiateur national de Pôle Emploi)

Ainsi une Lettre Unédic n°05-09 du 20/01/05 relative aux réadmissions avant épuisement des droits précise que l’Unedic doit informer les intermittents du spectacle lorsqu’ils justifient à nouveau de 507h de travail les 304 ou 319 jours précédant la fin de son dernier contrat de travail, il peut alors solliciter (ou non) un réexamen de ses droits en vue d’une réadmission. Mais, comme dans tant d’autres cas, cette information n’a pas lieu. Deux mécanismes, la rétention d’information et la désinformation sont utilisés à l’encontre des ayants droits.

Annulation de radiation, d’indu, ouverture de droits, tracasseries, menaces et contrôle, l’action collective permet d’obtenir des résultats, lutter construit la puissance du nous :

- Pôle emploi : Radiation et indû annulés par l’action collective Porte d’Auteuil

- CAF Nationale : 8 cars de CRS, 10 policiers en civil (im)mobilisés, 2000 euros de « trop perçu » RMi récupérés

- Pôle emploi Colbert à Marseille : Et hop ! Radiation et indu annulés

- Pôle Emploi Pantin : « Gardez-les jusqu’à la mort, vos fiches de paye »

- Indu à Pôle emploi : Occupation de la direction régionale à Toulouse

- Occupation du Pôle Emploi Convention : Radiation annulée !

- Plutôt CAFards que CAFteurs. Visite de la CAF Rosny par quelques CAFards de Montreuil

- Police emploi Paris : 2500 euros d’indu débloqués à coups de pieds à Vicq d’azir

Et, pendant que vous passez à Pôle emploi, autant y diffuser de l’info, partageons ! Vous trouverez une propositions de tract amendable : Mépris et radiations, bienvenue à Pôle emploi, ou plus bas, le flyer des permanences.

Les mouvements de chômeurs et précaires des années 90 avaient gagné le droit à un panneau d’affichage dans les ANPE. C’est le moment d’utiliser ceux du Pôle emploi. Une demande, un coup de pression sur la direction et, pour les précaires, l’info devient accessible, sur les droits, la possibilité d’agir ensemble, de ne pas baisser la tête.


La coordination a dû déménager le 5 mai 2011 pour éviter une expulsion et le paiement de près de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un placard municipal de 68m2, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville de Paris. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut de fait un centre social parisien alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :

• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.

• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’actions pour le relogement ou d’autres échéances importantes.

Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle, lundi de 15h à 17h30. Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité, lundi de 15h à 17h30. Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

À la CIP, 13bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74

Appel à soutien financier





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0