CIP-IdF/Commune Libre d'Aligre : 3 rue d'Aligre-75012-Paris / Tél: 0140345974 Contact Plan


Suivez la CIP

             

Abonnement liste infos

Abonnement liste de discussions et débats

L'essentiel

 

recherche :

Accueil  >  Communiqués  >  Année 2004  >  Villa Medici occupata - Rome

Villa Medici occupata - Rome

Publié, le jeudi 1er janvier 2004 | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 12 janvier 2012

APPEL DU 1er JANVIER 2004

Pour une culture sans exception et des droits sociaux collectifs européens ! Villa Medici occupata


Aujourd’hui 1er janvier 2004, nous, intermittents et précaires de France et d’Italie, occupons l’Académie de France à Rome (Villa Médicis) pour exprimer notre refus de la destruction de l’assurance-chômage et des droits sociaux en Europe.

En partant à l’assaut de cette forteresse de l’art nous déclarons que les espaces de liberté et de création ne peuvent se voir réduits à quelques pôles d’excellence institutionnels. Nous ne voulons pas que la logique discrétionnaire d’individualisation des subventions et des financements serve de cache-misère à la destruction organisée des droits collectifs. Ici, à la Villa Médicis, une quinzaine d’artistes triés jouissent pendant quelques mois d’un temps non assujetti à l’emploi, de la possibilité de développer des projets non rentables, un travail de recherche, de coopération, sans qu’il leur soit demandé de rendre compte d’une quelconque productivité. C’est précisément pour préserver un temps déconnecté de l’emploi, que l’on soit salarié en poste, au chômage, travailleur indépendant ou en formation, que nous sommes en lutte depuis 6 mois.

Au lendemain des déclarations du Président de la République annonçant "une grande mobilisation pour l’emploi" pour l’année qui vient, nous exigeons du gouvernement français l’abrogation du protocole Unedic du 13 novembre 2003 et de son agrément et demandons toujours l’ouverture de véritables négociations avec l’ensemble des concernés. Même le Ministère de la Culture et de la Communication, la CFDT et Monsieur Latarjet ont admis que le protocole Unedic entré en application ce 31 décembre n’est pas viable.

Nous réclamons la création de droits collectifs basés sur le nouveau modèle d’indemnisation adopté par les coordinations et collectifs d’intermittents réunis à Lille le 6 décembre dernier, aptes à endiguer la précarisation générale que l’on nous impose. Chacun doit désormais savoir que les évictions massives du droit à l’indemnisation programmées en 2004 sont le prélude des prochaines attaques. La convention Unedic doit en effet être « négociée » cette année pour entrer en vigueur au 1er janvier 2005.

Nous refusons également l’amputation au 1er janvier 2004 des droits Assedic et ASS, la réforme régressive du RMI comme l’instauration du RMA car cette « mobilisation pour l’emploi » suppose la baisse des salaires, l’attribution de fonds publics aux employeurs, un développement inacceptable du contrôle social et une politique d’emploi forcé dont nous ne voulons à aucun prix. Nous sommes contre toute application des dispositifs de l’AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services), qui vise à assujettir le bien commun aux lois de la concurrence et du marché.

L’ensemble de ces orientations inacceptables fait désormais office de principes directeurs de la construction d’une Europe institutionnelle qui prétend adopter une Constitution qui ne fait aucune place aux droits sociaux fondamentaux.

Voilà pourquoi nous appelons à la mobilisation générale, à la multiplication des actions et initiatives, à la métamorphose, à l’invention de nouvelles espèces, à la conjugaison des forces, à la convergence des luttes partout en Europe. Nous appelons l’ensemble des concernés à rejoindre notre combat et à soutenir nos revendications. Prenons rendez-vous à Gênes le 31 janvier.

Tous ensemble en 2004, c’est résister ou disparaître.

Dans l’immédiat nous invitons l’Ambassadeur de France à nous rendre visite à la Villa Médicis pour transmettre à un gouvernement jusqu’alors resté sourd nos arguments et exigences. Nous organiserons dès ce soir des rencontres sur les thèmes ici évoqués avec des acteurs de la vie culturelle et sociale d’Italie et d’ailleurs.

Nos actions ne connaîtront pas de pause. Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

Le 1er janvier 2004,

Collectif d’occupation de la Villa Médicis

Au 2eme jour de résidence provisoire à la Villa Medici


Au printemps 2009, 41 personnes restent mises en cause par la direction de la Villa Medici au fil d’une longue procédure judiciaire. La prochaine audience a lieu ce 19 mai, après d’innombrables reports.

Pour contribuer au financement de ces péripéties : clic !



Document(s) à télécharger :



Taille : 29 ko
Mise en ligne le : 1er janvier 2004

C’est l’histoire d’un plein emploi qui ne reviendra pas et de l’action de son fantôme sur les vies aujourd’hui.

L’adoption du RSA donne désormais le la, voir : Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009.

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle
Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanence précarité
Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

Les lundi de 15h à 17h30
à la CIP, 13 bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74

La coordination a dû déménager pour éviter une expulsion et le paiement de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un local municipal exigu, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut un centre social parisien, alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :
• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.
• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’action pour le relogement ou d’autres échéances importantes et urgentes.



Retour en haut de page

 

Retour en haut de page

Commissions | Compte-rendus | Communiqués | Actions ! | Photos, sons, vidéos
Textes officiels | Nouveau modèle | Coordination nationale | Liens | Archives
Accueil | Plan du site | Contact
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0