CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2013  >  Autres communiqués année 2013  >  Ni A.N.I, ni Job Dating. L’austérité ne sera pas notre train-train quotidien !

Ni A.N.I, ni Job Dating. L’austérité ne sera pas notre train-train quotidien !

Publié, le dimanche 14 avril 2013 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : dimanche 14 avril 2013


« Quant il ne s’agit plus de politique contre économie, le capitalisme est toujour vainqueur, avec tous et sur tous ». La politique au crépuscule, Mario Tronti [1].

Le MCPL [2], dont la plupart des participants-es sont actifs au Comité de Liaison et d’Action Rennais, relaie l’information suivante.

Ce mardi 9 avril était un jour de mobilisation contre l’accord national interprofessionnel (A.N.I) à l’appel des syndicats CGT, FO, SOLIDAIRES, FSU [3].

A Rennes, le CLAR proposait une action contre le patronat à l’issue de la manifestation. Ce jour-là se déroulait l’événement « Train Industrie et Innovation » sur l’un des quais de la gare. Une aubaine pour prolonger la manifestation et perturber l’opération Job dating [4] où Pôle emploi et des entreprises comme Areva, Total, Toyota, La Poste étaient réunis dans un TGV arrêté. Une quarantaine de personnes armées de sifflets, mégaphone, tract, casseroles ont rapidement mis un terme à cette provocation marketing où un échantillon des pollueurs et exploiteurs de notre époque étaient réunis.

Bottons le train de l’industrie et de l’innovation !

De grands groupes industriels français sont aujourd’hui conviés à bord du train « Industrie et Innovation » pour une opération de communication en partenariat avec Pôle emploi. Dans un contexte de crise économique où l’austérité sévit partout en Europe, où le chômage atteint des niveaux historiques, les précaires sont invité-e-s à se vendre [5]à des employeurs-ses lors de cette véritable foire aux chômeurs-euses appelée Job dating. Quelques minutes pour séduire un(e) patron-ne au sein d’entreprises où les conditions de vie sont de plus en plus dégradées par le management qui y règne et les pollutions et maladies professionnelles que la plupart de ces activités entraînent.

Pôle emploi ne lésine par sur les moyens pour redorer son blason afin de mieux masquer la réalité quotidienne qu’elle impose des deux côtés du guichet [6]. Les conseillers-ères à l’emploi plient sous le nombre de dossiers à traiter et beaucoup d’entre eux/elles ne se reconnaissent plus dans la visée de l’institution. En effet, le contrôle et les sanctions se sont renforcés au détriment des missions de conseil et d’orientation. En résulte une détresse accrue des chômeurs-euses radié-es, en fin de droit ou sommé-e-s de rembourser des indus. L’immolation par le feu de Djamal Chaab devant une agence Pôle emploi à Nantes en est une sinistre illustration [7]. Les raisons de tels gestes et de tant d’autres souffrances à encaisser sont à chercher du côté des discours et dispositifs visant à faire du précaire la figure du fraudeur/profiteur [8], du salarié un chanceux grassement entretenu, du retraité un poids pour les finances publiques, du malade une charge pour la société et de l’employeur-euse la victime du travail trop cher.

L’affaire Cahuzac n’est que la partie émergée de l’arrogance, du mensonge et du vol de la classe bourgeoise (actionnaires, hauts fonctionnaires, magnats de la finance, des médias, politiciens à vie, rentiers...). Au delà de ce séisme politique dont les remous sont imprévisibles, nous assistons bien à une fuite en avant de la classe capitaliste, confrontée à la crise de son système, depuis l’éclatement de la bulle financière en 2008. Et c’est cette fragilisation de ses profits qui justifie pour elle la nécessité de multiplier les attaques à l’encontre des salarié-e-s et des sans emploi, pour continuer à assurer l’enrichissement de quelques uns grâce au travail des autres.

L’accord national interprofessionel (ANI) signé entre le MERDE-F et les syndicats minoritaires (CFDT, CGC-CFE, CFTC) est en train de réduire toutes les protections légales liées au code du travail, aux conventions collectives, aux conseils des prud’hommes, qui limitent les pleins pouvoirs des patron-nes. Désormais, un accord d’entreprise permettra aux employeurs-euses de baisser les salaires, d’augmenter ou de réduire le temps de travail en cas de « difficultés passagères ». Si le-a salarié-e refuse ce chantage à l’emploi, il sera licencié sans indemnité ni reclassement. Ce texte facilitera les licenciements collectifs, permettra l’expérimentation, avant généralisation, d’un CDI intermittent (horaires de travail au bon vouloir du patron, sans prime de précarité ni allocation chômage), et permettra aux employeurs-euses de soumettre leurs salarié-es à la mobilité forcée, sans limite géographique (avec licenciement pour faute en cas de refus)

A l’insoutenabilité du capitalisme à bout de souffle fait face un regain de la combativité ouvrière comme à PSA Aulnay ou chez les Goodyear où les licenciements prévus par les directions rencontrent des résistances. Une pensée en montant à bord du train aux salarié-es de PSA en passant par le wagon de l’UIMM dont les luxueux locaux furent occupés par les grévistes début mars.

Une pensée aussi pour les associations de chômeurs-euses et syndicats qui occupèrent un Pôle emploi parisien jeudi dernier. Ils demandaient à être reçu par le Sapin ministre du Travail et exigeaient la mise en place d’un fond social d’urgence pour les chômeurs-euses. L’arrivée des CRS laisse entendre que la priorité du gouvernement ne semble pas être du côté du social.

Chaque annonce va ainsi dans le sens d’un grand bond en arrière [9] où retraite, salaires et conditions de travail, droits au chômage sont attaqués au profit des AREVA et consorts qui viennent aujourd’hui parader à bord de ce train. Continuer à accorder les pleins pouvoirs aux tenants de l’économie capitaliste représente un réel danger non seulement social mais aussi écologique comme l’enseignent à tout-e-s, sauf aux responsables, les catastrophes nucléaires.

L’austérité ne sera pas notre train-train quotidien !

C.L.A.R (Comité de Liaison et d’Action Rennais) clar [at] riseup.net clar35.overblog.com

opendocument text - 34.5 ko

Le titre, l’exergue et les notes qui suivent sont de la rédaction.



Notes :

[1] Ce livre de de Mario Tronti est disponible en ligne : La politique au crépuscule.

[2] Le Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte

[3] A propos de l’A.N.I, le collectif brestois en marche contre l’injustice sociale a publié un quatre pages.

[4] Voir un texte antérieur du MCPL, Non à la supercherie du Job Dating.

[5] Se vendre, c’est vivre un par un et contre tous les autres, c’est une forme de gouvernement, voir Le gouvernement des individus - Université ouverte 2008-2009. ainsi que La personne devient une entreprise, note sur le travail de production de soi, André Gorz.

[6] Voir par exemple cette analyse des conditions de travail à Pôle emploi par une syndicaliste de Solidaires : De l’autre coté du guichet : Pôle Emploi, la violence et l’ennui, ainsi qu’un ensemble de témoignages sur le fonctionnement de Pôle emploi, Outrage à Pôle emploi : Moi, personne quelconque de nationalité de hasard, déclare avoir été témoin des faits suivants, recueillis et mis en forme à l’occasion d’un procès intenté et perdu par Pôle emploi, voir Outragé, Pôle emploi mord la poussière .

[7] Voir un texte centré sur les réactions officielles écrit suite à l’immolation de Djamal Chaar, Djamal Chaar s’immole par le feu devant Pôle emploi. Pour M. Sapin, futur ministre des finances, « les règles ont été appliquées avec l’humanité qui convient ».

[8] Contre cette vision culpabilisatrice, voir, par exemple Pas de honte à toucher les allocs, de Luttons contre la précarité, à Montpellier

[9] Ainsi, en décembre dernier le président de la république osait-il annoncer comme une « hausse du RSA », un mesure qui ne sera appliquée que dans plusieurs mois et qui vaudra 30 centimes par jour de plus aux allocataires, voir R.S.A : fausse hausse et coupures programmées.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0