CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2011  >  Autres communiqués année 2011  >  Expulsions : la mairie de Montreuil contre la préfecture ? Tout contre alors...

Expulsions : la mairie de Montreuil contre la préfecture ? Tout contre alors...

Publié, le jeudi 22 septembre 2011 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mercredi 28 septembre 2011


Ce 22 septembre 2011, deux maisons occupées à Montreuil ont été expulsées et la mairesse de la ville, si elle se répand en bonnes paroles quant à l’urgence des besoins en matière de logement, n’y aura pas été pour rien : la mairie demande en effet systématiquement aux propriétaires de lancer des procédures d’expulsion contre les habitants sans titre.

Hier, malgré l’engagement du Maire de Paris de reloger la coordination des intermittents et précaires, nous avons dû quitter nos locaux pour éviter une astreinte de près de 100 000 euros et une expulsion diligentée par la ville...

Tout se passe comme si, gauche ou pas, les intermittents, chômeurs et précaires n’avaient tout simplement pas droit de Cité et tout est fait pour interdire les formes de solidarité que ces derniers tentent de mettre en oeuvre.

Les partis de gauche doivent des compte à ceux dont ils réclament à nouveau le suffrage. Des comptes non seulement sur leur projet, qui parait se résumer au renforcement des politiques d’austérité, mais aussi sur leur politique actuelle, là où ils sont au pouvoir, dans les villes, les départements les régions.

En effet, après tant de coups, tant d’abandon, tant de morgue, le choix du « moins pire » n’est plus un réflexe établi.

Qui ne devine pas qu’a subir tant de mépris ceux qui ne sont pas des nantis pourraient devenir enragés ?

Expulsions : la mairie de Montreuil contre la préfecture ? Tout contre alors...

Ce jeudi 22 septembre au matin à 8 heures, les flics de Montreuil ont encerclé 2 maisons occupée pour les expulser.

Rejoignons le rassemblement en cours devant la mairie de Montreuil

La première située au 46, rue Barbusse, était, au moment de l’expulsion, habitée par 6 personnes. Une d’entre elle a été arrêtée par la police et libérée peu de temps après. Les habitants qui s’attendaient à l’intervention de la police avaient déjà vidé leurs affaires. Sur cette maison, ouverte sur le quartier, et fréquentée par des voisins pour son potager collectif, n’existe aucun projet pour le moment et elle n’ a pas encore été mise en vente.

La deuxième maison est située au 234, rue de Rosny . Cette expulsion, réalisée au même moment, au fin de disperser les personnes solidaires en deux espaces différents.
Le 234, était vide depuis plusieurs années. Cette maison appartient à une société d’investissement immobilier Proudreed/Quartz Properties, qui possède des dizaines d’autres terrains à Montreuil et dispose d’un patrimoine de 2 092 millions d’euros. L’expulsion, sans délai, a été ordonnée par le tribunal de Montreuil, qui fait systématiquement du droit de propriété et non du droit d’usage la seule logique suivie pour ces décisions. Peu importe que les maisons soient vides et inutilisées, qu’il n’y ait pas de projets sur les terrains en question, ou que les propriétaires soient des spéculateurs millionnaires.

Troisième acteur, la police de Montreuil, qui a déjà montrée à plusieurs reprises son zèle dans son rôle de bras armée des propriétaires. (voir : http://regardeavue.com/les-rois-du-...).
Mais, dans l’expulsion du 234, rue de Rosny intervient un quatrième acteur : l’équipe municipale et, en particulier, la mairesse Dominique Voynet qui, dès qu’elle a eu connaissance de l’occupation, a prévenu le propriétaire et exigé de lui qu’il expulse les habitants au plus vite, le menaçant sinon de se substituer à lui en vertu des « pouvoirs de police du Maire ».

C’est la même maire qui a dénoncé à la soi-disant insalubrité de l’immeuble des Sorins à la préfecture qui, suite à cela, a expulsé les habitants.. À Montreuil on résout les problèmes d’insalubrité en mettant plus de 300 personnes à la rue, sous la pluie, le vent et le froid. Quitte à se déclarer ensuite solidaires des expulsés.
C’est la même Maire qui impulse un projet de construction au milieu de la cité des Roches, qui prive de leurs seule espace vert des centaines d’enfants. Et quand, la mobilisation des habitants contre le projet a pris de l’ampleur, c’est elle encore qui leur écrit une lettre mensongère pour dire que jamais elle n’avait approuvé le dit projet.
C’est toujours Dominique Voynet, qui, dans un article paru dans le journal Liberation du 15 aout, rejette toute la responsabilité du mal logement sur le gouvernement, en déclarant, lyrique : « Avant que l’hiver ne transforme sur notre propre sol une crise aiguë en catastrophe humanitaire, j’attends de l’Etat - et du Premier ministre (...) qu’il prenne les décisions qui s’imposent, et redonne à chacun de nous - associations, préfets, villes - les moyens et les possibilités d’agir. »

La mairie de Montreuil qui demande à une multinationale d’expulser les occupants d’une maison inutilisée et tout à fait salubre, n’hésite pas, sans honte, à multiplier les déclarations de principe contre les expulsions et à déclarer faire du problème du logement sa priorité.

Alors que des habitants étaient encore dans les lieux la maison a été cassée de l’intérieur : plafonds, murs, pour la rendre inhabitable. Ainsi, de l’extérieur on ne pourra pas voir les stigmates d’une politique qui pénalises des couches de la population toujours plus larges.

Un habitant du 234 rue de Rosny, frappé violemment (5 jours d’arrêt de travail) par les policiers lors de son interpellation a été mis en garde-à-vue.

Nous exigeons la LIBERATION IMMEDIATE DU CAMARADE en garde à vue et l’abandon de toute poursuite éventuelles à son encontre. (Il est mis en cause et va comparaître pour « organisation de manifestation non déclarée »...)

« Avant que l’hiver ne transforme sur notre propre sol une crise aiguë en catastrophe humanitaire, nous attendons que Voynet et son équipe prennent les décisions qui s’imposent, et redonnent à chacun de nous, habitant du 234 rue de Rosny, les moyens et les possibilités de se loger ».

RELOGEMENT COLLECTIF ET IMMEDIAT DES HABITANTS du 234, rue de Rosny 

PDF - 56.3 ko
tract suite aux expulsions du 22 septembre à Montreuil

Les vendredi :

19h30 Repas de soutien aux expulsés de la rue des Sorins à Montreuil

Les habitants sont désormais installés sur le terrain de foot du stade André Blain.
Ils continuent la lutte pour des logements et des papiers. Ils ont toujours besoin d’aide (des tentes et des bâches, un barnum serait encore mieux) et de soutien.

On peut passer dans l’après-midi aider à la préparation et/ou au point info quotidien à 18h, venir signer, faire signer une pétition, etc. au 138 boulevard Chanzy, métro Robespierre (ligne 9) ou Gallieni (ligne 3).


D’autres conflits récents autour du logement et de la spéculation à Montreuil :

- Habitants des Sorins, chassés de partout, toujours debout

- LES ROIS DU PÉTROLE, vidéo de la tentative d’expulsion d’une maison par des agents immobiliers I@D France

- Politique du logement à Montreuil : la mairie pousse les spéculateurs à déloger les habitants

- ON HABITE PAS UNE LISTE D’ATTENTE : point d’information sur la lutte contre l’expulsion de Los Angeles / Montreuil

- Montreuil : Dominique Voynet, lutter contre la précarité en faisant expulser squatteurs et mal-logés ?

- Allergie à l’air du temps- Compassion & stigmatisation, un double langage permanent, le cas Voynet à Montreuil

- Nettoyage urbain à Montreuil : trois cent habitants du 94 rue des Sorins menacés d’expulsion



La coordination a dû déménager le 5 mai 2011 pour éviter une expulsion et le paiement de près de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un placard municipal de 68m2, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville de Paris. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut de fait un centre social parisien alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir, en particulier parce que : Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009

Pour contribuer à la suite :

• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.

• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’actions pour le relogement ou d’autres échéances importantes.

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle, lundi de 15h à 17h30. Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité, lundi de 15h à 17h30. Adressez questions, témoignages, conseils, analyses à permanenceprecarite cip-idf.org

À la CIP, 13bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0