CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Archives  >  Coordination Nationale  >  Comptes-rendus  >  Lille : Compte-rendu de la plénière du dimanche 7/12/03 (1ère partie)

Lille : Compte-rendu de la plénière du dimanche 7/12/03 (1ère partie)

Publié, le jeudi 18 décembre 2003 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 18 décembre 2003


Coordination nationale 5, 6 et 7/12/2003 à Lille

Compte-rendu de la plénière du dimanche 7/12/03 (1ère partie)

La réunion a commencé sans la Commission Protocole, qui avait besoin d’une heure pour finaliser ses propositions avant le vote. Annie (Lille) a proposé que le Nouveau Protocole soit adopté au nom de la coordination nationale lorsqu’il sera question de le voter.

- Résumé des actions de la veille, organisées par les Parisiens et les Ch’tis pendant le travail en commissions :

1) Interruption du discours d’Aillagon lors de l’inauguration de Lille 2004, au Palais des Beaux Arts, en présence de Martine Aubry, Didier Fusillier, Mauroy et autres huiles.

Chaque fois qu’Aillagon ouvrait la bouche, il était interrompu par un intermittent, qui se faisait embarquer aussi sec. 9 copains ont été interpellés et relâchés 4 heures plus tard après contrôle d’identité.

Il faut ajouter 2 autres interpellations, peu avant. Deux copains, qui faisaient des images dans la rue, ont aperçu Aillagon qui arrivait. L’un d’eux n’a pu réprimer un réflexe naturel chez beaucoup d’entre-nous. Il a couru derrière Aillagon en l’insultant. Il s’est fait ramasser aussitôt, ainsi que son camarade venu aux nouvelles.

Dès que nous avons appris la nouvelle des arrestations, nous avons arrêté nos travaux. Un groupe de travail s’est mis en place pour informer les régies travaillant sur Lille 2004 et organiser des débrayages tandis que la presse et les élus étaient informés.

Finalement, tout le monde a été relâché au bout de 4 heures.

2) Céline, de la commission Europe, a réussi à prendre la parole lors de l’inauguration officielle. Pas grâce à Didier Fusillier, qui n’a rien voulu savoir. Martine Aubry lui a concédé 30 secondes de parole sur le thème de la culture en Europe…

3) Annie (Lille) a participé à l’émission de José Arthur (18 H 30 sur France Inter) en direct de Lille.

4) Action inter-pro pendant la grande Parade. Les intermittents et précaires ont pris la tête du cortège. Noyés par une foule immense, nous n’avons pas eu la visibilité espérée, d’autant, semble-t-il, que les caméras de FR3, qui retransmettaient en direct, ont pudiquement détourné le regard à notre passage.

Compte-rendu du Forum inter-luttes de la veille, auquel ont participé plusieurs représentants des coordinations régionales. Il a réuni 150 personnes (beaucoup de sans-papiers) qui ont planché sur :

- comment mieux se structurer ?

- comment être plus lisible au niveau des médias, faire passer l’idée de l’Interlutte.

- comment bosser avec des syndicats, notamment la CGT.

En vue, faire un tract commun.

X : j’ai été frappé de voir qu’il y avait autant de monde et que beaucoup de sans-papiers sont venus avec les enfants. C’était très touchant.

Jean-Christophe (Lille) : dès le 27 juin, les sans-papiers sont venus nous soutenir. Au début, c’était bizarre, mais avec le mûrissement du mouvement, après la grève de la faim qui a eu lieu ici, nous sommes allés à une centaine à une de leurs manifs. Quand ils vont quelque part, eux, ils y vont tous. Ils ont des leçons à donner aux intermittents.

Annie (Lille) : Pour moi, c’était important de leur montrer que nous étions structurés nationalement. On se retrouve sur des grands intérêts : contre le FN, la casse des droits sociaux…

X : on manque de lisibilité, mais l’idée est de produire de l’image (ciné-tracts, etc).

Annie : ils manifestent tous les vendredis à 17 H 30 depuis 7 ans.

Compte-rendu de la commission Stratégie-Action

Y : Comment réactiver les forces ? Comment assurer la convergence des luttes ?

Proposition d’un calendrier d’actions. Les AG décideront en fonction des forces disponibles. Le vote ne sera pas fait sur les dates mais sur l’échéancier.

Rhône-Alpes : nous sommes toujours sur le tempo " jusqu’au retrait. Au sujet de l’inter-pro, comment accueillir et créer des espaces de discussion ?

La commission Stratégie-Action a travaillé en 4 sous-commissions pendant le week-end :

1) Communication interne et externe.

Nathalie : nous allons sortir un film sur l’AGCS (vulgarisation).

Olivier (Nantes) : au sujet du communiqué commun, à part le nouveau modèle, qu’y a-t-il à rajouter ? On fait comprendre que la coordination existe, continue. On le fait dans le même esprit que Marseille ?

2) Cartes de vœux, fonds de soutien. Présentation par Nathalie (Limousin) suivie d’un débat.

Cartes postales :

Proposition du Limousin (Nathalie et Olivier) d’éditer des cartes postales qui peuvent servir de cartes de vœux. Tout serait centralisé à Limoges. Chaque collectif envoie 3 photos. Au dos de sa carte, chaque coordination rédige un petit texte (3 lignes), avec l’adresse de son site. Date limite pour l’envoi des photos : le 16/12/2003.

Fonds de soutien :

Le Limousin a travaillé avec des juristes. Le Fonds de soutien est au Crédit Coopératif. Il est géré par des personnes extérieures. Il est divisé en 3 parties différentes :

- reversement au National

- fonctionnement de la coordination nationale (administratif, téléphone, etc)

- aide concrète aux personnes en difficulté. Cet argent sera géré par des travailleurs sociaux pour garantir l’anonymat et sera transformé en bons d’achat, nourriture, vêtements…

Proposition est faite de se fédérer (réseau alternatif). Une partie du Fonds de soutien peut financer des spectacles sous forme de mécénat.

Les ressources proviennent de cotisations de membres actifs, CDN (140 euros).

Tous renseignements : chez.nath club-internet.fr

Annie (Lille) : il faut être vigilant. J’ai peur de l’apparition d’une caisse autonome.

Poitiers : notre association fonctionne comme en Limousin, à la nuance près. Elle est ouverte à tous. C’est une façon de se prémunir.

Jérôme (Paris) : notre association doit être pérenne parce que les démarches juridiques peuvent durer des années.

Nathalie (Limousin) : nous allons prendre en compte ces remarques pour améliorer le système.

Patrick (Puy de dôme) : est-ce que tu proposes que le Fonds de soutien devienne l’outil de tous ? Ce qui impliquerait de se constituer en fédération.

Annie (Lille) : Non, ça n’a jamais été évoqué. Chaque coordination conserve son autonomie.

Patrick (Puy de dôme) : On a soldé ce qui avait été accumulé depuis 91 (dans le 63). Il reste 5000 F que nous mettons à la disposition des coordinations, sachant que des coordinations nous ont déjà demandé une aide.

Gaëlle (Montpellier) : on voudrait rappeler qu’Avignon, c’est quelque chose de national. Les Cies ont été poussées à faire grève. Il faudrait trouver quelque chose pour que ça soit juste. Il y a des coordinations qui ont reçu des promesses de dons pour Avignon. Où en est-on ? Nous sommes 2 collectifs, Avignon et Montpellier, sensibles à cette question. Des techniciens ont perdu leur statut à cause de cette lutte. Ils sont en attente du retour de solidarité.

Jérôme (Paris) : les promesses qui nous avaient été faites ont été directement versées au Fonds de soutien d’Avignon.

3) Calendrier d’actions

Les régions présentes sont reparties avec leur petit calendrier. Les absentes seront prévenues par les régions voisines.

4) principe de l’ACDC (Assemblée constituante des droits sociaux et de la culture). L’appellation vise à sortir du mot « assises ». Idée de transversalité. Concrètement, il s’agit de recenser toutes les démarches faites pendant la semaine morte, dégager des perspectives. Chantier à lancer : recensement et mutualisation avec des vrais référents car la circulation des infos se fait mal.

Ce chantier sera pour la prochaine coordination.

Au moment de la synthèse finale, faite par Annie, Montpellier a insisté fortement sur le Fonds de soutien. Re « petit » débat :

Patrick (63) : à Marseille, j’avais demandé qu’on fasse une évaluation des moyens. Si on n’a pas cet élément de base, on n’y arrivera pas.

Gaëlle : il y a un Fonds de soutien national qui existe.

Jean-Christophe (Lille) : est-ce qu’on peut lancer un appel au niveau de la coordination nationale ?

Paul-Marie (Montpellier) : ce que j’ai entendu là, ça s’appelle botter en touche. On attend des réponses.

Céline (Paris) : quand des techniciens du « in » se sont mis en grève, de l’argent des tournages a été récolté. Cet argent, il en reste (association « plein feux »).

Annie (Lille) : y-a-t-il d’autres coordinations qui ont de l’argent pour le soutien ? Est-ce que les coordinations qui ont un Fonds de soutien peuvent faire une proposition à la coordination nationale ?

Ghérart (Montpellier) : il faut repartir avec un principe. Et résoudre la question de ré-alimenter un nouveau fonds (de la coordination nationale). Il faut réfléchir aux moyens de trouver des fonds de manière massive avec un outil que se donnerait la coordination (ponction sur les tournées, show-biz, etc).

Caroline (Paris) : création d’une commission qui cherche du boulot pour ceux qui galèrent (black listes, etc).

Nicolas : le soutien aux grévistes, le soutien juridique et le Fonds de fonctionnement, ce sont pour nous les priorités.

Ghérart : il ne faut pas confondre la solidarité et le fonctionnement. Le fonctionnement doit rester local.

Jérôme (Paris) : il faut faire un groupe de travail. Je ne voterai pas sur un principe lourd, qui peut diluer nos forces.

Orléans : soit on botte en touche, soit on crée un groupe pour travailler sur les différents domaines de la solidarité et sur les ressources à trouver.

Annie (Lille) : je m’engage à ce que ce soit l’en-tête de la proposition d’ordre du jour de la prochaine coordination nationale.

Nicolas (63) : ceux qui ont donné de l’argent pour les grévistes doivent voir cet argent aller aux grévistes et pas ailleurs.

Sont proposés finalement pour faire partie de ce groupe : Lille, cip-idf, Limousin, Caen, Poitiers, Toulouse, Plein Feux.

Adopté

Fin de la première partie de la plénière de dimanche.

La flamiche au Maroilles et autres délicatesses préparées par le Théâtre de la Verrière (super accueil, merci) nous attendent.

Qui a pris des notes pour la suite ?



Document(s) à télécharger :



Taille : 17.6 ko
Mise en ligne le : 18 décembre 2003



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0