CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2014  >  Pas de droit du travail sans droit au chômage : occupations dans 10 villes

Pas de droit du travail sans droit au chômage : occupations dans 10 villes


Ni convention Unedic, ni austérité, de nouveaux droits !

Publié, le vendredi 13 juin 2014 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : vendredi 13 juin 2014


Journée d’actions coordonnées
Ni convention Unedic, ni austérité, de nouveaux droits !

Occupations des Dirreccte en Midi-Pyrénées (Toulouse), Bouches du Rhône (Marseille), Ile de France (Aubervilliers), Nord-Pas-de-Calais (Lille), Rhône Alpes (Lyon), Franche-Comté (Besançon), délégation reçue en Languedoc-Roussillon (Montpellier).
Chambres du Commerce et de l’Industrie occupées à Brest et à Avignon.
A Rodez, ocupation de la Direction départementale du Travail de l’Aveyron.

Communiqué de la CIP-IDF

Pas de droits des travailleurs sans droit au chômage !

Nous, Chômeurs, Précaires, Intermittents, Intérimaires, Cheminots, Etudiants, avec ou sans papiers occupons ce jour Vendredi 13 Juin 2014 depuis 10h la DIRECCTE Ile-de France, 21 rue Madelaine Vionnet, à Aubervilliers.

Ce nom un peu barbare est l’acronyme pour Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’ Emploi . Cette institution n’est autre que le représentant au niveau régional du Ministère du Travail et de celui de l’ Industrie.

Si l’accord UNEDIC du 22 Mars contre lequel nous nous battons était agréé, les agents de ces services devront faire face dans leurs missions concrètes et quotidiennes aux conséquences dramatiques de cet accord. Précarisation de l’emploi, travail dissimulé, dégradation des conditions de travail...Tous cela alors que ces services sont déjà débordés, fragilisés par les restructurations constantes et n’ont pas les moyens réels pour mettre en oeuvre les soi-disant politiques d’Etat contre la précarité.

Nous sommes donc ici aujourd’hui pour inviter ses salariés à une assemblée générale et sa direction a une prise de position claire vis-à-vis de Monsieur Rebsamen, ministre de tutelle, pour qu’il n’agrée pas et qu’un nouvel accord soit travaillé à partir de nos propositions et avec toutes les parties concernées.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous !

Plus les droits des chômeurs seront attaquées, plus le travail sera précaire !

Pas de droits des travailleurs sans droit au chômage !

Communiqué de presse de la Coordination des Intermittents et Précaires de Midi-Pyrénées (CIP-PM)

LA MENACE DU MEDEF SUR LES FESTIVALS ET LA GROGNE DU MINISTRE DU TRAVAIL

La coordination des intermittents et précaires de Midi-Pyrénées occupe actuellement la direction régionale du travail de Midi-Pyrénées, 5 Esplanade Compans Caffarelli

Nous exigeons du ministre du travail, Mr Rebsamen qu’il n’agrée pas l’accord du 22 Mars.

Nous avons lu l’accord du 22 Mars ! C’est bien l’ensemble de l’accord que nous dénonçons et contre lequel nous nous battons !!!

Parce qu’il y a des millions de salariés pauvres, en France et en Europe ;

Parce que cet accord fait peser 400 millions d’euros d’économies sur les seuls demandeurs d’emploi alors qu’aujourd’hui, 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés.

Parce que, aujourd’hui, 86% des embauches se font en CDD ;

Parce que les nouvelles règles de l’assurance chômage sont prédéterminées par un objectif de diminution des dépenses de l’assurance chômage sans jamais poser la question des recettes.

Parce que, réformes après réformes, des économies sont encore faites sur le dos des pauvres, priés de devenir toujours plus pauvres ;

Parce que les droits rechargeables, vendus par la CFDT comme une conquête, sont la pire solution à l’intermittence de l’emploi ;

Parce qu’il a été négocié dans les locaux du MEDEF avec des méthodes qui constituent un réel déni de démocratie : interruptions interminables de séances, conciliabules de couloirs, arrangements bilatéraux hors de la salle...

Parce que, depuis ces vingt-cinq dernières années, le MEDEF et la CFDT règnent sur la direction de l’Unedic, tout en méprisant les premiers concernés et restent sourds à leurs propositions,

Parce que toutes les mesures de précarisation que prévoit l’accord du 22 mars, s’inscrivent dans le cadre d’une casse généralisée de la protection sociale (attaques contre la sécurité sociale, code du travail,..) tout comme le "pacte de responsabilité“ qui, au nom du coût du travail, prévoit 30 milliards de baisse de cotisations sociales pris sur la partie mutualisée de nos salaires ;

Parce que les annexes 4, 8 et 10 de l’assurance chômage font partie des rares dispositifs de protection sociale en Europe, pensés pour l’emploi discontinu et qu’elles sont une nouvelle fois attaquées ;

Parce que, aujourd’hui, l’annexe 4 des intérimaires est vidée de son contenu et que, pour les intérimaires, c’est une baisse qui peut atteindre jusqu’à 300€ par mois, parce que les intermittents hors spectacle et audiovisuel ne font plus partie de l’annexe 4 (ils ont disparu du titre entre le 22 Mars et le 14 Mais)

Nous occuperons, nous ferons grève, nous parlerons, nous perturberons, nous bloquerons tant que nos revendications et propositions ne seront pas entendues et prise en compte.

CE QUE NOUS DEFENDONS NOUS LE DEFENDONS POUR TOUS !!!

Un fil d’infos avec photos sur cette journée d’action





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0