CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2016  >  Actions et Assemblées générales - Semaine du 4 avril

Actions et Assemblées générales - Semaine du 4 avril

Publié, le lundi 4 avril 2016 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : dimanche 10 avril 2016


9 avril

Paris

Représentations annulées ce soir à l’Opéra Bastille, au Théâtre National de l’Odéon et à Chaillot.

Toulouse

Occupation du Théâtre National de Toulouse par la CIP-MP et les manifestants contre la Loi Travail. Représentation de Richard III annulée.

Le Vésinet

Dédicace de Pierre Gattaz dans une maison de la presse interrompue par des intermittent.e.s et précaires en colère

Manifestation contre la Loi Travail

8 avril

Caen : Action d’encollage de l’office de tourisme avec les étudiants et les salariés en lutte contre la Loi Travail. Appel de la Koordination des Intermittents du Calvados.

7 avril

Paris

occupation en cours à la Canopée des Halles

Participation à la Nuit Debout et à l’action en soutien aux migrants de Stalingrad

5 avril

Besançon

Opération péage cet après-midi à Besançon à l’appel de la CIP Franche-Comté. RDV samedi 10h pour la manifestation suivi d’une Nuit debout place Granvelle.

4 avril

Paris

L’assemblée générale du Théâtre de la Colline qui s’était scindée en deux pour cause d’affluence (1000 personnes à l’intérieur, toits à 500 cent en AG eux aussi à l’extérieur [1]) décide de partir en manif sauvage pour rejoindre la Nuit Debout contre la Loi travail Place de la République. Slogan :« La loi travail ne passera pas - Valls Hollande au RSA ! »

Croix

Les Interluttant-e-s 59 - 62 occupent la Villa Cavrois

Ce lundi 4 avril 2016, à Croix, au milieu du ghetto du ghota, 6ème ville de France où l’on paie le plus d’impôt sur la fortune, un groupe d’interluttant-e-s occupe la Villa Cavrois, paquebot de l’ère industriel textile rénové par le ministère de la Culture pour 23 millions d’Euros.

Attendu que le MEDEF dicte ses lois et son code du travail au gouvernement qui n’a plus que le nom de « socialiste »

Attendu que la fin de l’évasion fiscale pourrait financer la protection sociale telle que l’assurance maladie, les retraites, l’assurance chômage et les allocations familiales

Attendu que le patronat considère les chômeurs et les salarié-e-s comme des variables d’ajustements économiques

Attendu que nos propositions pour une réforme juste, équitable et solidaire de l’assurance chômage ne sont pas prises en compte

Nous, intermittent-e-s, étudiant-e-s, salarié-e-s en contrats précaires, restons en lutte jusqu’au retrait de la réforme du code du travail & l’intégration de nos propositions sur la prochaine convention UNEDIC.

Coordination InterLuttant-e-s 59-62

Nantes

Le collectif Culture en marche autour de Nantes occupe le siège du PS

Après une assemblée générale au Lieu Unique, le collectif d’acteurs de la culture et du spectacle occupe les locaux du Parti socialiste à Nantes. Après une assemblée générale qui a réuni soixante-dix personnes au lieu unique, Culture en marche occupe le local du PS.

Demande à ce que Fabrice Roussel, vice-président de Nantes Métropole chargé des dossiers culture et Premier secrétaire fédéral du PS de Loire-Atlantique chargé des dossiers reçoive une délégation des occupants à 18 heures.

APPEL À RASSEMBLEMENTS

Le MEDEF et la CFDT se sont mis d’accord : les intermittents devront faire 185 millions d’euros d’économies par an pour la convention d’assurance chômage qui doit être signée avant juillet prochain. Et, à horizon 2020, c’est 400 millions d’euros d’économies par an qui est demandé, ce qui représente un quart des allocations actuellement versées !

Nous avons, tant bien que mal, essayé de repousser le pire depuis 13 ans, grâce à une forte mobilisation dans les moments critiques. Pour autant, la situation n’a jamais été aussi grave.

Ces économies demandées signent purement et simplement la fin de l’intermittence.

Nous appelons tous les concernés à se réunir partout en AG, pour s’informer et organiser la lutte par tous les moyens possibles, afin d’éviter une disparition programmée.

Votre présence est essentielle. Diffusez et parlez-en autour de vous !

Faisons la démonstration que nous sommes nombreux et que nous ne les laisserons pas faire...

Vous trouverez ci-dessous les premiers lieux et dates d’ASSEMBLÉES GÉNÉRALES, en vue de préparer la mobilisation. Faisons la démonstration que nous sommes nombreux et que nous ne les laisserons pas faire...

➤ ROUEN - Lundi 4 AVRIL 10h : UBI - Lieu Artistique Mutualisé 20 rue Alsace Lorraine - 76000 Rouen

➤ NANTES - Lundi 4 AVRIL 11h : Lieu Unique - Scène Nationale de Nantes 2 Quai Ferdinand Favre, 44000 Nantes (AG suivie d’une Action)

➤ CAEN - Lundi 4 AVRIL 13h : Bazarnaom (studio 41) 65 rue des rosiers, 14000 Caen

➤ LYON – Lundi 4 AVRIL 14h : Théâtre Nouvelle Génération - CDN 23 Rue de Bourgogne, 69009 Lyon

➤ MARSEILLE - Lundi 4 AVRIL 14h : Friche Belle de Mai/Salle Seita 41 rue Jobin, 13003 Marseille 3e arr.

➤ ANGERS - Lundi 4 AVRIL 14h30 : Le Quai - CDN Angers Pays de la Loire 17 rue de la Tannerie — 49100 Angers

➤ BESANÇON - Lundi 4 AVRIL 18h : CDN de besançon - Franche-Comté Avenue Edouard Droz, Esplanade Jean-Luc Lagarce, 25000 Besançon

➤ PARIS - Lundi 4 AVRIL 19h : Théâtre National de la Colline 15 rue Malte-Brun 75020 - Métro Gambetta

➤ AMIENS - Lundi 4 AVRIL 19h : Bourse du travail (local CGT) 24, rue Frédéric Petit, 80000 Amiens

➤ LIMOGES - Lundi 4 AVRIL 19h : Theatre de l’union, CDN du Limousin 20 Rue des Coopérateurs, 87000 Limoges

➤ LILLE – Lundi 4 AVRIL 19h : Université Lille 1 - Sciences et Technologies Cité Scientifique, 59650 Villeneuve-d’Ascq

➤ STRASBOURG - Lundi 4 AVRIL 19h : Théâtre National de Strasbourg 1 Avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg

➤ VALENCE - Lundi 4 AVRIL 19H : Maison des Sociétés 4, Rue du petit Saint-Jean, 26000 Valence

➤ RENNES - Lundi 4 AVRIL 20H00 : Ateliers du Vent, 59 rue Alexandre Duval - Rennes (prévoir une petite laine)

➤ MILLAU - Lundi 4 AVRIL 20h30 : Local du CIA - Collectif des Intermittents de l’Aveyron 1 rue Pasteur, 12100 Millau

➤ TOULOUSE - Mardi 5 AVRIL 10h : Théâtre Garonne, Scène Européenne / Atelier 2. 1, avenue du Château d’eau, 31300 Toulouse

➤ MONTPELLIER – Mardi 5 AVRIL 11h30 : Opéra Comédie - Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon / Salle Molière 11 Boulevard Victor Hugo, 34000 Montpellier

➤ NANCY - Mardi 5 AVRIL 18h : La Manufacture - Centre Dramatique National de Lorraine - Nancy 10 Rue Baron Louis, 54000 Nancy

➤ AVIGNON – Mardi 5 AVRIL 19h : Théâtre des Carmes 6, place des Carmes - 8400 Avignon (intra-muros)

➤ BORDEAUX – Mardi 5 AVRIL 19h : TNBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine 3 Place Pierre Renaudel, 33800 Bordeaux

➤ DIJON - Mercredi 6 AVRIL 16h30 : CDN Dijon-Bourgogne Théâtre du Parvis Saint-Jean, 21000 Dijon

➤ GRENOBLE - Mercredi 6 AVRIL 12h15 : La Bobine 42 Boulevard Clemenceau, 38000 Grenoble



Contre-propositions pour une réforme de l’assurance-chômage des salariés intermittents

Sans droit au chômage, sans droits des chômeurs, le droit du travail continuera d’être battu en brèche

Comme souvent, c’est à la périphérie du prétendu « contrat social », parmi les « étrangers » et les « chômeurs », que sont initiées des manœuvres décisives pour l’ensemble de la population. En janvier dernier, devançant les négociations des partenaires « sociaux » sur l’assurance chômage, le premier président de la République à avoir été formé à HEC a lancé les hostilités. Hollande a décrit l’indemnisation du chômage comme étant des plus « généreuses » et appelé à de « raisonnables efforts » pour résorber un « déficit » à l’existence contestable, les cotisations étant toujours largement supérieures aux indemnités versées.

Une fois l’offensive lancée, les experts de la Cour des comptes ont rempli leur rôle en maquillant les mécanismes d’un déficit de l’Unedic dont il s’agissait avant tout de dramatiser l’ampleur. Divers hiérarques socialistes ont fait chorus, puis la ministre du Travail, suggérant d’instaurer la dégressivité des allocations chômage, a brandi la menace : une réduction insuffisante du « déficit » par les partenaires « sociaux » conduirait l’État à refuser d’agréer le protocole Unedic et à « reprendre la main » pour imposer sa convention chômage, son plan d’économie contre les chômeurs.

Pour nos écono-maîtres, que 57% des chômeurs soient actuellement dépourvus d’allocations chômage ne suffit pas ! Le plan d’austérité annoncé implique de diminuer de 800 millions d’euros le montant des allocations. Le ministère du Budget a établi des scénarii de coupes budgétaires : une diminution de 100 jours de la durée d’indemnisation toucherait 400 000 personnes ; un jour d’emploi ne vaudrait plus un jour indemnisé mais 0,9, ce qui réduirait les droits de 947 000 allocataires ; diminuer l’indemnisation de 57 % à 49 % de l’ancien salaire brut affecterait 1,28 million de chômeurs. En actionnant les curseurs avec dextérité, les économies pourraient même dépasser les 800 millions escomptés.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0