CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2010  >  Autres communiqués année 2010  >  NOUS SOMMES DES HABITANTS DE PANTIN. NOUS VOULONS RESTER ICI. Soutien aux Rroms du terrain Denis Papin à Pantin.

NOUS SOMMES DES HABITANTS DE PANTIN. NOUS VOULONS RESTER ICI. Soutien aux Rroms du terrain Denis Papin à Pantin.

Publié, le samedi 7 août 2010 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 7 août 2010


4 aout 2010.
Suite au rassemblement à Montreuil, en soutien avec les Rroms expulsés de leur maison rue du Président Wilson, certains ont rejoint les Rroms d’un campement de Pantin, rue Denis Papin.
Ceux-ci craignent tous les matins une expulsion à l’aube. Nous avons improvisé aujourd’hui un rassemblement devant la Mairie de Pantin avec de nombreux habitants du bidonville, dont des enfants . Le directeur du cabinet du Maire a daigné descendre et nous avons discuté avec lui : en résumé, ce n’est pas vraiment leur affaire, le terrain du campement appartient à RFF (Réseau Ferré de France) et c’est la préfecture qui va décider du jour de l’expulsion. Bien sur, la Mairie va être avertie mais elle demande aux Rroms « de ne pas résister » et aux soutiens « de ne pas manipuler les Rroms ». Bien sur, à la rentré le conseil municipal doit se prononcer pour une motion dénonçant la politique raciste et xénophobe du gouvernement Sarkozy. Bref, ça cause mais aucun geste concret de soutien de la part de la municipalité socialiste-verte de Pantin. Ils se sont tout de même engagés à installer des toilettes, un point d’eau et des bennes pour les ordures dans la semaine. Ils sont passés le même jour, l’après-midi, avec des techniciens de la Mairie pour organiser ces installations.

Dans le camp l’ambiance est morose parmi les plus de 200 personnes qui s’y sont installées dans la plus grande précarité. Les soutiens sont très bien accueillis. Malgré ce contexte ils gardent une très grande détermination, un sens de l’hospitalité étonnant et beaucoup d’humour. Lorsque l’on si rend on est surpris de la grande inventivité dans ce qui est devenu un vrai village dans le bidonville.
Ci-bas un tract écrit cet après-midi avec des Rroms du bidonville. N’hésitez pas à contacter les habitants du camp et les soutiens.

NOUS SOMMES DES HABITANTS DE PANTIN. NOUS VOULONS RESTER ICI.

Nous sommes quatre-vingt familles, dont plus de cinquante enfants à être installés sur un terrain vague, rue Denis Papin, appartenant au Réseau Ferrée de France. Suite à une plainte du RFF, le tribunal s’est prononcé favorablement à l’expulsion le 14 juin dernier. Depuis, nous vivons dans l’angoisse d’une expulsion. Nombreux parmi nous ont déjà vécu cette attente, à l’aube, jour après jour, de l’arrivée de la police. Nous avons déjà été expulsés, nous avons déjà vu nos maisons précaires rasées. Nous avons déjà du rassurer nos enfants terrorisés face à la violence de l’intervention de la police. Nous avons interpellé la Mairie de Pantin pour obtenir son soutien : elle a finalement proposé quelques aménagements sanitaires mais se refuse à nous soutenir d’une façon active. La Mairie, lors d’un prochain conseil municipal à la rentrée, prépare une motion pour dénoncer la politique du gouvernement de stigmatisation des pauvres et des étrangers, et en particulier, depuis un certain temps, des Rroms. Or, nous disons que les paroles sans des actes effectifs de solidarité avec les plus pauvres et les plus stigmatisés ne servent à rien.

Même si c’est dans la plus grande précarité, nous avons construit des habitations dans ce terrain et nous y avons organisé notre vie. Même si nous vivons dans le plus grand dénouement, nous ne voulons plus partir. Nous n’avons pas où aller. Nous voulons rester ensemble. Nous voulons scolariser nos enfants, nous voulons nous soigner, travailler et vivre ensemble avec nos familles et nos amis d’ici.

Depuis quelques temps on voit le gouvernement français mener une politique qui s’attaque aux plus pauvres, qui stigmatise les étrangers, qui veut faire régner la peur parmi les sans papiers. Nous disons que si l’on pointe du doigt les Rroms, c’est qu’ils nous croient isolés. Nous savons que nous ne sommes pas les seuls à avoir des problèmes de logement, à être au chômage, à vivre dans la précarité. C’est pour cette raison que nous devons être solidaires les uns avec les autres.

Venez nous soutenir. Rejoignez le comité de soutien des Rroms du terrain Denis Papin à Pantin.

Pour tout contact :
meere.riem laposte.net
Kassia : 06 63 41 07 30
Isabelle : 06 38 30 26 90
Marca : 06 66 95 07 73





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0