CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2015  >  Autres communiqués  >  Différé d’indemnisation spécifique Pole Emploi, appel à actions en justice simultanées

Différé d’indemnisation spécifique Pole Emploi, appel à actions en justice simultanées

Publié, le vendredi 4 décembre 2015 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : vendredi 4 décembre 2015


Le 5 octobre 2015, à la suite d’un recours initié par plusieurs associations et syndicats (L’AIP-CIP-IDF, Les Matermittentes [1], Sud Culture Solidaires [2] et Recours Radiation [3]), le Conseil d’Etat a annulé l’arrêté d’agrément de la convention d’assurance chômage 2014/2016, indispensable à son application [4]. La principale illégalité constatée est le différé d’indemnisation spécifique de 180 jours, calculé à partir de toutes les sommes perçues à l’occasion de la rupture au-delà des minima légaux.

Malheureusement, à l’exception des dispositions relatives à la répétition des indus et aux périodes non déclarées, l’annulation de l’arrêté a été reportée au 1er mars 2016 sauf pour les procédures en cours contre Pôle Emploi. Tous les différés non contestés (ou qui surviendront d’ici mars 2016) s’appliqueront.

Après discussion avec des avocats avec lesquels nous travaillons, nous pensons qu’il est possible de dépasser le report de l’annulation en se fondant directement sur l’illégalité de la convention d’assurance chômage pour éviter de devoir rembourser le différé ou en obtenir le paiement.

Par ailleurs, une partie des motifs d’illégalité se retrouvant dans la convention d’assurance chômage antérieure (ruptures du contrat de travail antérieures au 1er juillet 2014), il est également possible de contester le différé.

Nous cherchons donc à réunir toutes les personnes intéressées pour s’impliquer dans une procédure afin de rassembler les dossiers et d’en limiter le coût.

Qui est concerné ?

Situation N°1 - Toute personne ayant subi un différé d’indemnisation spécifique en raison de sommes perçues au-delà des minima légaux (indemnité conventionnelle de licenciement, indemnité dans le cadre d’une rupture conventionnelle, prime de départ...) dont l’inscription à Pôle Emploi date de moins de 2 ans.

Situation N°2 - Toute personne ayant subi un différé d’indemnisation spécifique en raison d’une compensation appliquée d’office par Pôle Emploi ou à la suite d’une autorisation qui lui a été extorquée depuis moins de 2 ans [5].

Situation N°3 - Toute personne se voyant réclamer un remboursement d’indu sur le fondement du différé d’indemnisation spécifique précité (demande de remboursement à la suite d’un jugement prudhommal...)

Si vous souhaitez participer à cette action en justice collective , contactez Recours Radiation à l’adresse suivante : rosecelavi[at]recours-radiation.fr, en indiquant en objet du mail « Différé d’indemnisation / Situation N°... ». En retour, vous recevrez des infos plus précises sur les détails de cette action et les différentes étapes des procédures à engager.

Un dépôt de dossiers en même temps, dans le même tribunal (Ile de France) aura plus de poids et plus le nombre de dossiers sera important, moins le coût individuel sera élevé.
Si le juge vous donne raison, il peut condamner Pôle Emploi à vous rembourser tout ou partie de vos frais d’avocats, en plus du paiement du différé. Dans le cas contraire, il peut à l’inverse mettre à votre charge tout ou partie de ses frais d’avocats. Cependant, dans la mesure où il doit prendre en compte l’équité, ce serait improbable.

Recours Radiation
Décembre 2015



Notes :

[1] Les Matermittentes

[2] Sud Culture Solidaires

[3] Recours Radiation

[4] Chômeurs, intermittents et précaires au secours du droit du travail : la convention d’assurance chômage annulée !

[5] On lira avec intérêt ce bout de témoignage, retranscription d’un rendez-vous avec un conseiller Pole Emploi : Comme il m’a laissé entendre qu’il était lui-même syndiqué, j’ai évoqué ensuite la victoire devant le Conseil d’état. Lui : sachez que sur la question des indus, nous, je veux dire Pôle-emploi, nous avons des parades juridiques. Je ne peux pas vous en dire plus à cause de l’obligation de réserve mais des personnes sont formées pour faire face à la situation. J’ai insisté pour qu’il m’en dise un peu plus. J’ai cru comprendre - mais je ne suis sûr de rien - que leur solution consiste à appeler au téléphone individuellement et de mettre la pression à ceux avec qui ils sont en litige. Une négociation forcée, en quelque sorte. Peut-être serait-il intéressant de rencontrer des syndicalistes amis qui pourraient nous en dire plus, afin d’organiser la contre-riposte à leur riposte ? Et aussi d’avoir des témoignages de gens qui ont été appelés par Pôle emploi ?

Nous sommes en butte à une justice de classe, chargée de défendre la propriété privée, les institutions bureaucratiques, l’ordre social actuel.
Il n’en reste pas moins que faire condamner Pôle emploi est possible, voir, par exemple :
Jurisprudence, Pôle Emploi condamné pour insuffisance d’information.

Les notes sont de la CipIdf.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0