CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Commissions  >  Commission des mots  >  30 définitions par la Commission des mots

30 définitions par la Commission des mots

Publié, le dimanche 7 décembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 10 juin 2014


Intermittent :adj.(1567) ; latin intermittens, de intermittere, intr. « discontinuer ». Qui s’arrête et reprend par intervalle . . V. discontinu, irrégulier. Ex : Fièvre intermittente. V. erratique. Pouls intermittent..

Intermittence : (1660) : Litter. ou didactique.f

1. Caractère intermittent, interruption momentanée. Par accés.

2. Intervalle entre les accès d’une fièvre, d’une maladie.(syn. intermission, rémission) Absence momentanée d’une pulsion du cœur ou du pouls. V. arythmie.

3. Fig. « Les intermittences du cœurs » M. Proust

Précaires : Adj. Milieu du XVIe, précoire ; 1336 ; latin , jur. Précarius, « obtenu par prière ».

1. Qui ne s’exerce que grâce à une autorisation révocable. Possesion précaire, titre précaire (V. détention). - Par extention : détenteur précaire.

2. (début XVIIe). Dont l’avenir, la durée, ne sont pas assurés. V. Incertain, instable. Court, éphémère, passager, fugace, fragile.
- travail, emploi précaire, sans garantie de durée (- précariser ; cf « contrat à durée déterminée »).
- Subst. Ce qui est précaire. « C’est le pays de l’écroulement, de l’inconstant, du précaire. » Tharaud

Chômage : n. m. ; de Chômer.

1. Vx. De l’action de chômer ; le chômage des dimanches, des jours de fêtes. Temps passé sans travailler.

2. Mod. Interruption du travail.

3. Cour. Inactivitée forcée ( d’une personne) due au manque de travail, d’emploi.
- chômage structurel, conjecturel
- chômage frictionnel
- chômage saisonnier
- chômage technique : arrêt momentané du travail du à un problème fonctionnel. Par extension : situation de la population active sans travail, sans emploi. Fam. Allocation versée au demandeurs d’emploi

Chômer : XIIe du lat. caumare, de cauma, d’origine grecque « forte chaleur » V. Calme. Suspendre son travail pendant les jours fériés.

1. Cesser le travail par manque d’ouvrage. - Par analogie : l’industrie textile chôme.

2. (XVIII) Fig. Laisser improductif . (laisser chômer son argent).

Contrat : n.m. 1361, du latin, contractus

1. Convention par laquelle une ou plusieurs personnes « s’obligent envers une ou plusieurs personnes à donner, à faire ou à ne pas faire qqch. (code civil) convention, pacte. Contrat synallagmatique, bilatéral.
-  échange, louage, société, vente. Contrat unilatéral ( cautionnement, dépôt, mandat).

2. prêt, promesse.

Durée : N.f.-1131, de durer.

1.Espace de temps qui s’écoule par rapport à un phénomène entre deux limites observées (début, fin)
- Temps
- Espace, période
- Age, cours, existence
- règne (longue durée).
- longueur, pérennité
- Instant, moment (C.D.D.). Durée du travail : temps passé par un salarié au service d’un employeur.

2. Philo. L’espace et la durée - Le temps.
- mod. Temps vécu ; caractère des états psychiques qui se succèdent en se fondant les uns dans les autres (opposé au temps objectif, mesurable ) « la durée vécue par notre conscience est une durée au rythme déterminé , bien différente de ce temps dont parle le physicien  ». Henri Bergson.

3. (1870) mus. Temps pendant lequel un son ou un silence doit être entendu. - valeur.(durée relative)

Déterminé : Adj , et n.m. XIVe siècle : de déterminer

1. Qui a été précisé, défini.
- 1 Arrêté, certain,
- 2 précis
Délimité. Le déterminé et le déterminant

2. Qui se détermine, se décide [décidé, résolu]
- 1. Ferme, inébranlable
- 2. Philo. Soumis au déterminisme.
Contr. Indéfini, indéterminé. Hésitant

Indéterminé : Adj.-1361 ; de in et déterminé

1. Qui n’est pas déterminé, précis, fixé. Imprécis, indéfini, vague.
- Flou, vaporeux, confus.
- Math. Système indéterminé : dont toutes les variables ne sont pas déterminées, l’une d’entre elles (ou plusieurs) pouvant être fixée arbitrairement.
- Forme indéterminée : différence, quotient ou produit de deux fonctions dont la limite paraît indéterminée à priori.

2. Philo :Non soumis au déterminisme.

3. (personne).Rare :Qui n’a pas pris de décision au sujet de ce qu’il doit faire. Hésitant, indécis, irrésolu, aléatoire.

Refondation sociale :
- Fondation : ensemble des travaux et ouvrages destinés à assurer à la base la stabilité d’une construction
- Refondre : reformer en fondant une seconde fois ; refaire en fondant des parties les unes avec les autres en donnant une meilleure forme ; passer pour la seconde fois de l’état solide à l’état liquide ;
- Sociale : relatif à un groupe d’individus, d’hommes, conçu comme une réalité distincte ; qui appartient à un tel groupe et participe de ses caractères (opposè à biologique ,psychique, individuel)/
qui forme une société ou un élément de société/
qui constitue les hommes en communauté, en société (contrat social, rousseau)/
relatif aux rapports entre les personnes,au groupe/
Relatif à une association de personnes ayant un but, des intérêts communs (société)

Mission : du lat « missio » action d’envoyer ; Charge donnée à quelqu’un d’aller accomplir qqch , de faire qqch. V : Charge, commission, délégation, députation, légation/
But, tâche que l’on se donne à soi même avec le sentiment d’un devoir ./
Action , but auquel un être semble être destiné. V :fonction, rôle, vocation, but, destination.

ETATS GENERAUX  :
- Etat 1:Manière d’être d’une personne ou d’une chose , considérée dans ce qu’elle a de durable.
Ling . Verbe d’état et verbe d’action. Didact. Ensenble des caractères d’un objet de pensée, d’un ensemble abstrait.
Sc. Manière d’être des corps, rèsultant de la plus ou moins grande cohésion de leurs molècules. « Etat naissant » état d’un corps qui se dégage d’une combinaison. Ecrit qui constate, décrit un fait, une situation à un moment donné.
V. Compte (compte rendu). Description, exposé, mémoire ; bordereau, bulletin, inventaire, liste, note, stastistique, tableau.

POLITIQUE : Adj. Et n.m. 1361 lat. politicus, du grec politikos « de la cité »

- A) Relatif à la cité, au gouvernement de l’état

1. relatif à la cité organisée V. civil (opposé à naturel) public (opposé à privé) « les intérêts politiques sont le principal objet des méditations » (Staël) Mod. Economie politique. V. économie

2 Mod . relatif à l’organisation et à l’exercice du pouvoir dans une société organisée, au gouvernement d’un état. Pouvoir politique, pouvoir de gouverner. « Le principe de la vie politique est dans l’autorité souverainne  » (ROUSSEAU). Rapports entre la structure économique, sociale et le régime politique (capitalisme, socialisme, libéralisme).
V. aristocratie, démocratie, dictature, monarchie, république. Institutions politiques d’une nation, d’un état.
V . Constitution. Réforme politique et réformes sociales « Un homme politique, c’est un homme qui est persuadé qu’il va réussir où d’autres ont échoués » (COLETTE)

3. Relatif à la théorie du gouvernement. V. absolutisme, communisme, fascisme, libéralisme, marxisme, monarchisme, royalisme, socialisme ;

4. Relatif aux rapports du gouvernement et de son opposition ; au pouvoir et à la lutte autour du pouvoir « L’opinion publique est souvent une force politique » (A . SAUVY) (en parlant des opinions sur le pouvoir) Opinions politiques.
Tendances, attitudes, positions politiques. V. Conservateur, droite, extrémisme, extrémiste, gauche, gouvernemental, opportunisme, opposition, progressisme, progessiste, radical, radicalisme, réaction, réactionnaire

5. Relatif à un Etat, aux Etats et à leurs rapports. Unité politique. Communauté politique. V. Nation. Frontières politiques et frontières naturelles.
Vx ou littér (1636)
Habile. V. Diplomatique

- B). n.m. (1568) 1 littér . Homme de gouvernement. « Le vrai politique est celui qui joue bien et qui gagne à la longue » (Voltaire). Fig. Personne qui sait gouverner autrui « L’âge actuel est proprement l’âge du politique » (BENDA)

POLITIQUE n.f. (1265, rare av. 17e)

1. Art et pratique du gouvernement des sociétés humaines (état, nation).
« La politique, art de tromper les hommes » (D’alembert).
« Quant à la politique… _ Ah ! c’est l’art de créer des faits, de dominer, en se jouant, les évènements et les hommes »(Beaumarchais).
« La politique consiste dans la volonté de conquête et de conservation du pouvoir » (Valéry).
°Sciences politiques. Système de politique positive, de Comte. « Ceux qui voudront traiter séparément la politique et la morale n’entendront jamais rien à aucune des deux » (Rousseau)

2. Sorte de gouvernement, manière de gouverner un état (intérieure) ou de mener des relations avec les autres Etats (extérieure) Pacifisme, neutralisme. Interventionisme. Expansionisme. Colonialisme. Nationalisme. Politique de grandeur, politique d’austérité, politique d’abandon.
« tout parti vit de sa mystique et meurt de sa politique » (Péguy)

3. (1652) ensemble des affaires publiques

4. (17°) manière concertée de conduire une affaire. V. Tactique , politique de l’autruche, politique du moindre effort. Vieilli. Calcul interressé.

CULTURE
- I. n.f. (1509 ;a.fr.couture, XII° ;lat. cultura)

1° Action de cultiver la terre ; ensemble des opérations propres à tirer du sol les végétaux utiles à l’homme et aux animaux domestiques. V. Bêcher, défricher, fertiliser, labourer, planter, semer ; agriculture.

- II. n.f. (v.1550 ; de culture)

1°Développement de certaines facultés de l’esprit par des exercices intellectuels appropriés. Par ext. Ensempble des connaissances acquises qui permettent de développer le sens critique, le goût, le jugement. V. Connaissance, Education, formation, instruction, savoir.
« La culture c’est ce qui reste quant on a tout oublié » (Herriot)
- Culture philosophique, littéraire, scientifique, artistique.
- Culture classique.
- Culture générale : dans les domaines nécessaires à tous (en dehors des métiers, des spécialités)
- Culture de masse , diffusée au sein d’une société par des moyens d’informations massifs (mass média) et correspondant à une idéologie.

2° Ensemble des aspects intellectuels d’une civilisation

3° Didact. Ensemble des formes acquises de comportement, dans les sociétes humaines

III.Culture (1929 ; de culture, d’apr. all. Kulturell)

CENTRE n.m._1275 ; lat :centrum/ grec :kentron

- I.
1. Point intérieur (d’un cercle, d ’une sphère) équidistant de tous les points du cercle, de la sphère.

2. Partie centrale, milieu (d’un espace quelconque). Cœur, mileu, noyau. Pol. Centriste, modéré.

- II. (1680) Point intérieur doué de propriétés actives, dynamiques.
1. Phys. Point d’application de la résultante des forces. Barycentre.
- Centre de gravité : centre des forces exercées par la pesanteur sur toutes les parties d’un corps.
- Centre de poussée : centre de gravité du fluide déplacé par un corps immergé ou flottant.
- Centre optique O d’une lentille : tel que tout rayon passant par O traverse la lentille sans déviation .
- Météo : centre de dépression, de haute pression.

2. (1845). Centres nerveux : parties du système nerveux constituées de substance grises et reliées par les nerfs au différents organes. Centres vitaux : les organes essentiels à la vie.

3. Point de convergence ou de rayonnement. Centre d’attraction, d’intérêt, d’action, d’influence, de rayonnement. Base, siège (centre du pouvoir, capitale) ; centralisation.

4. UN CENTRE : lieux où diverses activitées sont groupées. Centres urbains (agglomération, ville). Un centre industriel, technique (technopole). Centre : De vacances, nautique, hospitalier, antipoison, de loisirs, aérés, dramatique et culturel, de serveur, (vers 1960) commercial ; par ext. Bureau, service centraliseur, coordinateur (de documentation, national de recherche, etc…)

5. Fig. Point où des forces sont concentrées et d’où elles rayonnent (cœur, foyer, pivot siège). Etre le centre de discussions, au centre du problème. Chose principale, fondamentale (base, principe)

- III. (personnes).
1. littér. Etre le centre de quelquechose, en être l’animateur (cerveau, promoteur) Axe, nombril (égocentrique)

2. sport . CONTR. Bord, bout, périphérie,extrémité.

CENTRALISATION n.f.-1790, de centraliser
Action de centraliser

- Spécialt : le fait de réunir tous les moyens d’action, de contrôle en un centre unique (autorité, pouvoir) Cf. Concentration -Centralisation politique, administrative, économique.

Différé : De différer : v.t. ; conjug. Céder (V. 1350 ; lat. differe)

1. Remettre à un autre temps ; éloigner l’accomplissement, la réalisation de (qqch.) V. remettre, renvoyer, repousser, retarder, surseoir.

2. Littérat. Différer de faire, à faire V. tarder Absolt : V. atermoyer, attendre, temporiser.

Différence : n.f. (1160, lat. differentia)

1. Caractère (une différence) ou ensemble des caractéres (la différence) qui distingue une chose d’une autre, un être d’un autre ; relation d’altérité entre ces choses, entre ces êtres.
- V. dissemblance, dissimilitude, distinction, écart, particularité.
Préfixe marquant la différence.
- V. Dis-, hétéro-. Différence légère, imperceptible.
- V. Nuance. Différence notable, considérable, importante, sensible, essentielle, totale. Différence empêchant plusieurs choses de s’accorder, d’aller ensemble.
- V. antinomie, antithèse, contradiction, contrariété, contraste, incompatibilité, opposition ; désaccord, discordance, incohérence. Différence entre deux états successifs.
- V. Changement, variation. Différence entre deux versions d’un texte.
- V. Variante. Différence d’interprétation, d’opinion.
- V. Différend, dissidence, divergence, division.
- faire la différence entre deux choses : la percevoir, la sentir.
- V. Départ, distinction, partage, distinguer. Loc. prép. A la différence de. Loc. con. Avec cette différence que

2. Log. Caractère qui distingue une espèce des autres espèces du même genre. La définition caractéristique se fait par genre prochain et différence spécifique.

3. Quantité qui, ajoutée à une quantité, donne une somme égale à une autre.
- Différence en plus (V. Excédent, excès, supplément) ; en moins (V. défaut, manque).
- Spécial. Différence d’une fonction : variation d’une fonction pour une variation donnée d’une variable.
- (somme d’argent) -V. Complément ; appoint, reste, solde.
- Bourse. Dans les opérations à termes, écart positif ou négatif entre le cours de la négociatioin et celui de l’exécution du marché.

4. Log. Math.
- Différence de 2 ensembles A et B, ensemble (A-B), constitué par les éléments de A qui n’appartiennent pas à B.
- Différence symétrique de deux ensembles A et B, ensemble (A-B) formé par les éléments de A n’appartenant pas à B et les éléments de B n’appartenant pas à A.
ANT. Analogie, conformité, égalité, identité, ressemblance, similitude.

Indemnisation : n.f. (1754, de indemniser)

Action d’indemniser ; fixation d’un paiement, d’une indemnité.

Indemniser : v.tr. (1398 de indemne)

Dédommager (qqu) de ses pertes, de ses fraits etc…
- V. Rembourser
- V.Compenser.

Indemne : Adj.(1384 ; lat. indemnis, de dammum « dommage »)

1. Vx. (droit) Qui n’a pas éprouvé de perte ; qui est indemnisé, dédommager

2. (XIV, hap. XVI). Mod. Qui n’a éprouvé aucun dommages. V. Sain (et sauf) ANT. Endommagé, atteint.

Indemnité : n.f. (1278 ; lat. indemnitas)

1. Ce qui est attribué à qqu en réparation d’un dommage, d’ un préjudice.
- V. Compensation, dédommagement, dommages-intérêts, récompense, réparations .

2. Ce qui est attribué en compensation de certains frais.
- V. Allocations Spécialt. Indemnité parlementaire : allocation pécuniaire perçue par les membres d’un gouvernement.

Association : n.f. (Xve ; de associer) Action d’associer, de s’associer ; résultat de cette action.
- V. Assemblage, groupement, réunion, union.

1. Action d’associer qqu à qquch.
- V. Participation ; collaboration.

2. Rare. Action de se réunir de manière durable ; état de ceux qui sont réunis.
- V. Communauté, compagnie ; colonie, groupe, peuple, société.

3. V. Alliance, amitié, liaison, relation Biol. Réunion permanente d’êtres vivants d’espèces différentes.
- (1897) pathol. Associations microbiennes, vivant en symbiose dans une infection.
- Chim. Union de deux ou plusieurs molécules donnant une molécule plus grosse.

4. Groupement de personnes qui s’unissent en vue d’un but déterminé.

5. « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’’homme ». (Décl. Des droits de l’homme, 1791)
- Association internationale. V. Ligue, union ; confédération, coalition, communauté, corporation, société
- Association de personnes poursuivant des fins politiques. V. Partis, club, comité, coterie.
- Associations économiques, commerciales, financières, professionnelles ; associations d’avocats, de médecins, de notaires. V. Cartel, chambre, compagnie, consortium, corporation ; entente, entreprise, sociéte, syndicat. Droit : Mise en commun permanente des activités de plusieurs personnes dans un but non lucratif ( opposé à société). V. Confrérie, congrégation, patronage. [ amicale ; mutuelle ; club -sportif-]

3. Abstrait : Fait psychologique par lequel les représentations et les concepts sont suscepibles de s’évoquer mutuellement. V. attraction, enchaînement, évocation, rapprochement, suggestion, synthèse ; analogie, rapport, similitude.
- Ensemble d’idées, de représentations évoquées ensembles. Ant. Autonomie, isolement. Désunion, dissociation, dissolution, division, rupture, scission.

Associer : v.tr. (1262 ; assoicher : « arranger », 1238 ; lat. associare, rad. Socius « compagnon »)

1. Vx. Mettre ensemble (des choses). Mod. (abstrait) Associer (en esprit) des mots, des noms.
- V. Association ; lier, rapprocher.

2. Réunir (des personnes) par une communauté de travail, d’intérêts, de sentiment.
- V. Agréer, allier, joindre, lier, rapprocher, réunir, unir. Rare. Associer des partenaires, des peuples.
- V. Fédérer, liguer.

3. Associer (qqu) à (qqch) : le faire participer à (une activité commune, un bien commun).
- V. Adjoindre (s’), attacher (s’).

4. Associer (une chose) à (une autre).
- V. Allier, unir.
Associer une chose avec une autre : les joindres intimements

5. S’associer (qqu) : l’associer à soi, le prendre comme associé.
- V. Adjoindre (s’).

Associé, ée : n. (1510, de associer)

1. Rare. Personne qui partage avec une ou plusieurs autres ses occupations ou préoccupations.
- V. Adjoint, camarade, collaborateur, collègue, compagnon, confrère, complice, partenaire.
Appos. Membres associés d’une académie : membres qui jouissent de quelques-uns des droits des membres titulaires.

2. Personne qui met en commun son activité ou ses biens dans une entreprise. Dr. Personne qui fait partie d’une société.
- V. Actionnaire, commanditaire ; adhérent, membre.

Grève : n.f. (1190 ; lat. pop. Grava)

1. Terrain plat (formé de sable, graviers) situé au bord de la mer ou d’un cours d’eau. V. Bord, côte, plage, rivage. V. Graves _ Par extension, ban de sable mobile.
Spécialt. La grève, la place de grève , place de Paris située au bord de la Seine à l’emplacement de l’actuel Hôtel de Ville, où avait lieu les exécutions . Etre roué, pendu en grève.

Grève : n.f. (1805 ; des loc. : faire grève, être en grève : « se tenir sur la place de grève, en attendant de l’ouvrage »).

Cesssation volontaire et collective du travail décidée par des salariés pour obtenir des avantages matériels ou moraux.
- V. Arrêt (de travail), débrayage.
- Grève générale.
- Grève perlée.
- Grève tournante.
- Grève sur le tas, grève des bras croisés.
- Grève du zèle.
- Grève bouchon.
- Grève surprise.
- Grève sauvage.
- Piquet de grève.

Grever : v.tr. ; conjug. Lever (XIIIe ; lat. gravare : « lever »)

1. Vx : Accabler, affliger

2. (1636). Frapper de charges financières, de servitudes.
- V. Charger, imposer. Dépenses qui grevent un budget.
- V. Alourdir
- grever l’économie d’un pays. Accabler, surcharger. Dr. Charger (qqu) d’une substitution.
Ant. Affranchir, aider, alléger, assister, décharger, dégrever.

Débrayer : v.tr. (1870, a remplacé désembrayer (1846, de dés- et embrayer).

1. Mécan. Techn. Séparer (une piéce mobile) de l’arbre moteur.
- Abslt. Interrompre la liaison entre une pièce, un mécanisme et l’arbre moteur.
- Cour. (auto.) Interompre la liaison entre le moteur et les roues. Débrayer et embrayer.

2. Intrans. Pop. Cesser le travail dans une usine. V. arrêter (s’), sortir.

Note de la com internet :
Cet article date du 7 décembre 2003, mais n’ayant pas été mis en ligne au bon endroit, il n’avait reçu aucune visite. Le voici enfin accessible pour notre plus grand plaisir !
Le 27 janvier 2004





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0