Zut ! Zut ! Nous voulons des golden parachutes. Occupation de l’UNEDIC

mercredi 25 avril 2007
Dernière modification : mardi 13 mars 2012

Vous trouverez plus bas l’ensemble des communiqués et diverses infos sur cette occupation du siège de l’Unedic, du 24 au 26 avril 2007, entre les deux tours de l’élection présidentielle, alors que l’apologie du RSA battait son plein à l’UMP comme au P.S.



22ème heure !

Vingt-deuxième heure d’occupation du huitième étage de l’Unédic, en plein septième ciel paritaire, mais toujours sans golden parachute !

Une rencontre entre des occupants précaires et trois dirigeants de l’institution paritaire, dont M. Jean-Pierre Revoil, vient d’avoir lieu. Répondant à nos demandes d’information détaillée face à l’opacité générale de cette usine à gaz (entre autres angles morts statistiques, le nombre de cotisants au régime d’assurance-chômage ne parvenant pas à ouvrir de droits, la répartition des radiés entre ex-indemnisés et non indemnisés, etc.), ce dernier s’est engagé à nous donner accès dorénavant à ces données, sous réserve des autorisations légales délivrées par la CNIL.

Il a de plus fréquemment admis que nos remarques sur la non-indemnisation et les radiations massives des chômeurs ou sur les campagnes (y compris électorales) visant à discréditer les prétendus fraudeurs et assistés étaient fondés, se démarquant ainsi des jugements habituels de la CFDT comme des organisations patronales.

Alors que nous insistions sur le caractère anti-démocratique du paritarisme, le directeur général s’est également accordé avec les occupants sur le fait que celui-ci posait de réels problèmes de représentativité en l’absence depuis des décennies de ces premiers concernés que sont les cotisants allocataires (lorsqu’on ne les exclut pas de leur dû).

Nous avons formulé des exigences : que la remise à plat du régime d’assurance-chômage ne se fasse pas sans les premiers concernés mais fasse l’objet d’un débat public, et cesse de noyer le bébé dans l’eau du bain, que chaque jour chômé soit indemnisé ; la suppression du caractère obligatoire du suivi mensuel qui multiplie les radiations, l’arrêt des poursuites pénales de la CFDT à l’encontre de précaires en mouvement ces dernières années.

Le directeur général est actuellement en train de transmettre nos demandes aux administrateurs de l’Unedic, dont Annie Thomas, (CFDT) et Denis Gautier-Sauvagnac (MEDEF), ainsi qu’au ministère de l’emploi, occupé par un certain M. Borloo.

Dans l’attente de leur réponse, nous nous apprêtons à passer une nuit difficile, privés d’eau, de nourriture et d’électricité mais heureux d’être ici réunis, à moins qu’en haut lieu on décide de ne faire donner que la force.

D’autre part, Marc, travailleur précaire et militant d’AC ! s’est fait interpeller hier à l’entrée dans les lieux. Après sa garde à vue il est déféré demain aux comparutions immédiates à la 23ème chambre du tribunal correctionnel de Paris, métro Cité à 13h30. Nous exigeons de la direction de l’UNEDIC qu’elle fasse immédiatement libérer notre camarade, et que toutes poursuites soient abandonnées.

Il faudra, dorénavant s’habituer à ce que chômeurs précaires et intermittents s’occupent de leurs affaires.

Il est mort le plein emploi.
Maintenant, de nouveaux droits.


46 heures d’occupation de l’UNEDIC par des intermittents, précaires et chômeurs

Changement de propriétaire à l’Unédic : les chômeurs s’occupent d’eux-mêmes

La France assistée vous invite

Attention fragile : précaires, intermittents, chômeurs, non à la précarisation

36e Heure !

UNEDIC, le bâton sans la carotte - Nous exigeons la mise en liberté immédiate de Marc et l’abandon des poursuites

Du liquide pour les précaires !


L’Unedic occupée fait du chantage aux « allocations retardées » (Actuchômage)

Communiqués de soutiens lors de l’occupation du siège de l’Unédic du 24/04/07 au 26/04/07

L’occupation vu par les mass-médias audiovisuels


Lutter construit la puissance du nous, mobilisons-nous pour de nouveaux droits sociaux

Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère, l’éditorial et le sommaire de L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009

Quand le RSA donne le la, Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009.... Les désirs ne chôment pas.

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle
Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanence précarité
Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

Les lundi de 15h à 17h30
à la CIP, 13 bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74

La coordination a dû déménager pour éviter une expulsion et le paiement de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un local municipal exigu, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut un centre social parisien, alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :
• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.
• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’action pour le relogement ou d’autres échéances importantes et urgentes.