Occupation du Conseil d’í‰tat le 7 avril

dimanche 9 avril 2006
Dernière modification : dimanche 9 avril 2006

í‰TUDIANTS, SANS-PAPIERS, SALARIí‰S, INTERMITTENTS, CHí”MEURS, RETRAITí‰S
TOUS PRí‰CAIRES TOUS SOLIDAIRES

Elu en 2002 sur fond d’un vaste consensus politique pour faire échec au Front National, le gouvernement actuel applique depuis des politiques sécuritaires et ultra-libérales que le FN n’aurait manqué " de conduire ; des dispositifs qui promeuvent une vision individualiste, utilitariste et esclavagiste de l’Homme. Ces « politiques de la peur » reposent sur un prédicat : l’égalité de chacun devant les opportunités et l’individualisation des risques.
Autrement dit un travail se mérite et le fait d’en íªtre dépourvu est signe d’un « dysfonctionnement » de la personne, renvoyée í sa propre honte. De l’insécurité sociale.

Ainsi la « loi sur l’égalité des chances » et le CNE, pií¨ces majeures de leur pseudo « bataille pour l’emploi » et de son leurre, le plein emploi, participent en réalité au démantí¨lement du Code du Travail. A la question du devenir des nouvelles générations, le gouvernement répond par le travail de nuit dí¨s l’í¢ge de quinze ans, l’apprentissage dí¨s l’í¢ge de quatorze ans, les périodes d’essai démesurées avec licenciements non motivés í la clé... De la précarité.

Ainsi, le nouveau projet de loi sur l’immigration (CESEDA), qui rend caduque le droit au séjour des familles des personnes résidantes en France, supprime le droit í une carte de séjour temporaire aprí¨s une présence de dix ans sur le territoire franí§ais, favorise la venue d’étudiants et cadres de haut niveau.... Au prétexte de " contenir et contrí´ler les flux migratoires « , ce projet d’ » immigration choisie " s’attelle en réalité aux pillages des ressources humaines des pays en difficultés politiques et économiques ; et í la fabrication et production massive de personnes sans-papiers. De la précarité.

Ces lois s’inscrivent dans une trí¨s longue série d’attaques contre les droits des individus et les acquis sociaux : durcissement de l’accí¨s í l’allocation chí´mage, contrí´les et harcí¨lements accrus des chí´meurs, multiplication des radiations, « rmisation » ; remise en cause des droits í l’indemnisation de l’intermittence, í la retraite, í l’éducation, í la santé, au handicap... De la précarité.

Face í l’autisme du gouvernement, les étudiants en lutte de Saint- Denis, de Paris et d’ailleurs, le 9í¨me Collectif des sans-papiers et la Coordination des Intermittents et précaires d’Ile-de France, se sont actuellement invités au Conseil d’Etat afin d’exiger :
- le retrait immédiat de la loi sur l’Egalité des chances,
- le retrait du CNE,
- le retrait du projet de loi sur l’immigration (CESEDA),
- le retrait de la circulaire du 21 février 2006.