Proposition de charte « audiovisuelle »

lundi 11 août 2003
Dernière modification : lundi 11 août 2003

Proposé par Farida de la commission audiovisuel de la CIP IDF

Charte éditoriale et déontologique audiovisuelle

La commission audiovisuelle de la Coordination des Intermittents et
Précaires d¹Ile de France est attachée :

4 à la défense des droits humains contre toute forme d’injustice,
d’oppression et de discrimination,
4 à la lutte contre les pratiques et les idéologies d’exclusion sociale,
économique, financière, culturelle, raciale, xénophobe, homophobe et
sexiste,
4 à un développement planétaire maîtrisé, équitable et durable, orienté vers
la recherche du mieux être humain,
4 aux valeurs fondatrices de l’économie solidaire : engagement volontaire et
désintéressé, générosité, solidarité, partage des ressources et des
connaissances, priorité à l’utilité sociale et culturelle dans le choix des
actions entreprises.

Une des missions de la Commission audiovisuelle de la Coordination des
Intermittents et Précaires d¹Ile de France est de produire et/ou d¹exploiter
et/ou de diffuser des programmes audiovisuels d’information et de création
de libre expression, ayant pour thème la lutte qui l¹anime ; lutte pour
obtenir :
- le retrait du protocole d¹accord du 27 juin,
- la refonte du système paritaire Unedic (ouverture à d¹autres organes plus
largement représentatif des usagers non syndiqués)
- une nouvelle réforme des annexes 8 et 10 du système d¹assurance chômage
des salariés du spectacle, du cinéma et de l¹audiovisuel : cette nouvelle
réforme servant de modèle pour tout autre secteur d¹activité dit « précaire ».

Les films produits ou collectés sont donc des outils au service de cette
lutte : force d’action, de revendication, de communication, d’émancipation,
de droits de réponse, ou encore, outil pédagogique...

La commission audiovisuelle de la Coordination des Intermittents et
Précaires d¹Ile de France développe un parc audiovisuel de films citoyens
qui lui sont proposés par les collectifs régionaux ou locaux du mouvement
des intermittents, par des particuliers ou par des associations ; quelles
que soient leur durée et leur qualité technique. Le seul critère de
sélection de ces films est leur compatibilité avec la présente Charte
éditoriale et déontologique, et avec les lois et règlements en vigueur.

Les films recueillis sont ainsi un contre-pouvoir audiovisuel soutenant la
production et la diffusion d’¦uvres refusées, censurées, sous-exposées ou
ignorées par les grosses chaînes, que ces ¦uvres soient réalisées par des
« amateurs » ou par des « professionnels ».

Leurs exploitations et diffusions sont non-marchandes. L¹accès libre et
gratuit du public est privilégié dans tous les cas ou cela est possible, les
recettes indirectes ou induites perçues lors des projections alimentant le
fonds de fonctionnement de la Coordination.

Les raisons d’être de cette charte éditoriale audiovisuelle de la
Coordination des Intermittents et Précaires d¹Ile de France sont :

4 la promotion du pluralisme et de la liberté d’expression audiovisuelle,
sans concession aux pressions de l’économie de marché et au « télévisuellement correct »,
4 la démocratisation de l’accès des citoyens et des citoyennes (sans critère
de nationalité) et des organisations à but non-lucratif à l’expression, à la
création et à la communication audiovisuelles,
4 la lutte contre la censure et l’auto-censure audiovisuelle,
4 le développement d’une création, d’une expression et d’une information
liées aux revendications de la coordination, alternatives à celles du
service public de télévision et des chaînes privées commerciales.

La commission audiovisuelle de la Coordination des Intermittents et
Précaires d¹Ile de France s’interdit toute complaisance vis-à-vis des
centres de pouvoir et de décision, et toute connivence avec ceux qui les
dirigent, afin de délivrer une information la plus honnête possible.

Les équipes de réalisation, d’information et d’investigation, élaborant des
films ou programmes, produits ou destinés à être exploités et diffusés par
la Coordination des Intermittents et Précaires d¹Ile de France, se
conforment à l’ensemble des règles déontologiques régissant la profession de
réalisateur ou journaliste audiovisuel, notamment en vérifiant le bien fondé
et les sources de l’information, en présentant toute information incertaine
au conditionnel, et en veillant à respecter, autant que faire se peut, le
droit à l¹image des personnes filmées.

La commission audiovisuelle de la Coordination des Intermittents et
Précaires d¹Ile de France s’interdit de vendre ses programmes, ses films et
ses images aux chaînes commerciales et de service public, mais n¹exclut pas
exceptionnellement, une autorisation circonstanciée de diffusion sur ces
mêmes réseaux. Ses programmes ou ses films sont surtout destinés à circuler
librement, en France et à l’étranger, au sein du Tiers Secteur Audiovisuel.

La commission audiovisuelle de la Coordination des Intermittents et
Précaires d¹Ile de France peut contextualiser les programmes qu’elle diffuse
en les remontant si besoin est, ou en les complétant par des séquences
d’accompagnement, de prolongement, de réactions et de discussions ouvertes
au public.

Dans le cadre de leur production, et/ou de leur exploitation et/ou de leur
diffusion par la Coordination, les films et les programmes auront tous pour
signature un carton noir.

Farida
Commission audiovisuelle de la Coordination des Intermittents et Précaires
d¹Ile de France Paris 11/08/2003

Adresse originale de l'article : http://www.cip-idf.org/spip.php?article322