CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2010  >  Autres communiqués année 2010  >  Emmanuel Wallon écrit à Bertrand Delanoë pour le relogement de la coordination des intermittents et précaires

Emmanuel Wallon écrit à Bertrand Delanoë pour le relogement de la coordination des intermittents et précaires

Publié, le jeudi 23 décembre 2010 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mercredi 5 janvier 2011


J’ai pris connaissance du jugement du Tribunal d’instance qui inflige des pénalités d’un montant prohibitif à l’Association des Amis des intermittents et précaires (AIP), animée par la Coordination des intermittents et précaires en Île-de-France (CIP-IDF), afin de hâter son départ des locaux qu’elle occupe encore au 14, quai de Charente, Paris 19e. J’ai bien conscience que ces espaces sont inclus dans le périmètre d’un vaste projet d’aménagement urbain et que l’AIP a décliné deux propositions de relogement qui ne lui semblaient pas pérennes et peu adaptées à sa mission d’accueil du public. Je me souviens aussi de la promesse que vous fîtes en personne, rappelée par les élus du Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (SYNDEAC) le 22 novembre 2010, que « la Coordination ne serait pas à la rue ».

Observateur attentif de la vie du spectacle vivant en Île-de-France, je déplore que les relations entre l’AIP et la Société d’économie mixte d’aménagement de la Ville de Paris (SEMAVIP), placée sous votre contrôle, aient tourné à l’affrontement judiciaire. Je connais votre engagement pour l’amélioration des conditions d’emploi et de rémunération dans cette branche et en faveur de la consolidation du régime d’allocation chômage des intermittents. Je crains que le traitement d’un dossier aussi sensible par la voie contentieuse ne dégrade l’image de Paris comme une capitale du pluralisme, ouverte aux arts et à la jeunesse. Quelle que soit votre appréciation du bien fondé des arguments de la coordination, les mesures prises en vue de son expulsion heurtent la philosophie de la concertation dont vous avez donné maints exemples dans d’autres circonstances, de concert avec M. Christophe Girard, votre adjoint en charge des affaires culturelles.

Je garde donc le ferme espoir que vous interviendrez sans délai pour obtenir la levée des sanctions financières prononcées contre les responsables de cette association. Je forme le vœu que la procédure de conciliation préconisée le 14 décembre par le premier président de la Cour d’appel] de Paris et acceptée par l’AIP permettra d’attribuer à la CIP-IDF l’abri décent dont elle a besoin pour mener à bien son travail d’information, d’expertise, d’élaboration et d’assistance au service des secteurs les plus fragiles - qui s’avèrent souvent les plus créatifs - des professions du spectacle.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de ma très cordiale estime, avec mes meilleurs vœux pour l’année nouvelle.

Emmanuel Wallon, Professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest Nanterre, Membre du comité de rédaction d’Études théâtrales et de L’Observatoire, La Revue des politiques culturelles, codirecteur (avec Michel Deguy et Jean-François Louette) de l’ouvrage Paris s’éveille (Les Temps Modernes, Paris, 2002). Copie à M. Christophe GIRARD, adjoint au maire de Paris, chargé des affaires culturelles.

Paris, le 19 décembre 2010


Nous avons appris ce mardi 21 décembre que la Semavip (présidée par Monsieur Roger Madec, maire du 19e arrondissement) refusait la proposition de conciliation du premier président de la Cour d’appel. C’est donc une fois de plus la responsabilité de la Mairie de Paris qui est en cause.

La queue au portillon, un exercice de démocratie locale / Dazibao de nulle part / Solidarité avec la Coordination des intermittents et précaires d’Ile-de-France - Union syndicale Solidaires / Monsieur le Maire, mon cher Bertrand, / Expulsion de la Coordination des intermittents et précaires ? Inadmissible ! - Synavi / Reloger la Coordination des intermittents et précaires est urgent - Société des réalisateurs de films (SRF) / Le SYNDEAC demande au Maire de Paris de sursoir à l’expulsion de coordination des intermittents et précaires (idf) et de rouvrir les négociations / Occupation de la Samaritaine : Paris s’épelle L.V.M.H ? / Menace d’expulsion de la Cip-idf, Delanoë interpellé, la CIP assignée au tribunal

La coordination des intermittents et précaires reste expulsable. Merci de signer et/ou faire connaître la pétition en ligne :
Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde, la coordination doit être relogée

Nous refusons que tout au long de la vie la durée d’emploi gouverne nos existences et les soumette toujours plus au commandement de l’argent

Pour ne pas se laisser faire :
• Intermittence du spectacle, permanence CAP, Conséquences de l’Application du Protocole Unedic : cap cip-idf.org
• Permanence Précarité : permanenceprecarite cip-idf.org
Lundi de 15h à 18h, à la coordination des intermittents et précaires, 14 quai de charente, Paris 19e, M° Corentin Cariou, ligne 7, Tel 01 40 34 59 74





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0