Nul ne sait ce que peut l’écologie - Le Sabot

vendredi 2 mars 2012
Dernière modification : mercredi 13 juin 2012

« L’écologie : consolidation ou fragilisation du capitalisme ? »

Dans la visée d’une analyse de la pertinence politique de l’écologie, on pourrait distinguer deux attitudes critiques, divergentes dans la méthode. L’une consisterait à partir de ce fait : la récupération massive de l’écologie par le capitalisme en disqualifierait nécessairement la pertinence politique : si elle se fait récupérer à ce point, c’est que l’écologie elle-même contient ce qui la rend adéquate à l’économie capitaliste. Or, on ne peut prétendre éclairer ce qu’est réellement l’écologie en la collant d’emblée au type d’utilisation qu’en font le capitalisme et les partis qui s’en réclament. C’est là un vice de méthode rédhibitoire qui prend pour acquis ce qui justement doit être mis en question : est-ce bien d’écologie dont le capitalisme nous parle ? Ce genre d’analyses, fréquentes aujourd’hui, font de l’« écologisme » le nouvel ennemi des partisans d’un changement politique radical.

À cette méthode, qui n’analyse pas les potentialités politiques et conflictuelles de l’écologie, s’oppose une autre méthode, une autre disposition subjective, celle que j’ai essayé d’adopter dans ce texte, que l’on qualifiera de « pragmatiste » : attitude où il s’agit, non pas de dire ce qui est, mais de saisir dans l’expérience les choses se faisant, les lignes de tensions, les possibilités -c’est-à-dire aussi l’inattendu- que recèlent une situation. Le présent texte ne consiste donc pas à témoigner fatalement de ce qui est (ou serait : la récupération définitive de l’écologie par le capitalisme vert), mais plutôt à saisir et faire sentir les tendances et les virtualités contenues dans la référence de plus en plus large à l’écologie.

PDF - 809.6 ko
Nul ne sait ce que peut l’écologie
Le Sabot, N°6, http://lesabotblog.blog-libre.net/

Pour prolonger la lecture, vous pouvez consulter le blog Communisme écosophique qui réunit des textes qui touchent, de près ou de loin, à la recherche d’une hybridation entre communisme et écologie.

L’article qui précède a été publié dans le n° 6 du Sabot.

Après de longs mois d’attente, le 6ème numéro du Sabot est enfin disponible ! Nous imaginons combien cette attente a pu être pénible pour les camarades qui nous rangent définitivement dans « le camp des syndicalistes et des démocrates ». Ils ne seront pas déçus.
Quant à ceux qui, de l’autre côté, nous classent dans le camp des hurluberlus et des « totos ». Ils trouveront aussi matière à délectation.
Il va de soi que nous assumons pleinement chacun de ces termes infamants.
Pour tous ceux-là et les autres, on peut trouver dès à présent Le Sabot à Rennes : Au papier Timbré, à La cour des miracles, chez Alphagraph, Planet IO, etc. Mais aussi à Bécherel, au chaudron. A Nantes : librairie vent d’ouest, bar la perle. A Lorient, à Paris,... 60 pages / 3 euros
Contact : le-sabot no-log.org
Blog : http://lesabotblog.blog-libre.net/

PDF - 44 ko
Editorial du Sabot no 6

LUTTES INTERNATIONALES
Ainsi commence la révolution ? / sur les indignés de Barcelone
Nous mangerons du pain et de l’eau jusqu’à la fin du régime / Les chômeurs : acteurs oubliés de la révolution tunisienne
Syndicalisme : retour à la base / Méditation sur le renouveau du syndicalisme grec
LE MOUVEMENT DES RETRAITES VU DE RENNES
Retraites : SUD se met à table / conversations avec des syndicalistes sur le mouvement de l’automne 2010
Les grèves de l’automne 2010 / ré-émergence et perspectives de recomposition d’un antagonisme de classe
ECOLOGIE
Nul ne sait ce que peut l’écologie / consolidation ou fragilisation du capitalisme ?
Valognes et après... / Bilan et perspectives après le camp anti-nucléaire de Valognes