CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Commissions  >  Permanence précarité  >  Pôle emploi et la mairie de Paris se renvoient la balle. Elle se prénomme Marine

Pôle emploi et la mairie de Paris se renvoient la balle. Elle se prénomme Marine

Publié, le jeudi 4 novembre 2010 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : lundi 8 novembre 2010


Sans préambule, mon histoire ...
Je tente une approche ironique... et la version courte

Voici donc six mois que je suis au chômage sans indemnités !

J’ai 27 ans, un master 1, je travaille en même temps que mes études depuis mes 16 ans, l’esprit pratique me caractérise si je veux de l’argent je travaille...
J’ai eu la chance folle de travailler en tant que vacataire pour la Mairie de Paris pendant 1 an et demi.

Finalement à l’obtention de mon diplôme en 2007, je cherche un emploi sérieux !!! Je m’inscris pour la première fois aux ASSEDIC et à l’ANPE, je suis une novice, je ne fais pas de copie de dossier.

La première blague arrive, ayant travaillé plus longtemps dans le secteur public, les ASSEDIC rejettent mon dossier et m’envoient vers la mairie de Paris.

Tel quel, j’envoie le dossier à la mairie de Paris. Toujours une bleue ! Toujours pas de copie. Ni une, ni deux, je reçois une lettre me demandant une liste impressionnante de documents (36 mois de bulletin de salaire, 4 ans de contrats de travail, etc...) ainsi que les originaux des attestations ASSEDIC, seules pièces présentes lorsque j’avais envoyé mon dossier.

Fatiguée de ces délais, de ces déconvenues, dans une situation familiale en crise, je trouve un boulot alimentaire pour gagner mon indépendance. La mort dans l’âme, pendant 2 ans j’ai un emploi sans intérêt, j’ai mon indépendance, une chambre de bonne. Ça doit être ça la vie.

Les « blagues » en rafale suivent ....

Au bout du rouleau de mon travail alimentaire, je me fais licencier le 23 juin 2010.
J’ai donc le droit aux allocations chômage et ce pendant quelque 700 jours. J’envoie ce nouveau dossier, je fais une copie, le serveur Pôle emploi plante, dans l’euphorie du moment (...) j’oublie de signer la demande d’allocation qui me revient me demandant des documents déjà présents dans le dossier et ma signature. Normal.
Je reprends en main le dossier, fournissant 3 exemplaires du document et le signant.

5 jours plus tard, le Pôle emploi me demande le reliquat de mes droits de la mairie de Paris.

Je contacte la mairie de paris, suis la procédure, téléphone tous les jours à mes gestionnaires pour suivre l’avancée du dossier.

3 semaines après une lettre de rappel me demandant les pièces manquantes en 2008. Vive l’administration !

J’exhume tous les documents nécessaires, sauf les originaux d’attestation ASSEDIC qui restent introuvables.

Je me présente par 3 fois au bureau des pensions et du chômage de la ville de Paris. pour me faire insulter, ridiculiser, molester moralement, je leur fais perdre leur temps, je suis une harceleuse.

Je décide de simplifier mon dossier, de ne faire apparaitre pour le traitement de cet ancien dossier que les pièces relatives à la mairie de Paris, gestionnaire de mon service d’emploi à l’époque me fabrique dans l’urgence une attestation, s’avérant irrecevable pour le bureau du chômage.

Après une 4e visite, avec ridiculisation, molestation et attaques morales (oui oui estampillé service public), je contacte de nouveau mes gestionnaires pour obtenir un duplicata certifié d’attestation Assedic.
2 semaines à attendre.
Je finis par appeler le service.
Il ne l’ont pas fait.

Après avoir expliqué que je n’ai aucun revenu depuis Août, j’obtiens une attestation Assedic originale le lendemain.

Je rapporte enfin mon dossier complet de demande d’allocation à la mairie de Paris, bureau des pensions, le 22 septembre...

Epaulée par une assistante sociale de choc je ne cumule pas de dettes. Je mange grâce au Secours Catholique.

Il devient difficile à mon assistante sociale de trouver des fonds pour me venir en aide un troisième mois. Mes créanciers, au courant de ma situation, sont très compréhensifs pour l’instant car je leur ai annoncé que cela ne devait durer que 2 mois.

C’est aujourd’hui 30 octobre que je reçois une lettre accusant réception de mon dossier déposé le 22 septembre.
Cette lettre m’indique que mon dossier est incomplet. Ils me demandent des documents que j’ai déjà joint...

Le délai de traitement d’un dossier de chômage par la mairie de Paris est de 8 semaines à présent.

Je n’ai plus aucune ressources. La compréhension de mes créanciers ne peut pas durer 4 mois de plus. Dois-je de nouveau attendre 2 mois pour m’acquitter de mes factures et manger à ma faim ? La banque profite de ma situation (intérêts de découvert). Elle est bien la seule. N’est-on pas dans un cas de non-assistance à personne en danger ?

AC ! (Agir ensemble contre le chômage et la précarité)
http://www.ac.eu.org/

••• ••• ••• ••• ••• ••• ••• ••• •••

À Paris comme ailleurs, arr€t€z vos salad€s, balanc€z l’os€ill€ !

À gauche poubelle, précaires rebelles

Pour ne pas se laisser faire :

Intermittence du spectacle, permanence CAP, Conséquences de l’Application du Protocole Unedic : cap cip-idf.org

Permanence Précarité : permanenceprecarite cip-idf.org

Lundi de 15h à 18h, à la coordination des intermittents et précaires 14 quai de charente, Paris 19e, M° Corentin Cariou, ligne 7 Tel 01 40 34 59 74

La coordination est désormais expulsable à tout moment
Merci de faire connaître la pétition en ligne : Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde, la coordination doit être relogée





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0