Deux textes sur le salaire, Nanni Ballestrini, Paolo Virno

jeudi 21 octobre 2010
Dernière modification : dimanche 26 mai 2019

Le Salaire, Nanni Ballestrini

« Qu’est-ce que c’est, le salaire d’un ouvrier. Moi, ma feuille de paie, je ne la lisais jamais, parce que je m’en foutais pas mal. Mais sur la feuille, il y a toutes les cases dans lesquelles le patron divise la paie qu’il donne í l’ouvrier. En gros, deux parties : la premií¨re partie, c’est le salaire de base, il correspond aux heures de travail qu’on a faites í l’usine. í‡a devrait íªtre le seul salaire. En réalité, il est toujours trí¨s bas, c’est-í -dire qu’il ne suffit jamais au minimum vital de l’ouvrier. Alors, il y a l’autre partie du salaire, la partie mobile. Dans la partie mobile, il peut y avoir plusieurs cases : prime de production, prime d’assiduité, prime de rendement, indemnités variées, et caetera. Toutes ces divisions ne servent qu’í lier le salaire de l’ouvrier í la production du patron. Le salaire au rendement, par exemple, c’est la paie pour le nombre de pií¨ces que produit l’ouvrier. Moyennant quoi, l’ouvrier doit toujours íªtre zélé et obéir aux ordres de ses chefs. Parce que c’est eux qui établissent cette partie variable de son salaire, qui lui est absolument indispensable pour vivre. Et qui permet au patron de maintenir un contrí´le politique sur la classe ouvrií¨re, de faire qu’elle accepte de collaborer í sa propre exploitation.
Et c’est la raison pour laquelle, quand, nous, on demande des augmentations sur le salaire de base, le patron et les syndicats veulent toujours nous les donner sur la partie variable. »

En 1969, l’usine Mirafiori de Fiat í Turin est alors le plus vaste complexe industriel européen. Voici le chapitre 6 intitulé « Le Salaire » de Nous voulons tout de Nanni Balestrini, publié en 1971. C’est le chapitre le plus théorique de ce livre qui retrace la lutte des ouvriers de la Fiat Mirafiori í l’époque.

Nous voulons tout est désormais í nouveau disponible aux éditions Entremonde

Les principes de 1969. La force d’une thí¨se honnie : le salaire variable indépendante, Paolo Virno, novembre 1998.