Aillagon a répondu à la CFDT : il est contre une caisse à part. 08/03/04

mardi 9 mars 2004
Dernière modification : mardi 9 mars 2004

http://www.liberation.fr/page.php?Article=184184

Intermittents : Aillagon contre une caisse à part

Le ministre de la Culture a répondu hier à la CFDT.

Par Hervé NATHAN lundi 08 mars 2004

Jean-Jacques Aillagon refuse la proposition de la CFDT de créer une caisse d’assurance chômage complémentaire pour les intermittents du spectacle. Le ministre de la Culture, hier sur Europe 1, s’est dit « attaché à ce que les intermittents du spectacle restent dans l’Unedic (régime d’assurance chômage des salariés, ndlr), et bénéficient de la solidarité interprofessionnelle ». Il répondait à l’idée, lancée par François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, d’instituer en parallèle à l’Unedic une caisse complémentaire, financée par l’Etat, les entreprises du secteur de la culture et les collectivités locales (Libération de vendredi).

Jean-Jacques Aillagon rechigne à ce que l’Etat soit mis à contribution : « La solidarité publique s’exprime déjà par les subventions d’Etat et des collectivités locales au spectacle vivant et au cinéma », a plaidé le ministre, insistant : « La CFDT doit prendre la mesure de l’importance du régime particulier des intermittents pour la France. » Il se dit néanmoins partisan de revoir le champ d’application de l’intermittence, pour empêcher les « usages abusifs, comme les agences de mannequins ou autres », d’en « réserver l’usage aux métiers de la création », et de trouver « une solution pour les jeunes entrants dans le métier ».

Adresse originale de l'article : http://www.cip-idf.org/spip.php?article1193