CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2014  >  Olivier Qui ? Tentative de décryptage dʼun discours apparemment incohérent

Olivier Qui ? Tentative de décryptage dʼun discours apparemment incohérent

Publié, le dimanche 20 juillet 2014 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 26 juillet 2014


Nous ne nous lasserons pas de le rappeler : le combat que nous menons contre lʼaccord Unedic, signé le 22 mars dernier, déborde de très loin le champ des activités culturelles. Il concerne 9 millions de précaires, de chômeurs, de RSAstes, dʼintérimaires, et donc aussi dʼintermittents. Il organise une mise au plein emploi précaire pour tous. Il annonce une sinistre solitude pour chacun dʼentre nous, amené un jour, présent ou à venir, devant un guichet de Pôle Emploi ou de la CAF.

Devant lʼimportance politique de cette bataille, le bon sens pourrait inspirer un peu dʼhumilité dans lʼenjeu quʼon met dans la représentation ou non dʼun spectacle, un soir dʼété à Avignon.

Évidemment, la grève est une décision lourde et toujours douloureuse à prendre : quʼon soit intermittent, postier, cheminot, sur une scène du Off, dans la cour dʼhonneur, dans une école, un hôpital ou sur un chantier, aucune grève ne se décide par caprice.

Cʼest pour ces raisons que nous nous étonnons des réactions histrioniques de certains responsables, dépassés par lʼenjeu de la question, aux discours politiques souvent immatures et creux, qui sous tendent, ou soutiennent au fond, une conduite néolibérale.

Ce serait perdre du temps que de répondre à tous les Rodrigo Garcia, Ariane Mnouchkine, Olivier Py et autres, lorsquʼils jugent important de répandre leurs états dʼâmes devant les grèves de cet été. Si ce nʼest que certains sont symptomatiques dʼune confusion de pensée qui sʼavère finalement très structurée dans son application.

Par exemple, comme le directeur actuel du Festival dʼAvignon,
- prétendre un jour que nos collègues en lutte de Montpellier sont des casseurs, pour le lendemain retirer ses propos,
- proclamer participer au mouvement des intermittents et une semaine plus tard, que la grève, décidée par les syndicats et les coordinations, nʼest pas la bonne solution, peut relever dʼune simple incohérence,
- faire pression auprès des équipes et compagnies programmées afin quʼelles jouent,
- dénier sa légitimité à un vote dʼAssemblée Générale de salariés, votant la grève le 12 juillet dernier au deux tiers des votants,
- convoquer une conférence de presse en début dʼaprès-midi en catimini, pour déclarer aux journalistes que l’équipe du « Prince de Hombourg » jouera, avant même quʼelle ne se soit déterminée. Ce qui permit aux journaux dʼannoncer faussement sa tenue, alors que quelques heures plus tard, dans les faits, la grève sera votée dans la cour dʼhonneur, et que la représentation nʼaura pas lieu,
- tenter de briser la grève, en faisant faire le travail des grévistes par des non-grévistes, autant de procédés qui sʼapparentent à ceux, pourtant décriés, des « jaunes »,
- prétendre que les pertes occasionnées par deux jours de grève mettent en danger les productions de lʼédition à venir du festival, (alors quʼelles ne représentent même pas la moitié du coût de sa propre production)
- employer et payer au rabais du personnel, user de contrats précaires (extras journaliers sur les catering, stagiaires pas même hébergés à l’administration), ne pas rétribuer les jours de préparation,

Cela est très cohérent, et bien connu : cela ressemble très simplement à des manœuvres que ne renierait pas un patron de la grande distribution, ou du BTP face à une grève de ses ouvriers. Ce qui est cocasse, cʼest le retentissement quʼon donne aux déclarations de ce patron-là, opérateur dʼun important équipement culturel du Vaucluse, alors que nul journaliste ne sʼest avisé dʼinterviewer le responsable du chantier Bouygues de la Philharmonie à Paris, lorsque nous lʼavons occupé en juin. Et pourtant, ce jour-là, nous avons fait perdre beaucoup plus dʼargent à Bouygues. Mais, il est vrai aussi que parler de cette action-là, aurait obligé à évoquer les ouvriers polonais, payés quatre euros de lʼheure, que nous y avons rencontrés.

Si on observe ces comportements dʼune nomenklatura culturelle, et quʼon y songe, on est vite amené à conclure que la production culturelle, obéit à présent à une logique économique et à une pensée politique, qui nʼa plus rien dʼexceptionnelle.

Cela fait maintenant un certain temps que ce qui était dʼantan lʼapanage des artistes et techniciens du spectacle, praticiens de lʼemploi discontinu : être inventifs, disponibles, flexibles, est ce qui est de plus en plus réclamé à lʼensemble des salariés. Et cʼest bien pour les amener à cette docilité enthousiaste à lʼemploi précaire, sous payé et indigne, quʼont été conçus les accords Unedic, écrits par le Medef, signés par des syndicats opportunistes ou ahuris, et agréés par des gouvernements de droite comme de gauche ; responsables politiques de la casse de la protection sociale, feignant de se dédouaner derrière la mascarade honteuse d’un dialogue dit « social » et « démocratique ».

Voilà pourquoi nous répétons depuis dix ans que lʼexception culturelle, comme le plein emploi, ont vécu. 86% des embauches se font en CDD aujourdʼhui, cʼest un constat.

Nos messages sont simples :

Le vrai scandale est que six chômeurs sur dix ne sont pas indemnisés. Nous nous battons pour que dix chômeurs sur dix le soient.

Nul ne sera indemne dʼune politique de dégradation des droits sociaux. Ni les chômeurs évidemment, ni les salariés en CDI qui verront une pression à la baisse sur leur rémunération, ni les fonctionnaires quʼon accusera bien vite dʼêtre les seuls privilégiés.

Cette dégradation des droits sociaux sera tout simplement une dégradation de nos vies à tous.

Qui peut accepter de sʼy résoudre ?

La CIP IDF

PDF - 60 ko
Olivier Qui ?




Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0