CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Liens  >  L’engagement des personnels de la Ferme du Buisson

L’engagement des personnels de la Ferme du Buisson

Publié, le lundi 22 septembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 22 septembre 2003

dans le « conflit des intermittents »


Notre position

Le protocole du 26 juin 2003 sur les annexes 8 et 10 au régime général d’assurance-chômage est désormais un accord. Ceci n’est pas qu’un petit glissement lexical, mais signifie bel et bien que le protocole a été agréé et que, malgré les grèves dures ayant conduit à bon nombre d’annulations de spectacles et de festivals cet été, le gouvernement a la ferme intention de l’appliquer dès janvier 2004.

Mais, si les mouvements de l’été n’ont pas porté l’effet escompté et s’il est vrai que la mobilisation ne peut plus prendre le même sens, « l’irréversibilité » dont parle le ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon n’en reste pas moins inacceptable. En effet, se résigner reviendrait, pour les artistes, à rechercher des solutions alternatives individualistes (R.M.I., petits boulots ?) à un dispositif fondé sur l’assurance et la solidarité interprofessionnelles. Et, pour nos maisons, à accepter une paupérisation de la culture nous contraignant à une programmation uniforme et paramétrée (à l’opposé de notre mission).

Nos objectifs

C’est pourquoi les personnels permanent et intermittent de la Ferme du Buisson considèrent qu’il est de leur devoir de mener une lutte énergique contre le refus de dialoguer du gouvernement. Les nouveaux enjeux de cette lutte résident, pour nous, dans :

1. l’information des publics

2. l’incitation aux élus à prendre position dans le débat ;

3. la pression sur le gouvernement.

4. le travail sur une contre-proposition concrète en collaboration avec la Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile-de-France.

Pour atteindre ces objectifs, nous avons décidé d’agir par « étapes ».

- Parce que les actions de la maison ne seraient rien sans son activité, l’ensemble de notre mouvement s’appuie sur la présence des artistes, de leur parole et de leurs œuvres, dont la présentation nous paraît plus que jamais nécessaire.

Nos premières actions

Il s’agit d’une part, face à une communication médiatique incomplète -pour ne pas dire faussée !- des événements de l’été, de porter de façon plus directe l’information à la connaissance des publics.

Aussi, depuis le 4 septembre 2003, journée de grève suivie par la Ferme du Buisson à l’appel de la Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile-de-France, une cellule de réflexion s’est constituée. Elle représente les lignes de conduite envisagées en assemblée générale par l’ensemble des personnels de la Ferme du Buisson et des intermittents artistes et techniciens engagés dans la saison 2003/2004. Cette équipe est joignable en permanence.

-  Fabrice A, régisseur plateau et vidéo intermittent
-  Delphine B, chargée de relations aux publics
-  Christophe B, régisseur plateau intermittent
-  Justine D, chargée de relations aux publics
-  Mélanie D, chargée de communication
-  Vincent E, directeur adjoint
-  Sophie G, chargée de relations aux publics
-  Gérard Le M, régisseur son
-  François M, régisseur plateau intermittent
-  Carine O, attachée de production
-  Aurélie S, chargée de relations aux publics
-  Louis V, webmaster

-  Un point d’information et de documentation (dossiers de presse, informations en ligne, documents constitués par les différentes coordinations d’intermittents) est en accès libre dans le théâtre de la Ferme, que les personnels s’efforcent de réactualiser et de compléter par une présence permanente d’intermittents artistes et techniciens.

-  Le site web de la Ferme du Buisson (www.ferme-du-buisson.com) propose des liens par entrée thématique vers des sites qui traitent de ces questions.

-  L’équipe a conçu un document explicatif donnant quelques éclaircissements sur les mots-clés de la question (abus, déficit, annexes…), qui ont tant fait l’objet de désinformation…

-  Le 13 septembre 2003, la présentation de saison, selon une décision commune des personnels et des artistes, s’est transformée en « présentation et enjeux d’une saison culturelle ». Les publics ont manifesté le souhait d’en savoir plus, une authentique sensibilité aux craintes des artistes et des techniciens du spectacle ; certains ont même déjà exprimé leur volonté d’agir à nos côtés.

Nos actions à venir

Il s’agit d’autre part, d’inviter les élus à s’engager politiquement pour mieux faire pression sur le gouvernement. Il est indispensable que le Ministère de la Culture et de la Communication ouvre un vrai dialogue avec les intermittents constitués en collectifs. Face à un gouvernement qui ne se préoccupe pas des revendications de ses interlocuteurs, il nous semble important de ne pas fonder notre mouvement uniquement sur la contestation, mais aussi d’être force de propositions.

-  Aussi, nous tâchons d’élargir l’accès (des publics et des politiques) au travail concret sur des contre-propositions que fournissent les collectifs intermittents, tout particulièrement celui de la Coordination des intermittents et précaires d’Ile-de-France auquel nous sommes associés.

-  Les 20 et 21 septembre 2003, une action d’envergure sera menée par la Ferme du Buisson en collaboration avec les artistes accueillis dans le cadre du festival européen Temps d’images.

En effet, ce festival étant le premier grand rendez-vous en Ile-de-France où se retrouveront les artistes et techniciens de toutes les disciplines de l’image et de la scène, il nous semble propice à une plus grande ouverture du débat et à la production d’idées nouvelles. En particulier, les artistes du cinéma et de l’audiovisuel, restés dans l’ombre des difficultés des festivals d’arts vivants cet été, auront tout loisir de s’exprimer. Ainsi, nous espérons de cette rencontre des arts scéniques et filmiques qu’elle ne soit pas seulement esthétique, mais aussi politique.

Aussi, nous appliquerons la GRATUITE à l’ensemble des spectacles et des films du week-end d’ouverture du festival, de façon à élargir l’audience de ces spectacles et débats à d’autres publics que ceux attendus.

L’équipe s’engage à préserver l’acte artistique et à trouver dans la singularité de ses expressions la force nécessaire à la mobilisation des publics contre l’idéologie qui fait de cet accord un des éléments constitutifs d’une politique gouvernementale qui vise à gangrener le service public en France.





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0