CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2015  >  Autres communiqués  >  Gardien de la paix ? Mon oeil. Marche contre les violences policií¨res í Montreuil samedi 14 février

Gardien de la paix ? Mon oeil. Marche contre les violences policií¨res í Montreuil samedi 14 février

Publié, le mardi 10 février 2015 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 10 février 2015


Montreuil, 8 juillet 2009, place du marché : alors qu’elles protestent contre l’expulsion d’un immeuble squatté, cinq personnes sont touchées par des tirs de flashball, í l’épaule, í la clavicule, í la nuque, au front ; Joachim perd un Å“il [1].

Montreuil, 14 octobre 2010, devant le lycée Jean Jaurí¨s : un large mouvement contre la réforme des retraites secoue le pays, Geoffrey reí§oit un tir de flashball dans l’Å“il alors qu’il bloque le lycée avec ses camarades [2].

í€ Noisy le sec en 2012, Amine est tué d’une balle dans le dos par un policier [3]. í€ Villemomble en 2013, Fatouma perd un oeil suite í un tir de grenade de désencerclement. En 2014, la BAC tire au flashball dans un square du quartier de la Noue í Montreuil. Des histoires comme celles-ci il en existe tant, et nous sommes loin de toutes les connaitre.

Le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey appellent í une marche í Montreuil contre le flashball, contre les violences et l’impunité policií¨res. Elle partira du lycée Jean Jaurí¨s pour se rendre í la place du marché. D’une blessure í l’autre, d’une violence í l’autre, c’est le míªme combat qu’il nous faut mener.

Chaque fois que la police blesse ou tue, politiques et médias reprennent le míªme scénario. Ils transforment les victimes en coupables a priori : casseur, délinquant, hooligan, clandestin... Ces catégories cibles, sur lesquelles la police peut tirer sans craindre d’íªtre inquiétée, visent í empíªcher de se sentir concerné par ces histoires et de se solidariser.

Ces derniers mois, la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade militaire [4] a résonné avec les mobilisations aux í‰tats-Unis suite í l’assassinat de jeunes noirs par la police et í plusieurs acquittements de policiers tueurs. Pendant quelques temps la violence de la police et de l’Etat était sur le devant de la scí¨ne publique.

Les attentats de ce début d’année, ou plutí´t l’usage qui est fait de ce drame pour mieux nous gouverner par la peur, risquent de balayer une légitime défiance envers des institutions de plus en plus violentes, et de transformer les victimes de la police en dommages collatéraux de la guerre au terrorisme.

La guerre contre le terrorisme est le récit dans lequel ceux qui nous gouvernent voudraient nous entraí®ner, dans lequel nous devrions faire corps avec eux, acceptant inconditionnellement leur gouvernement. Ce récit vient recouvrir une politique qui se fait contre la population, et contre tout ce qui y résiste. Il s’ajoute í la petite musique quotidienne jouée par les médias pour nous faire accepter ce monde – sa police, sa violence économique, ses réformes destructrices, ses grands projets absurdes, ses plans de rigueurs, ses inégalités naturelles, ses sacrifices obligés, sa concurrence de tous contre tous.

Ne nous laissons pas diviser. Nous avons d’autres histoires í raconter. í€ nous de les dire et de les rendre visibles.

MARCHE CONTRE LES VIOLENCES POLICIíˆRES

SAMEDI 14 Fí‰VRIER í 14h30

départ du lycée Jean Jaurí¨s,

au début de la rue Dombasle í Montreuil

M° Mairie de Montreuil

En novembre 2014 se sont rencontrés une quinzaine de blessés par flashball et leurs proches, venus de toute la France. De cette rencontre est née l’Assemblée des blessés, des familles, et des collectifs contre les violences policií¨res.

Le 21 février 2015 – un an aprí¨s la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes oí¹ la police avait éborgné trois personnes en une journée – le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey se rendront í Nantes avec l’Assemblée des blessés pour participer í la manifestation de solidarité avec les ZAD (zone í défendre) et contre les violences d’Etat qu’elles soient économiques, sociales ou policií¨res.

VOIR LA VIDí‰O d’APPEL í€ LA MANIFESTATION DE NANTES ET í€ LA MARCHE DE MONTREUIL

Source : Se défendre contre la police

VOIR AUSSI L’APPEL POUR LA MANIFESTATION A TOULOUSE





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0