CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Commissions  >  Permanence précarité  >  Le paradoxe du contrôleur - Incertitude et contrainte institutionnelle dans le contrôle des assistés sociaux, Vincent Dubois

Le paradoxe du contrôleur - Incertitude et contrainte institutionnelle dans le contrôle des assistés sociaux, Vincent Dubois

Publié, le samedi 19 novembre 2011 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 31 octobre 2015


Trois mots de contexte avant lecture.

Traquer la fraude des pauvres, empêcher la fraude sociale, c’est défendre la société [1]. Les pauvres n’ont qu’à bien se tenir.

Nicolas Sarkozy s’adressait ainsi, le 15 novembre 2011, aux agents de la CAF de Bordeaux, et aux télévisions : « Sans vous, il n’y a pas de lutte contre la fraude. Frauder, que dis-je voler la sécurité sociale, c’est trahir la confiance de tous les Français. Bien sûr que nous voulons continuer avec un modèle généreux. Mais nous ne voulons pas non plus qu’on abuse de ce modèle. Notre modèle social n’est pas intangible. L’adapter c’est le sauver et le pérenniser » [2]. Apologie d’un intérêt général supposé transcender les contradictions sociales, promesse de « sauver le régime » déjà maintes fois entendue à propos de l’Unedic ou des pensions de retraites soumises à restructurations (« la réforme »), on nous sert à nouveau le classique discours d’une guerre économique où toute insoumission (« la traitrise »), tout écart d’avec la logique de la concurrence auront à être châtiés. Le commentateur de TF1 traduisait d’ailleurs aussitôt sans fard le message : « Comment réduire le coût du travail, le débat sera au coeur de la campagne ».

Si cette campagne avait un coeur, il s’appellerait austérité. Et ce contexte insistant rend d’autant plus nécessaire de mettre à disposition des premiers concernés l’article qui suit. Celui-ci éclaire un aspect méconnu de l’expérience sociale vécue par les « assistés » puisque l’enquête dont il rend compte porte sur l’activité des agents contrôleurs de la CAF, agents contrôleurs qui réalisent près de 300 000 visites domiciliaires par an chez les allocataires.
On y découvrira une « dureté des règles floues » instrumentée par des pratiques d’intrusion au domicile, d’interrogatoires, d’enquête de voisinage, de délation. L’arbitraire des jugements émis sur les situations et des compromis passés accorde une place éminente à la culture de l’aveu. Si elle ne saurait prétendre à l’exhaustivité quant aux modalités de contrôle des ayants droits [3], la riche analyse proposée ici présente également des documents internes à la CAF [4] qui permettent de mieux comprendre les méthodes avec lesquelles tant de millions d’entre nous doivent ruser [5]. Et de faire face [6].

Le paradoxe du contrôleur - Incertitude et contrainte institutionnelle dans le contrôle des assistés sociaux

(...) Le contrôle du bien-fondé du versement des aides sociales, revenus minimums ou indemnisation des chômeurs et les situations des assistés qui en bénéficient joue un rôle croissant dans les politiques sociales et d’emploi. Cette évolution s’est engagée, en France comme dans les autres pays européens, à partir du milieu des années 1990 [7]. C’est que le contrôle se trouve à la croisée des multiples transformations de l’État social qui s’intensifient dès les années 1980.

La montée en puissance de logiques gestionnaires conduisant à revendiquer plus de rigueur dans les dépenses se manifeste désormais davantage par un renforcement des contrôles internes (au sein des organismes) et externes (auprès des bénéficiaires) visant à détecter les erreurs ou les abus. Plus prosaïquement, l’imposition d’une vision financière de la protection sociale conduit à limiter les débours par tous les moyens – y compris en limitant l’octroi de prestations par des contrôles plus sévères.

L’adoption généralisée de principes de vision et d’action tendant à « responsabiliser » les assistés et à en assurer un traitement « individualisé », à la faveur de la promotion d’un « État social actif » [8] tendu vers un objectif de mise au travail [9], conduit à exiger toujours plus de « contreparties » et à valoriser « l’accompagnement » des sans-emploi [10]. Dans une situation de forte pénurie d’emploi et pour les fractions précarisées des classes populaires les moins « employables », l’application de ces principes prend notamment un tour coercitif : le renforcement des contrôles et des sanctions.“
Extrait de l’introduction de l’article de Vincent Dubois, Le paradoxe du contrôleur. Incertitude et contrainte institutionnelle dans le contrôle des assistés sociaux, Actes de la recherche en sciences sociales 2009/3 (n° 178).

PDF - 1 Mo
LE PARADOXE DU CONTRÔLEUR. Incertitude et contrainte institutionnelle dans le contrôle des assistés sociaux, Vincent Dubois, Actes de la recherche en sciences sociales 2009/3 (n° 178).

La propagande et la menace, une affiche de la direction nationale de lutte contre la fraude (DNLF) apposée dans toutes les ACF en 2011 :

Voir également Une définition juridique de la fonction de contrôleur de CAF, Daniel Buchet, RECHERCHES ET PRÉVISIONS N° 66 - 2001, CNAF.



Notes :

[1] Il faut défendre la société, Michel Foucault, Cours au Collège de France (1976), Gallimard-Seuil, 1997.

[2] Prototype du cynisme de nantis décomplexés, ce dernier nous avait déjà expliqué en janvier 2007 que Le travail, c’est la liberté.

[3] Voir le descriptif des modalités de contrôle proposé au chapitre 8 du Rapport de sécurité sociale 2010 : la lutte contre la fraude dans les prestations sociales dans le régime général, téléchargeable sur internet. Attention, des dispositions nouvelles sont régulièrement introduites.

[4] Une autre approche de cette institution, Salariés de la caisse d’allocations familiales, chômeurs, précaires résistons à l’entreprise CAF ! .

[5] De la légitimité de frauder les minima et de quelques conseils à cette fin.

[6] En guise de contribution, nous publions Quelques conseils aux allocataires pour faire face aux visites domiciliaires de la CAF

[7] Le discours philanthropique de la gauche morale et gouvernante a remis au goût du jour la stigmatisation des « assistés ». C’est la fameuse formule de Lionel Jospin, premier ministre de l’époque, qui répond en 1998 aux revendications de mouvements de chômeurs et précaires « je préfère une société de travail à une société d’assistance », voir À gauche poubelle, précaires rebelles, Collectif d’Agitation pour un Revenu Garanti Optimal (CARGO), mai 1998

[8] Voir : État social actif, ne pas céder sur nos désirs - Choming out

[9] Le projet d’imposer 7h d’emploi hebdomadaire aux allocataires du RSA sous peine de suppression de l’allocation est le dernier en date des épisodes de cette politique. Pour un autre exemple EMT, EMPTR, AFPR, etc., travail gratuit, travail forcé, appel à témoignages - MCPL

[10] Voir : Techniques de pouvoir pastoral : le suivi individuel des chômeurs et des allocataires du RSA - Enquête collective

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle, lundi de 15h à 18h. Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité, lundi de 15h à 18h. Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

À la Commune libre d’aligre, 3 rue d’aligre, Paris 12ème.
Tel 01 40 34 59 74

La coordination a dû déménager en mai 2011 pour éviter une expulsion et le paiement de près de 100 000 € d’astreinte réclamés par la Ville de Paris. Nous vous demandions de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville. Il s’agissait d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut de fait, quai de charente, dans le 19ème un centre social alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour mémoire : Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0