Paris : occupation de l’ANPE rue de crimée le 13 décembre

mercredi 14 décembre 2005
Dernière modification : mercredi 14 décembre 2005

Communiqué de AC ! Paris

Aujourd’hui 13 décembre, une soixantaine de chômeurs et précaires occupent l’anpe du 70, rue de Crimée 75019.

En ce jour de négociations sur ce qui reste de l’assurance chômage , alors que les dits partenaires sociaux s’apprêtent à revoir à la baisse l’indemnisation des chômeurs et à la hausse le contrôle et les sanctions, l’ANPE Paris avait choisi de jouer la carte de la provocation.

Des centaines de demandeurs d’emploi avaient en effet reçu la même convocation leur ordonnant de se rendre à une opération de « remobilisation » dans un cabinet de consultants dénommé « solidarités et jalons pour le travail « .la convocation était accompagnée d’une menace de radiation

Dès 10h du matin, plus d’une centaine de personnes attendaient dans le froid qu’on veuille bien les recevoir dans des locaux minuscules.beaucoup d’entre eux n’avaient reçu la fameuse convocation 48 heures avant, certains étaient convoqués deux jours de suite pour le même atelier.Au menu, rédaction de CV, stages de relooking et autres techniques de marabout.

Devant le mépris, la convocation s’est transformée en occupation : l’organisme devant 150 chômeurs déterminés a du annuler l’opération et s’engager à ce qu’aucune radiation ne soit effectuée.

Cet après midi, c’est la directrice départementale de l’ANPE qui a du se rendre dans l’ANPE occupée pour s’expliquer .

Alors que les vraies formations qualifiantes ne sont plus financées

Alors que le revenu misérable ou carrément l’absence de revenus des chômeurs et des précaires leur permettent de moins en moins de se loger , de se nourrir ou de se déplacer

L’argent de nos cotisations sert à financer des opérations dont l’efficacité sur le retour à l’emploi reste de toute façon à prouver ou dans des dispositifs de contrôle de plus en plus nombreux et de plus en plus couteux.

Ne nous laissons pas faire !

AC ! Paris