Ne manquons pas les CDD de 10 minutes du « train pour l’emploi »

mercredi 14 mars 2012
Dernière modification : jeudi 22 mars 2012

Ne manquez pas l’arrivée du « train pour l’emploi » qui fera étape en gare de Rennes !!!

Rendez vous devant les champs libres à 11h00 jeudi 15 mars pour discuter du départ du train à destination du pays merveilleux des managers, relookers, DRH... des miettes d’emploi jetable !!!

Ci-dessous les tracts de l’assemblée occupons pôle emploi [1] et de SUD-Rail :

Contre la morosité ambiante*, opération relooking !®

Pôle Emploi, la SNCF, la Poste recrutent des figurants, pour un CDD de dix minutes

Le « train pour l’emploi » 2012 passe aujourd’hui à Rennes. Comme le dit sa plaquette de présentation, une de ses fonctions principales consiste à nous « motiver, coacher, relooker »*. Il est vrai que pour ces « communiquants », grands cadres du Pôle Emploi, de la SNCF, de la Poste…, nous devons faire peine à voir. A nous qui sommes assez égoïstes pour ne pas renoncer à nos allocations de survie, qui nous acharnons à ne rien trouver d’autre que des petits boulots précaires, et sommes pourtant assez prétentieux pour solliciter une embauche sans être en mesure de « présenter un véritable projet professionnel »*, ces gagnants vont nous montrer la voie à suivre pour devenir comme eux.

Devenir semblable, en devenant une « pointure » des « speed dating by Pôle Emploi », à ces managers de la Poste qui ont tellement mis la pression à leurs subordonnés que ceux-ci en viennent à se jeter par la fenêtre ? A ces managers de Pôle Emploi chargés de faire gérer aux conseillers leurs « portefeuilles » de 200 chômeurs et plus ? A ces managers de la SNCF qui s’enorgueillissent de proposer quelques postes alors qu’ils suppriment les 300 emplois du Technicentre de Rennes, aux managers chargés de nous faire croire que c’est sympa de travailler pour Mc Donalds et qu’y manger est bon pour notre santé ? Est-il si indispensable de vous ressembler pour accéder aux miettes d’emploi que vous voudrez bien nous jeter ?

Eh bien, sachez, mesdames et messieurs les grands managers, les coachs, les DRH, que nous qui venons ici, pour contester cette mascarade, ou pour postuler à une offre parce que nous avons besoin de boulot, nous n’avons aucune envie de vous ressembler ; que même si nous sommes souriants, bien peignés, que nous vous « donnons envie »* de nous embaucher, nous n’avons aucune espèce de sympathie pour vous. Nous savons très bien que vous êtes au service de la logique du profit, et que ce même profit exige de nous y enrôler. Notre « travail » aujourd’hui sera de nous faire concurrence pour que le petit jeu des gagnants et des perdants puisse continuer. Petit jeu dont l’enjeu est de faire monter la « valeur du travail », non pas son utilité sociale, écologique [2], sa valeur humaine ; mais sa valeur comme marchandise rare pour laquelle il faut se montrer « combatifs »*.

C’est là votre force, de faire que nous nous battions non contre votre transformation du l’activité humaine en marchandise, mais que nous nous fassions concurrence pour accéder et chercher à conserver cet emploi volatile qui nous livre à vous, à votre management, à votre logique de profit.

Aujourd’hui, nous sommes donc conviés à un rôle de figurants : si on nous propose de nous relooker, pour avoir peut-être la chance d’être sélectionnés pour un « speed dating » pour peut-être un jour…, c’est d’abord pour que nous puissions travailler dès aujourd’hui, gratuitement, au relooking de la crise du capitalisme, relooking pour lequel vous êtes aussi grassement payés que « compétents ». Plus de chômage de masse, mais des chômeurs « démotivés »*, plus de crise économique et de récession mais un « environnement complexe »*, plus de petits boulots précaires mais autant de « possibles tremplins » vers un hypothétique emploi stable.

Mais sachez-le, il est des « demandeurs d’emploi » qui sont à l’origine du printemps arabe [3], et qui continuent aujourd’hui à se battre pour l’embauche et la dignité ; sachez qu’il y a en Grèce des salariés non payés depuis des semaines qui virent leurs managers et autogèrent des hôpitaux, dispensant des soins gratuits pour les précaires ; et que vous risquez fort d’être un jour « évalués » pour votre haute contribution au progrès social.

Nous revendiquons aujourd’hui :

• l’arrêt des radiations des chômeurs et le droit à un revenu décent avec ou sans emploi

• la titularisation des personnels précaires de Pôle Emploi

• l’annulation de la délocalisation du Technicentre de Rennes

• une enquête publique sur le management à la Poste et des sanctions contre les dirigeants reconnus responsables

• une réduction drastique du temps de travail sans augmentation des cadences ni réduction de salaire

• l’augmentation du SMIC horaire.

* Citation du « dossier de presse » Train Emploi 2012

Assemblée Occupons Pôle Emploi, le 15 Mars 2012

Non à la STAR Academy des chômeurs ! SUD-Rail appelle à protester !

Le « train pour l’emploi » qui s’arrête en gare de Rennes jeudi 15 mars 2012 est une opération de propagande honteuse et inutile. Cette opération ne pourra pas masquer la responsabilité de la direction de la SNCF dans le développement du chômage et de la précarité dans notre pays.

Cette opération est inutile : la SNCF s’est fait une spécialité de rejeter toujours plus de jeunes lors de ces recrutements !

Ainsi en 2011, tandis que la plupart des directeurs/trices d’établissement déplorait un retard par rapport aux prévisions d’embauches, la SNCF avaient reçu 88 600 Curriculum Vitae au cours du seul premier trimestre pour 4 500 embauches à réaliser en 2011 !

La direction SNCF aggrave le chômage. En 5 ans, elle a détruit 12 000 emplois.

De très nombreux salariés sont utilisés par l’entreprise en alternance ou intérim puis rejetés au chômage sans être embauchés.

Ce train est le « train de la honte » car en ce moment la SNCF tente de fermer l’activité de rénovation ferroviaire au Technicentre de Rennes près de la gare. Cela représente 300 emplois en plein cœur de Rennes.

Dans le même temps la direction de la SNCF continue son plan de fermeture progressive des guichets. Tournant le dos à sa mission de servir le public et de le renseigner pour voyager, elle supprime les emplois à la vente ne laissant comme seul choix aux usagers de se débrouiller avec internet ou des bornes automatiques !

Les cheminots de Brest ont mené une grève totale de plusieurs vendredis et ont gagné le maintien de l’ouverture de la gare de Brest contre la direction qui voulait réduire les horaires d’ouverture des guichets et supprimer des emplois.

Le 24 janvier, nous avons envahi une réunion avec la direction au Technicentre de Rennes.

Le 9 février il y avait Grève au Technicentre et Manifestation devant la Gare.

Nous appelons à protester jeudi 15 mars à 12h00 devant le « train de l’emploi », le « train de la honte » et nous demandons à la direction d’arrêter ces opérations de culpabilisation des chômeurs.

Nous demandons également à la direction SNCF d’abandonner son projet de suppressions des 300 emplois au Technicentre et de suppressions de vendeurs dans les gares.

Nous demandons à la direction SNCF d’arrêter l’utilisation des CDD – CDI – Alternants – Intérim, et de recruter au Statut cheminot SNCF parce que tous les travailleurs du rail le méritent !

SUD-Rail Bretagne

Source : Mouvement des chômeurs et précaires en lutte (Mcpl), Rennes
http://mcpl.revolublog.com/

A Marseille : Après tous nos efforts si tu trouves pas un taf, c’est que tu l’as bien cherché, MINABLE !

Adresse originale de l'article : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6112