CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2015  >  Contre les contrí´les de Pí´le emploi, occupation du TNT et appel aux professionnels de la culture, CIP Midi-Pyrénées

Contre les contrí´les de Pí´le emploi, occupation du TNT et appel aux professionnels de la culture, CIP Midi-Pyrénées

Publié, le vendredi 4 décembre 2015 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : vendredi 4 décembre 2015


Collectivement et un par un, on nous inculque une invivable obéissance. Accepter les contrí´les de Pí´le emploi, c’est donner son aval í cette école de la soumission aux multiples dispositions. De tenir bon, il est grand temps.

Depuis le mois de novembre 2014 l’agence de Pí´le emploi dédiée aux chí´meur.ses dépendant.es des annexes VIII et X en Midi Pyrénées a perdu ses compétences d’indemnisation.

Tous les dossiers des intermittent.es de la région sont maintenant traités par Pí´le emploi service [1]] et sont susceptibles d’íªtre contrí´lés par le service de répression des fraudes de Chavannod.
Chavannod est un petit village í cí´té d’Annecy.
Lí bas, dix huit contrí´leur.ses (agents assermenté.es) enquíªtent sur ce qu’ils ou elles estiment íªtre des pratiques illicites, voire míªme des escroqueries.

Contrairement í la période précédente, un.e intermittent.e contrí´lé.e ne peut plus rencontrer son interlocuteur et expliquer sa pratique.
Contrairement í la période précédente, les contrí´les sont effectués non pas pour déterminer si la personne a ou non une réelle activité, mais pour trouver par quel biais on pourra démontrer qu’il y a fraude, par quel biais on pourra récupérer de l’argent [2].

Depuis janvier 2015, 137 contrí´les ont eu lieu sur 4500 intermittents indemnisés en Midi-Pyrénées. 68 ont débouché sur une condamnation. Tous subissent un préjudice sur la durée du contrí´le, et souvent míªme, longtemps aprí¨s.

Sur la míªme durée, la coordination des intermittent.es et précaires a suivi 53 dossiers. Cet échantillon nous réví¨le de nombreuses observations :

– Les personnes condamnées ont des profils parfois strictement identiques í ceux des personnes relaxées. Le contrí´le dépend exclusivement du bon vouloir et de l’interprétation du contrí´leur ou de la contrí´leuse. Aucune rí¨gle n’est écrite.

– Aucun moyen de négociation ou de contre partie n’est possible, le contrí´le est totalement opaque, il se fait au téléphone. Pí´le emploi n’écrit jamais rien. Les contrí´leur.ses sont í la fois juges et parties. Les contrí´les se font í charge.

– Un coup de téléphone passé par les bonnes personnes peut parfois stopper le contrí´le immédiatement. Ce service des fraudes est le lieu des passe-droits et des marchandages les plus obscurs.

– Les contrí´les sont effectués avec des méthodes que nous dénoní§ons, ils sont remplis de pií¨ges, de menaces, de moqueries et d’humiliations. Ils sont indignes d’un service public. Ils plongent des familles et des personnes dans des situations sociales parfois dramatiques. Ils sont une zone de non droit.

– 100% des personnes contrí´lées sont issues du spectacle vivant. í€ 90% ils ou elles gagnent entre 800 et 1500 euro par mois (tout compris). Seule une partie bien précise des intermittents est visée.

Depuis septembre 2015, la coordination a occupé l’agence pí´le emploi des herbettes, la DRAC, le sií¨ge de campagne de la candidate PS (parti du gouvernement) aux régionales.
í€ chaque fois, la réaction est la míªme. Tout le monde écoute, tombe des nues, découvre l’ampleur de la catastrophe et engage un dialogue constructif pour tenter de répondre au plus urgent.
Nous avons rencontré des députés, des responsables de Pí´le emploi, des élus, des syndicalistes.
Nous avons rendez-vous au ministí¨re.
Mais malgré tout, les contrí´les continuent en Midi-Pyrénées et partout en France. (Paris et la région PACA ont encore des agences de proximité ?)

Certaines personnes et familles sont privées de leurs indemnités pour certain.es depuis plus de 10 mois. Elles sont plongées dans une précarité extríªme.

Alors pourquoi venons nous ici ?
Aujourd’hui, la profession ne se mobilise pas.
« Pas le temps ? »
« Pas concerné ? »
« Celles et ceux qui sont condamné.es l’ont mérité ? »
« Ils et elles n’ont pas su prendre les dispositions administratives pour éviter les contrí´les ? »
Sous prétexte de s’attaquer í certaines pratiques, nous voyons bien que Pí´le emploi s’attaque í certaines personnes [3].

LA CIP LANCE UN APPEL
Soit toute la profession est solidaire !
Soit nous ne disparaí®trons pas en silence !

Appel validé en assemblée générale le 3 décembre 2015, lors de l’occupation du Théí¢tre National de Toulouse

Coordination des Intermittents et Précaires Midi-Pyrénées

PDF - 666.6 ko
Nous occupons actuellement le Théâtre National de Toulouse...


Notes :

[1] Contre la politique de contrí´le de Pole Emploi Services , Cip-MP.

[2] CAP au pays des contrí´les : un droit n’est pas une dette.

[3] Ces attaques ne sont d’ailleurs qu’un moment d’une politique d’ensemble dont la portée générale est limpide : Intensifier le contrí´le des chí´meurs, c’est attaquer l’ensemble des travailleurs. Qui ne veut pas le voir entérine de fait cette politique.

Pôle emploi s’assoit sur le droit : « Répétition de l’indí » », Unedic zone de non-droit ; Pôle emploi est une institution politique chargée de gérer la précarité, de discipliner la disponibilité àl’emploi. Pour ce faire, entre autres pratiques : Intermittence : Les contrí´les en tous genres se multiplient - CAP.

Il est dans la logique du pouvoir d’assigner chacun àce qui lui est attribué comme place. Cette logique détermine ainsi un certain partage du sensible, c’est-à-dire une répartition de ce qui revient àchacun en fonction de sa place. Le partage du sensible, c’est donc tout d’abord un repérage des identités (lesquelles passent avant tout par les catégories socio-professionnelles, telles que « intermittents  » ou même « artistes  »), une distribution des visibilités et des modes de parole en fonction des lieux dans lesquels tel ou tel comportement, telle ou telle prise de parole est autorisée (théâtre, café, lieu de débat, etc.).
La politique commence lorsque le partage du sensible est mis en question, c’est-à-dire lorsqu’il devient comme tel àla fois le terrain et l’enjeu de la lutte.
Fabrique du sensible

Chapeau, notes et post scriptum sont de la CipIdf.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0