Les Palmiers sauvages (Faulkner) à la table : l’actualité c’est ce qu’on voit par la fenêtre

vendredi 15 mai 2009
Dernière modification : jeudi 3 novembre 2011

À partir d’un extrait des Palmiers sauvages de William Faulkner, un film est en cours de réalisation dans le cadre d’une recherche sur les enjeux de la précarisation et les droits sociaux à la coordination des intermittents et précaires.


- 1938, c’est 9 ans après le New Deal. Le New Deal était passé par là.

- En 1938, on est en plein New Deal.

- Non, non, c’est plutôt la fin, ça se cassait déjà la gueule.

- Et juste après, il y a la guerre.

- C’est à la fois la mise en place du Welfare, le Social Security Act, le Housing Act, etc. et l’expansion du mode de vie américain : la maison individuelle, l’automobile...

- Tout ce sur quoi Wilbourne crache.

- Et en même temps c’est l’institutionnalisation des syndicats, une manière de leur couper l’herbe révolutionnaire sous le pied.

- C’est ce que disait quelqu’un l’autre jour, que le Welfare qui était sensé acheter la paix sociale avait fini par des grandes grèves parce que les syndicats étaient devenus très puissants.

- C’est aussi l’époque du Code Hays, et on disait que Faulkner qui revenait justement de ses années passées à travailler comme scénariste à Hollywood fait exprès de mettre dans le roman tout ce qui était interdit au cinéma.

- Dans le roman, il est constamment question du couple argent-amour. Rien ne serait possible sans argent - Wilbourne ne pourrait pas partir avec Charlotte s’il ne trouvait pas 1200 $ par hasard dans la rue - mais en même temps, trop d’argent, en particulier l’argent du travail rend les choses impossibles et c’est ce qu’il faut fuir.

- La question est de savoir comment on rend l’actualité de ce qu’il a écrit en 1938.

- Pour moi l’actualité c’est ce qu’on voit par la fenêtre.

- C’est aussi pour ça qu’on voulait tourner au moins en partie ici, à la coord, carrément dans la salle d’AG.

- Dans ce bâtiment qui va être pété, dont on veut nous virer pour faire des F4 avec balcons et des places de crèches numérotées.

- Ce qui est difficile à voir, c’est quelle part d’abstraction il y aura, à la fois dans notre représentation de ce qu’il y a dans le roman et aussi dans la figuration de notre réalité.

- L’avantage de tourner en 16 mm noir et blanc c’est qu’il ne peut y avoir de place pour l’improvisation : c’est trop cher. Il faudra arriver à se décider collectivement : que garder du texte, comment aborder le découpage, répéter avec ou sans l’aide d’une caméra vidéo,...

- Dans tous ces choix, ce qui doit nous guider, c’est de les considérer comme des décisions politiques.

- Tout en évitant la respectabilité !

PDF - 305.7 ko
à la table

On peut lire par ailleurs :

Keynes et la remise à jour de l’État : de l’arbitrage de l’État gendarme à la planification de l’État du capital social, Matériaux pour l’intervention, 1973

Digression sur le « suivi individuel » avec Kafka, recherche en cours

La puissance du nous, Cip-idf

Boris Barnet - portrait d’une commission


Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence CAP d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle : lundi de 15h à 18h.

Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanences précarité : lundi de 15h à 17h30.

Adressez témoignages, analyses, questions, récits d’action, infos utiles à permanenceprecarite cip-idf.org

À la CIP, 14 quai de charente, Paris 19e
M° Corentin Cariou, ligne 7
Tel 01 40 34 59 74

Appel à soutien financier

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement :

Permanence d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle
Envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap cip-idf.org

Permanence précarité
Adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite cip-idf.org

Les lundi de 15h à 17h30
à la CIP, 13 bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis
Tel 01 40 34 59 74

La coordination a dû déménager pour éviter une expulsion et le paiement de 100 000 € d’astreinte. Provisoirement installés dans un local municipal exigu, nous vous demandons de contribuer activement à faire respecter l’engagement de relogement pris par la Ville. Il s’agit dans les temps qui viennent d’imposer un relogement qui permette de maintenir et développer les activités de ce qui fut un centre social parisien, alors que le manque de tels espaces politiques se fait cruellement sentir.

Pour contribuer à la suite :
• faites connaître et signer en ligne Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde.
• indiquez à accueil cip-idf.org un n° de téléphone afin de recevoir un SMS pour être prévenus lors d’action pour le relogement ou d’autres échéances importantes et urgentes.