CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Université Ouverte  >   Année 2009-2010  >  Corpus de textes  >  L’univers et les stratégies du jeu de Go

L’univers et les stratégies du jeu de Go

Publié, le dimanche 21 février 2010 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 11 décembre 2018


Les pierres, contrairement aux échecs, ont toutes la míªme valeur. D’ailleurs, en elles-míªmes, elles ne sont rien. Lorsque deux pierres de míªme couleur sont adjacentes, elles forment une chaí®ne de pierres. C’est une sorte de famille ; si une pierre doit disparaí®tre, la chaí®ne disparaí®t en entier. Ensuite vient le groupe, notion encore élargie de la chaí®ne. Ici, plusieurs chaí®nes, non strictement reliées entre elles, occupent un míªme espace, et participent í un míªme projet. On peut, contrairement í la chaí®ne, se faire prendre une partie de son groupe seulement, et conserver l’autre partie.

Si toutes les pierres sont équivalentes au départ et í l’arrivée (chacune vaut un point), leurs valeurs stratégiques tournent au sein de la partie. í€ un moment donné, certaines pierres sont trí¨s importantes, et le deviennent moins aprí¨s. L’erreur stratégique consiste évidemment í ne pas donner í ces pierres-lí l’occasion de transmettre ailleurs l’énergie qu’elles possí¨daient. Les pierres de coupe (séparant deux chaí®nes de la couleur adverse) par exemple, ont beaucoup de valeur. Il est intéressant de les maintenir en vie afin de diviser l’adversaire le plus longtemps possible. D’une manií¨re générale, au-delí de la pierre, il y a la frontií¨re dont elle fait partie, le territoire qu’elle borde, les zones oí¹ elle a de l’influence, et qui sont contenus dans cette pierre-lí . Au Go, comme dans le Tao, l’énergie ne provient pas de l’individu mais de l’interaction des individus entre eux.

En début de partie, avec quelques coups seulement tu chercheras í verrouiller des espaces vides. Ainsi ces vides seront í toi. Le partage des territoires (que tu ne rempliras qu’í la fin) se dessinera au plus vite en filigrane dans les coins et sur les bords, í cause des frontií¨res naturelles. Le centre du Goban, oí¹ personne ne joue tout d’abord, est une sorte de vide, de zone d’interactions oí¹ tous les groupes viendront se frictionner ensuite.

Extrait de L’univers et les stratégies du jeu de Go, Frédéric Donzet entretien avec Anne Timbert paru dans Chimí¨res, n°51, automne 2003 :

RTF - 32 ko
L’univers et les stratégies du jeu de Go, rtf

A propos de territoires existentiels :

Nous sommes tous des irréguliers de ce systí¨me absurde et mortifí¨re - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0