CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2011  >  Oligarchie municipale : le socialisme LVMH CAC 40 nous déclare la guerre, prenons le maquis

Oligarchie municipale : le socialisme LVMH CAC 40 nous déclare la guerre, prenons le maquis

Publié, le mercredi 5 janvier 2011 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 4 mars 2017


La Semavip, et par son entremise la Ville de Paris, ont décidé de refuser la proposition faite par le Premier Président de la cour d’Appel de tenter une conciliation avec la coordination des intermittents et précaires.

Un choix politique est ainsi clairement exprimé : il s’agit de faire procéder à l’expulsion des locaux plutôt que d’envisager avec sérieux un relogement qui permette le maintien et le développement des activités de la coordination.

Plusieurs éléments indiquent d’ailleurs cette même décision politique : on nous fait savoir que « l’intermittence n’est plus un combat », on fait voter en novembre dernier au Conseil de Paris un « voeu de relogement » parfaitement ubuesque préconisant une installation cité Curial alors même que le seul équipement collectif de cette cité va être rapidement rendu à ses habitants sous la forme d’un espace vert...

Bref, malgré des engagements publics répétés sur le relogement de la coordination (voir la vidéo), Monsieur Delanoë nous dit merde. Et le parti socialiste de faire savoir qu’une alternance en 2012 sera le prélude à rien de moins que la « résolution du problème de la précarité ».

La position est claire : hors du P.S point de salut. Toute forme d’auto-organisation doit en passer par les fourches caudines du Parti ou se préparer à disparaître, par l’enchaînement de la dette (déjà 70 000 euros d’astreinte à l’encontre de la coordination), par la communication mensongère et les manoeuvres, et par la destruction policière (remember la maison de la grève à Rennes).

Suite à ce refus de la Mairie, le Premier Président de la Cour d’appel peut ordonner, ce 18 janvier, la suspension de l’expulsion. Par ailleurs, notre procédure d’appel contre le jugement du T.I est toujours en cours et nous finirons par obtenir une date d’audience. Mais celle-ci a toute chance d’avoir lieu après l’exécution du jugement d’expulsion.

Quoi que fasse la Mairie désormais, la nécessité de préserver un espace d’auto-organisation et d’activités nous contraint à envisager très concrètement le lieu d’après. Nous n’attendons pas la police et préparons plusieurs formes de ripostes à cette intransigeance municipale. L’expulsion ne restera pas sans suites. La mobilisation pour le relogement va maintenant se donner de nouvelles modalités.

Nous ne nous laisserons pas disperser dans l’isolement et l’impuissance

Coordination des intermittents et précaires

22 les v’là : le 18 janvier, le Premier Président de la Cour d’appel n’a ordonné ni la suspension de l’expulsion ni celle de l’astreinte...

Emmanuel Wallon écrit à Bertrand Delanoë pour le relogement de la coordination des intermittents et précaires / La queue au portillon, un exercice de démocratie locale / Dazibao de nulle part / Solidarité avec la Coordination des intermittents et précaires d’Ile-de-France - Union syndicale Solidaires / Monsieur le Maire, mon cher Bertrand, / Expulsion de la Coordination des intermittents et précaires ? Inadmissible ! - Synavi / Reloger la Coordination des intermittents et précaires est urgent - Société des réalisateurs de films (SRF) / Le SYNDEAC demande au Maire de Paris de sursoir à l’expulsion de coordination des intermittents et précaires (idf) et de rouvrir les négociations / Occupation de la Samaritaine : Paris s’épelle L.V.M.H ? / Menace d’expulsion de la Cip-idf, Delanoë interpellé, la CIP assignée au tribunal

Nous refusons que tout au long de la vie la durée d’emploi gouverne nos existences et les soumette toujours plus au commandement de l’argent


La coordination a dû déménager le 5 mai 2011 pour éviter une expulsion et le paiement de près de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un placard municipal de 68m2, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville de Paris. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut de fait un centre social parisien alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :

• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.

• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’actions pour le relogement ou d’autres échéances importantes.

Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement, les lundi de 15h à 17h30, à la CIP, Commune libre d’Aligre, 3 rue d’Aligre, Paris 12ème  :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle. Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité. Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0