Mardi 28 mai

samedi 4 mai 2013
Dernière modification : mercredi 15 mai 2013

18h Marseille Very important Précaires, pour s’organiser, nous nous réunissons en assemblée publique des précaires les 2ème et 4ème mardi du mois à 18h, à Mille Bâbords, au 61 rue Consolat.

19H Discussion à partir de Flexisécurité à la française :
l’improbable régularisation du rapport social capitaliste
(
Temps critiques n°11, mars 2013), au Rémouleur, 106 rue Victor Hugo, Bagnolet, M° Robespierre ou Gallieni.
L’accord national interprofessionnel (ANI) concocté par l’actuel gouvernement est l’objet de levées de bouclier de la part de l’ensemble des partis et organisations qui se situent à gauche de la gauche au pouvoir. FdG, NPA, CGT, FO et SUD, font comme s’ils rejetaient en bloc l’ANI, présenté comme une rupture sans retour avec les « acquis de la République sociale, issue du programme de la Résistance », c’est-à-dire avec le compromis fordiste à la française qui, sous la houlette de l’Etat, facilita la reprise de la croissance du capital et la subordination des salariés à ses fins. Tous sont sommés de se mobiliser contre « l’attaque sans précédent des acquis ». Mais qu’en est-il ? En quoi consistent lesdits « acquis » ? Dans quelle mesure l’ANI modifie-t-il les relations salariales selon une optique post-fordiste ? Si il y a à croiser le fer avec ce qu’il représente, c’est vers quels objectifs, avec quels moyens, etc. ?

Adresse originale de l'article : http://www.cip-idf.org/spip.php?article6611