CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2011  >  Autres communiqués année 2011  >  Dette infinie : La culpabilité et ceux qui l’imposent sont la gangrène de la société

Dette infinie : La culpabilité et ceux qui l’imposent sont la gangrène de la société

Publié, le lundi 10 octobre 2011 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : vendredi 30 décembre 2011


« Pensez à ce qu’il y a d’abject dans le fait d’estimer un homme, comme c’est le cas avec le crédit. Le crédit est le jugement que l’économie politique porte sur la moralité d’un homme. Dans le crédit, au lieu du métal et du papier, c’est l’homme lui-même qui devient le médiateur de l’échange. »
K. Marx.

Journalistes, experts, économistes, politiques, sont tous occupés à faire de chacun un homme endetté, redevable et coupable. Le chômeur est la figure paradigmatique de cet homme endetté, consubstantiel de la condition néolibérale. Chômeurs, précaires et intermittents, prenons l’initiative !

Ce sont eux la gangrène de la société

« Une majorité de français est aujourd’hui exaspérée des abus qui gangrènent notre système social, que certains d’un côté profitent du système tandis que d’autres passent entre les mailles du filet. L’idée de renforcer l’équilibre entre les droits et les devoirs sera donc au cœur de nos propositions. Les efforts pour restaurer nos finances publiques se doivent d’être équitablement répartis en préservant l’avenir c’est-à-dire les jeunes qui travailleront demain, et la recherche et l’innovation qui pourvoiront ces emplois de demain. »
Laurent Wauquiez, l’ancien Secrétaire d’État chargé de l’Emploi, UMP.

« L’important, c’est la ténacité (...) on n’y serait pas arrivé en Libye sans ténacité, et bien on mettra la même ténacité sur l’emploi, sur la compétitivité de la France », a-t-il conclu. « C’est ça, ne rien lâcher ».« Le moment n’est pas d’inventer de nouvelles allocations, de nouvelles indemnités (mais) d’encourager la population qui travaille ». Et de culpabiliser celle qui n’a pas d’emploi...
Nicolas Sarkozy.

Ça y est, le ton de la campagne présidentielle est donné !

Après le thème de l’insécurité, il y a 5 ans, voilà celui du chômeur fainéant et assisté... Alors que le marché de l’emploi est au plus mal, le Pôle emploi, déjà depuis longtemps au service de cette politique violente, n’a jamais autant exercé de pressions sur le chômeur :

• Explosion des radiations, 47 000 au mois de juillet. Ça fait baisser les chiffres du chômage. C’est autant d’économie sur les pauvres pour le gouvernement. Et c’est 47 000 personnes dans la merde !
• Multiplication des formes de convocations et de contrôle (sur place, téléphoniques, ou par mails).
• Développement du travail précaire voir gratuit ! EMT (évaluation en milieu de travail) : 70 heures de travail gratuit effectué par un chômeur au service du patron. AFPR (allocation de formation préalable au recrutement) : 400 heures toujours gratos pour le patron ! Il est même assisté dans ses « efforts » et dédommagé par Pôle Emploi ! (2 à 8 euros de l’heure).
• Ateliers d’humiliation collective : « stage de relooking », « opération job-dating » (10 minutes pour se vendre à un patron parmi 2000 candidats), « plateforme de vocation » (évaluation des capacités manuelles du chômeur)...
• Et, à venir, 7 heures de travail obligatoire pour les allocataires du RSA !

Pour faire faire fonctionner cette machine à précariser, on impose aux conseillers du Pôle emploi de faire du chiffre au même titre qu’une entreprise privée.
Mais à qui profite le chômage ? Au gouvernement, aux patrons, aux sous traitants du Pôle Emploi (boîtes de coaching, agences d’intérim...), aux institutions de la fonction publique, tout cela avec la collaboration de Pôle Emploi !
Ces exploiteurs ne partiront pas d’eux-mêmes ! Organisons-nous pour lutter contre ces politiques qui broient des vies. Et pour nous défendre vis-à-vis des attaques faites aux plus précaires. Pour nous, seule, la défense collective permet de ne pas être submergé [par les injonctions de] la machine Pôle emploi.

... Qu’ils s’en aillent tous !

Pour préparer une offensive qui débutera par une action régionale le 18 octobre, le collectif en marche contre l’injustice sociale propose une rencontre mardi 11 octobre à 19h30 au CLAJ à Brest.

Réunions les mardis à 19h30 heures au Le CLAJ, 2 rue du Dr Gestin.
site :http://marchedeschomeurs-brest.blog...
mail : reseaudesluttes.brest gmail.com
Collectif brestois en marche contre l’injustice sociale

PDF - 104.9 ko
Ce sont eux la gangrène de la société


Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009

De la légitimité de frauder les minima et de quelques conseils à cette fin

Pôle emploi : déjouer les convocs pour « entretien téléphonique », les radiations, le suivi...

Ni emploi forcé, ni culpabilisation, ni management, grève des chômeurs !

La coordination a dû déménager le 5 mai 2011 pour éviter une expulsion et le paiement de près de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un placard municipal de 68m2, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville de Paris. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut de fait un centre social parisien alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :

• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.

• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’actions pour le relogement ou d’autres échéances importantes.

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle, lundi de 15h à 17h30. Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité, lundi de 15h à 17h30. Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

À la CIP, 13bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0