CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2015  >  Autres communiqués  >  Le droit í manifester est non négociable : pas de prison pour Gaí« tan et les autres condamnés pour avoir manifesté !

Le droit í manifester est non négociable : pas de prison pour Gaí« tan et les autres condamnés pour avoir manifesté !

Publié, le mardi 21 avril 2015 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : mardi 21 avril 2015


Le droit í manifester est un droit non négociable. Mais ce qui se dessine localement, c’est une société construite sur la criminalisation des luttes sociales et politiques.

Il plane dans ce pays une atmosphí¨re bien étrange. Quoi que l’on puisse penser du douteux cortí¨ge de tíªte de la mobilisation fleuve ayant défilé dans les rues de Paris, le 11 janvier, aprí¨s les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes, ce sont bien quatre millions de personnes qui ont choisi de manifester pour dire leur rejet des attentats et leur attachement í un certain nombre de valeurs démocratiques. Comme le notaient alors les correspondants de la presse internationale, c’est au travers de la « manif », sorte de paradigme hexagonal de l’expression collective, que les Franí§ais avaient décidé d’exprimer leur émoi. Hollande et son gouvernement, eux, jouaient la carte de l’émotion et de la responsabilité, n’hésitant pas í se présenter comme les hérauts de la liberté d’expression. Mais celle-ci, en France, avant comme aprí¨s ce défilé historique, n’est pas un étalon universel, loin de lí . Il existe des territoires et des villes oí¹ manifester peut conduire derrií¨re les barreaux.

Que ce soit í Notre-Dame-des-Landes, í Sivens, í Nantes, í Lyon ou í Toulouse, ce n’est pas tous les jours le 11 janvier. Manifester oui, mais pas pour saluer la mémoire du jeune militant écologiste tué par un tir de grenade de la gendarmerie, Rémi Fraisse, dans la nuit du 25 au 26 octobre.

Manifester oui, mais pas contre la série de violences policií¨res commises par la suite í l’occasion de plusieurs manifestations interdites en préfecture. Manifester oui, mais pas contre l’interdiction de manifester elle-míªme. Ces interdictions qui se sont répétées sur l’ensemble du territoire sont une atteinte grave et révoltante í un droit démocratique fondamental [1]. Nombreux sont celles et ceux qui, en novembre, n’ont pas accepté les diktats vigipiratesques et les arríªtés préfectoraux. Des dizaines ont alors été arríªtés, gardés í vue, déférés devant la justice et souvent condamnés. Qui í une peine de sursis et une amende, qui í une peine de prison ferme. C’est le cas de Gaí« tan, étudiant toulousain en histoire de l’art au Mirail, militant politique et syndical, arríªté en marge de la manifestation interdite du 8 novembre. En premií¨re instance, il a écopé d’une peine de prison avec sursis et d’une amende. En appel, le juge a choisi d’aggraver la sentence, en le condamnant í six mois de prison, dont deux fermes.

Bien sí »r la justice officielle sait toujours trouver des motifs pour transformer une résistance politique en un crime de droit commun, en inventant des chefs d’inculpation et en faisant témoigner ses propres policiers. La justice officielle, d’ailleurs, leur en sait gré puisqu’elle sait íªtre reconnaissante avec eux, lorsqu’ils sont les auteurs de « bavures ». Clémente avec les meurtriers de Malik, de Zyed ou de Bouna (le verdict sera rendu en mai), jamais condamnés í de la prison ferme, elle est impitoyable avec celles et ceux qui revendiquent le droit élémentaire de dire leur opposition í la société telle qu’elle est organisée, ou aux politiques telles qu’elles sont menées. Ce qui se renforce et se dessine localement, í partir de manifestation, piquet de grí¨ve ou mobilisation, c’est une société construite sur la criminalisation des luttes sociales et politiques, dont on peut craindre, si l’on n’y prend garde, qu’elle ne devienne le lot commun dans tout le pays.

Aujourd’hui í Toulouse, sorte de ville-laboratoire, la moindre mobilisation revíªtant une dimension un tant soit peu politique, féministe, antiraciste ou de solidarité internationale avec le peuple palestinien est encadrée, lorsqu’elle n’est pas interdite, comme si le moindre acte militant public portait en lui le germe du « terrorisme ».

Dans son message de soutien í Gaí« tan, Erri De Luca souligne combien « le droit í manifester est un droit non négociable ». Il en sait quelque chose. « Pas de prison pour Gaí« tan et tous les condamnés pour avoir manifesté », tel est le nom de la campagne actuellement menée pour dénoncer toutes ces atteintes, auxquelles on voudrait nous habituer, aux libertés démocratiques élémentaires [2]. Nous nous associons ici í ce refus et témoignons de notre solidarité í son égard et í celui des autres condamnés aprí¨s les manifestations contre les violences policií¨res. Nous invitons chacune et chacun, en conscience, í mesurer la gravité de la situation actuelle.

Tribune parue le 17 avril 2015.

Parmi les signataires : Marc Abélí¨s ; Gilbert Achcar, ; Tariq Ali ; Etienne Balibar ; Ludivine Bantigny ; Emmanuel Barot ; Enzo Traverso ; Michel Broué ; Sébastien Budgen ; Judith Butler ;Vincent Charbonnier ; Anne Clerval ; Alexis Cukier ; Sonia Dayan-Herzbrun ; Jean-Numa Ducange ; Cédric Durand ; Franck Fischbach ; Genevií¨ve Fraisse ; Bernard Friot ; Franck Gaudichaud ; Barbara Glowczewski ; Fabien Granjon ; Razmig Keucheyan ; Stathis Kouvélakis ; Ken Loach ; Frédéric Lordon ; Michael Lowy ; Olivier Neveux ; Ugo Palheta ; Willy Pelletier ; Paul B. Preciado ; Jacques Rancií¨re ; Kristin Ross ; Valentin Schaepelynck ; Guillaume Sibertin-Blanc ; Eduardo Viveiros de Castro ; Slavoj Žižek.





Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0